Arts urbains / Nouveautés

  • Ils sont minuscules mais loin d'être insignifiants, ce sont les « Little People » de l'artiste de rue Slinkachu. Depuis 2006, ce jeune londonien façonne les habitants d'un micro-monde qu'il met en scène au ras du trottoir avec beaucoup d'humour et immortalise ensuite dans ses clichés.

  • ROA codex

    ,

    • Lannoo
    • 3 Décembre 2019

    Going from continent to continent, this book looks at the colossal, monochrome animal murals that have earned ROA worldwide fame. Like a contemporary animalier, ROA depicts his characteristic animals sometimes using dynamic compositions, sometimes still lifes of several motionless animals stacked on top of each other, with humans seemingly looking on alienated.
    ROA paints a haunting picture of the fate befalling many animals, but his 'pieces' are also an ode to the animal kingdom. His many travels gave him the opportunity to study the local animal species, and the expertise he thus gained shines through his work.
    With its more than 300 images and text contributions by, among others, American art critic Lucy Lippard and artist Robert Williams, ROA - CODEX offers a unique reflection on the last ten years of this nomad artist's work.

  • Fin des années 1990, deux artistes masqués hantent les nuits parisiennes. INVADER et ZEVS agissent ensemble sous le nom de code @nonymous et laissent la trace de leurs errances urbaines dans le paysage. En 1999, ils diffusent sous le manteau un film qui dévoile leurs actions. Ce DVD reprend l'intégralité du film augmenté de bonus et d'un livret de 50 pages. Attention, âmes sensibles s'abstenir!

    Ajouter au panier
    En stock
  • BANKSY THE BRISTOL LEGACY

    ,

    Ajouter au panier
    En stock
  • 26 artistes, classés de A à Z, 26 pays traversés, des centaines de photographies prises dans des friches industrielles et des bâtiments abandonnés...

    Wastelands vous invite à voyager dans les territoires ignorés de l'art libre! Les superbes photographies de Jonk rendent un vibrant hommage à ces oeuvres étonnantes, réalistes ou abstraites, où la nature et l'usure du temps ont toujours leur mot à dire.

  • Le Street art relève-t-il de l'art contemporain ou est-il un phénomène à part ? Difficilement classable depuis son origine, l'art urbain a, en tout état de cause, acquis une place majeure dans l'histoire récente de la création.
    Aujourd'hui, ce mouvement artistique entre au musée. Un événement qui pourrait sembler normal pour certains, étonnant, voire choquant pour d'autres, et qui représente surtout une véritable victoire. Hier encore, les interventions dans la rue des taggeurs et graffeurs étaient considérées comme du vandalisme et les relations entre les autorités et les « writers », comparées à celles du chat et de la souris. Désormais, nombreuses sont les villes qui passent commande à ces mêmes artistes pour la réalisation de fresques monumentales. Conquête urbaine témoigne de cette évolution d'un art illicite et contestataire vers une pratique non seulement acceptée mais même sollicitée par les acteurs publics.
    Banksy, JonOne, MadC, Shepard Fairey, Speedy Graphito, Alëxone... À travers une soixantaine d'oeuvres de Street art, des créations d'artistes précurseurs des années soixante à aujourd'hui, l'ouvrage retrace les origines et l'évolution de ce mouve- ment et en dévoile les caractéristiques fondamentales.

  • Graffiti Art Magazine c'est dix ans d'aventure au service de l'art urbain. Au fil de nos trente neuf numéros, nous avons voulu vous faire partager une passion pour ces artistes qui prennent la rue comme terrain d'expérimentation, puis se découvrent ensuite en galerie pour finalement accéder aux musées.

    Au cours des dix années écoulées, l'art urbain est passé des actions clandestines sur les carrosseries des rames de métro aux salons select des foires d'art contemporain.

    Des artistes sont sortis de nulle part pour s'imposer au sommet de la notoriété, souvent par une action civique dans laquelle le talent est mis au service des bonnes causes.

    L'art urbain définit et conduit la révolution de l'art contemporain.

  • JR a acquis une renommée internationale à l'âge de 27 ans, lorsqu'il a reçu le prix TED. Son projet "Inside Out" a attiré plus de 200 000 personnes dans le monde. Mais JR a une ville de prédilection, il s'agit de Rio. Il démarre cette aventure carioca avec «Women are heroes.» C'est par ce souhait de laisser une oeuvre pérenne qu'en 2016, le Comité Olympique lui demande de réaliser une oeuvre à la hauteur de l'événement. C'est dans ce contexte que l'artiste va concevoir "son oeuvre la plus folle" selon ses propres mots : «Géants». Juché sur un échafaudage, un athlète haut de plusieurs étages saute par-dessus un immeuble abandonné, tandis qu'au pied du Pain de Sucre, une nageuse effraie les bateaux de passage et qu'à Barra da Tijuca un plongeur s'apprête à défier les plus grands cétacés. JR revisite ainsi Swift et le spectacle est à la hauteur de la plus grande compétition sportive au monde. Son camion va s'intaller également dans le village olympique et aux abord du stade de Maracana et les photos collées vont conduire jusqu'à la casa amarella, nouveau centre culturel installé en plein coeur de la favella et au-dessus duquel trône une lune qui domine toute la ville. Cet ouvrage retrace ici ces 10 ans de créations artistiques et son implication dans les liens tissés entre les différents visages de cette ville.

  • Extrêmement prolifique ces dernières années, le travail de JR touche un nombre croissant de disciplines comme la photographie, les arts visuels, le cinéma ou le spectacle vivant. Douze ans après avoir autorisé JR, alors inconnu, à coller des portraits sur le mur de son entrée, la Maison Européenne de la Photographie lui propose une carte blanche du 6 novembre 2018 au 10 février 2019. C'est l'occasion de faire un point sur le parcours de l'artiste et d'exposer son travail d'une façon inédite en France.
    Préfacé par JL Monterosso et D. Bertinotti, le livre est le reflet de cette rétrospective. Il questionne la question de la mécanique de l'image dans le travail de JR. Sa fabrication fait appel à différentes techniques d'impres-sion, de reliure et de transparence de papiers. Quatre membres de l'Oulipo, groupe d'écri-vains et de mathématiciens fondé en 1960 par Raymond Queneau et François Le Lionnais, viennent rythmer son édition par des textes en résonance avec le travail de JR.

  • Siberia

    Hendrick Beikirch

    Hendrik Beikirch est un de ces artistes contemporains dévoués à l'espace urbain et au processus de création. Ses portraits authentiques ou issus de son imaginaire sont autant de visages reflétant le miroir de la société. Leurs regards, leurs postures racontent une histoire et c'est tout ce qui importe à l'artiste. Même anonymes, ces visages sont fascinants.
    Hendrik Beikirch utilise volontairement une palette de couleurs très limitée, privilégiant le monochrome et l'hyperréalisme de la photogravure afin de toucher au plus profond de l'âme humaine. Et de laisser au spectateur le sentiment d'être directement touché. D'autant que l'artiste s'amuse à créer ses portraits géants dans les grandes villes modernes, sur les façades immenses des gratte-ciel, de manière à ce qu'on puisse les observer de loin. Ces visages sont aujourd'hui comme des compagnons silencieux, des souvenirs de notre humanité.

  • Comment un art de la signature, d'abord localisé, a-t-il pu en une douzaine d'années envahir le monde et susciter des développements typographiques aussi poussés et originaux ? Comment, depuis l'abandon d'une culture de gang, au sein d'une architecture dégradée et pauvre, des hommes et des femmes ont-ils défini le socle hypergraphique de ce mouvement ? Par jeu. Oui simplement par jeu. Un jeu de la vie totale et de la mort transfigurée. Selon des règles primitives et tribales.
    L'histoire du Graffiti est un immense continent morcelé en milliers d'ilots parfois connectés parfois discontinus. Des milliers d'adolescences entièrement dévolues à cette pratique obsédante, des milliers de vies viscéralement attachées à ce mouvement.
    Sous la direction de Lokiss, figure historique du graffiti européen, cet ouvrage a pour ambition d'en dresser l'histoire, d'en étudier les signes et le langage, en abordant de façon conjointe l'aspect artistique et ses prolongements socio-politiques. La convergence de ces deux problématiques, celle de l'art et celle de son intégration dans la sphère sociale et politique, au sein d'une culture initialement basée sur l'illégalité, mérite une analyse poussée. Il s'agit d'éclairer cette «  interaction  » historique, entre la rue et l'art. Entre le vandalisme du bien public et le musée du bien culturel.
    Les auteurs nous livrent une histoire de l'art «  embarquée  », au contact de la culture dont elle se veut la description. Des interviews émaillent l'ouvrage, ainsi qu'un black book, sur la surface duquel Lokiss nous entraîne à la découverte chronologique de cette multitude de styles.

  • Faile ; street-art

    Collectif

    Le Street Art s'invite au musée à l'occasion des 20 ans du musée d'Art moderne et contemporain de Strasbourg. Depuis quelques années, cet « art de la rue » d'abord réservé à quelques initiés s'est démocratisé : les street artists sont aujourd'hui des artistes réputés et reconnus, y compris par les institutions muséales, à l'instar de l'artiste engagé Banksy, du photographe parisien JR ou encore du mosaïste Invader. En 2018 à Strasbourg, le musée d'Art moderne et contemporain accueille sur ses façades extérieures une fresque du collectif FAILE. Ce duo basé à Brooklyn et composé des street artists nord-américains Patrick McNeil et Patrick Miller investit depuis une vingtaine d'années l'espace public de grandes métropoles, de New York à Londres en passant par Lisbonne, avec des procédés aussi divers que le collage, le pochoir, l'installation ou encore la sculpture. FAILE s'est créé une véritable identité reconnaissable, caractérisée par un style graphique et typographique inspiré des comics et du pop art.
    L'ouvrage propose de plonger au coeur du processus de création, en mettant en avant les constantes du travail artistique de ce duo. La naissance ainsi que le déroulé du projet sont explicités à travers un entretien et un reportage en images des différentes phases d'installation de l'oeuvre qui, malgré ses dimensions monumentales, est éphémère puisqu'elle n'est amenée à rester en place que pendant une année.

  • Plasticienne et poète, Miss Tic développe un univers pictural au pochoir qu'elle imprime sur les murs de Paris depuis 1985. Elle joue avec les corps, des silhouettes de femmes sexy, et les mots. Des phrases incisives, aphorismes devenus sa marque qu'on reconnait au premier coup d'oeil. De palissades en cimaises, de terrains vagues en vagues à l'âme, de procès pour dégradation en commandes publiques, son oeuvre n'a pas pris une ride.
    Audacieuse et persévérante, l'artiste est devenue une figure incontournable et emblématique de l'art urbain. Ce livre donne la parole à 43 personnes qui évoquent leur rencontre avec l'oeuvre de Miss Tic : des personnalités comme des anonymes, des passants ou des collectionneurs : Audrey A. - Bertrand B. - Edouard Bernard - Alain Berthéas - Natalie Beunat - Pierre de Chevilly- Christophe - J.P. Christophe Azekpon -Jérôme Coumet - Matthieu Degrave - Patrice Delbourg - Patrick Erouart - Jean Faucheur - Andréa Ferréol - Christophe Génin - Laure Heinich - Invader - Isabelle Jumaux - Henri Kaufman - La Gabin - Sylviane Leonetti - Valérie Lessertisseur - Lio - Soraya Lolli - Dominique Lupo - Pascale et Luc M.
    - José Mijan - Lélia Mordoch - Pierre-François Moreau - Amélie Nothomb - Lawrence Perquis - Anne Peuvrez - Emmanuel Pierrat - Francis Pudlowski - Frédéric Raoul - Jean-Claude Roncin - Paul de Senneville - Gosienka et Patrick Sevin - Françoise Simon - Jean-Marc Souvira - Pauline Sulak - Gilles Varinot- Jacques Villeglé. Au détour d'une rue, au hasard d'une déambulation dans la ville ou dans un lieu d'exposition, ils témoignent de leurs regards et de leurs sentiments sur ses créations, à l'image du public que Miss Tic interpelle depuis plus de trente ans.

empty