Marché de l'art / Collections / Collectionneurs / Nouveautés

  • La collection Hahnloser a été créée au début du XXe siècle dans un échange constant et amical entre les époux Arthur et Hedy Hahnloser-Bühler et leurs amis artistes. Cet ouvrage propose, en plus de 120 oeuvres, un aperçu de cette collection moderne unique au monde où se côtoient Bonnard, Vallotton, Matisse, Hodler, et d'autres grands noms de l'époque. Aujourd'hui, cet ensemble est encore détenu pour l'essentiel par les héritiers et une importante partie en a été donnée aux musées de Berne et de Winterthur.

  • Le Caravage de Toulouse, c'est une histoire que l'on a du mal à croire. Dans un mystérieux grenier en Haute Garonne, un jour, on trouve un mystérieux tableau. Maître Labarbe, commissaire priseur à Toulouse est appelé pour estimer la toile.
    Une fois sur place, il passe un coton imbibé d'eau sur un regard qui l'a tout de suite frappé, celui d'une personne âgée au visage tout ridé. Là il a une révélation. Ce tableau n'est pas commun, il doit dater du XVIIe siècle.
    Il prend une photo et l'envoie sur le champ au cabinet d'Eric Turquin, expert parisien.
    Ainsi commence l'incroyable histoire du tableau attribué à Caravage, ce peintre maudit qui passera sa vie à fuir pour mourir, à 38 ans, sur une plage de Toscane.
    C'est à Naples en 1607, que le maître du clair obscur aurait peint cette scène dramatique, puissante et violente tirée de la Bible : Judith décapitant le général assyrien Holopherne sous les yeux de sa servante Abra.
    Abra, celle dont le regard avait frappé Maître Labarbe le jour où il vit le tableau pour la première fois. Tableau qui cinq ans plus tard sera vendu à un prix astronomique à un riche collectionneur étranger deux jours avant que ne se tienne la vente aux enchères attendue depuis des semaines comme un grand show à la Halle aux grains, lieu emblématique toulousain. Et ce tableau n'a pas encore livré tous ses secrets.

  • « Aucune oeuvre d'art ne nous appartient. Toutes appartiennent à l'histoire » Paroles d'un collectionneur.

    Le musée Bonnard a le privilège de dévoiler, l'été 2019, une sélection d'oeuvres remarquables de la fin du XIXe siècle au début du XXème, conservée par une collection privée d'exception. Privilège à plus d'un titre puisqu'un tel ensemble, exceptionnellement présenté met aussi en avant les relations privilégiées qu'entretiennent les musées et les collectionneurs privés. Un collectionneur contribue au développement de la connaissance : « les collectionneurs doivent considérer comme mission de participer aux expositions ? Collaborer à une exposition c'est mettre à disposition du public des oeuvres qu'il n'a jamais ou peu vues. C'est remplir un rôle qui me paraît incontournable dans la transmission du savoir. » déclare l'un des très grands collectionneurs du XXIe siècle. 60 oeuvres exceptionnelles réunies en un choix précis reflétant l'esprit qui anime cette famille de collectionneurs et signent la venue de la modernité. Présentée sur les 3 niveaux du musée, cette exposition lie entre eux des chemins artistiques variés jalonnés de doutes, de choix et de possibles dans une lecture sensible et perspicace.

  • Alors que la Maison rouge ferme ses portes à la fin de l'année 2018, le musée de Grenoble propose une exposition de la collection personnelle de son fondateur Antoine de Galbert. C'est à Grenoble dont il est originaire que naît sa passion pour l'art alors qu'il y ouvre une galerie, activité qu'il abandonne rapidement pour se consacrer à l'édification de sa collection. Réunie au cours de ses 30 dernières années, cette dernière constitue aujourd'hui l'une des plus singulières collections privées françaises.
    Elle est un autoportrait en creux de son auteur, pour qui le domaine de l'art est avant toute chose celui de la liberté inégalée.

    De l'activité du collectionneur à l'imaginaire des villes, des scènes artistique anglo-saxonne ou belge à l'Afrique, de la folie au « corps en morceaux », du zen à l'écologie, en passant par une rêverie sur le cosmos et le Dernier voyage, sa collection, « douce et luxueuse thérapie », comme il le dit lui-même, met en lumière son goût du décloisonnement tout en reflétant ses obsessions les plus profondes. À rebours d'une vision parfois austère et aseptisée de l'art contemporain, Antoine de Galbert n'hésite pas à faire dialoguer l'art conceptuel et les cultures populaires, les tenants de l'art bruts et les artistes émergents.
    Antoine de Galbert aime à se frayer un chemin hors des sentiers balisés considérant que l'époque dans laquelle nous vivons a plus que jamais besoin de magie, de mystère, de simplicité et d'universalité.

  • Cet ouvrage se veut un outil simple et pratique pour toute personne, société ou institution publique se lançant dans la valorisation de son patrimoine immatériel et l'augmentation de ses ressources par le développement de produits dérivés. Du Musée ou de la Fondation souhaitant développer des objets à partir de ses collections ; du créateur artiste-designer souhaitant se diversifier et produire un "objet-oeuvre", une oeuvre dérivée d'un autre créateur, une oeuvre en édition limitée ; des Archives souhaitant valoriser des oeuvres orphelines ; de l'entreprise souhaitant apposer son nom et son logo sur une ligne de produits et développer une licence ; ce livre permettra à chacun d'appréhender juridiquement le produit, le créateur, les droits de propriété intellectuelle, le type de relation contractuelle, la rémunération et la fiscalité.

  • Les tulipes de Jeff Koons à Paris, Art Basel à Miami, le Louvre à Abu Dhabi... autant de manifestations de l'art contemporain comme outil d'infuence. Marqueur de puis- sance, l'art mesure en effet le degré d'émancipation d'un pays, son pouvoir d'attrac- tion et sa place dans le monde.
    Très largement dominée par les Etats-Unis et, plus largement, le monde occidental depuis le milieu du XX e siècle, la scène artistique d'ouvre peu à peu à de nouvelles puissances, notamment la Chine aux ambitions mondiales déclarées.
    Etudiant le rôle des différents acteurs, artistes, collectionneurs et musées, Nathalie Obadia analyse l'évolution des liens entre arts plastiques et géopolitique, et cherche à évaluer si le soft power américain et occidental domine toujours.
    />

  • Cet ouvrage, créé et rédigé par Jacques-Armand AKOUN, est le plus important répertoire des cotes de peintres en format de poche : plus de 86 000 peintres de toutes époques et de tous pays. Un simple coup d'oeil permet de connaître la cote moyenne de chaque artiste. Les enchères records sont signalées lorsqu'elles sont très éloignées du prix moyen.
    Ce livre est l'outil indispensable des chineurs, collectionneurs d'art, marchands et artistes. Il n'a pas d'équivalent sur le marché.
    Inclus : la liste des peintres à record qui font l'art contemporain, le palmarès des records, les conseils d'utilisation du livre (en anglais et en français)...

  • Panorama chronologique présentant les livres, expositions, artistes ou événements marquants qui ont façonné l'histoire de l'art contemporain français de 1999 à 2018.

empty