Cinéma / Musique / Danse / Arts du spectacle

  • hayao miyazaki Nouv.

    hayao miyazaki

    Docter Pete

  • Chas Gerretsen : apocalypse now Nouv.

    Hired in 1976 by Francis Ford Coppola as the still photographer for his masterpiece Apocalypse Now, Chas Gerretsen's private archive of hundreds of photographs propels readers immediately into the chaos and drama surrounding one of the most important movies ever made.

  • enfin le cinéma ! Nouv.

    À l'aube du XXe siècle, le cinéma propose un nouveau regard éminemment social et populaire. Il est le produit d'une culture urbaine fascinée par le mouvement des êtres et des choses et désireuse de faire de la « modernité » un spectacle. Les premières projections de « photographies animées » par les frères Lumière à Paris en 1895 sont les dernières-nées d'une longue succession de dispositifs visuels et d'attractions (du panorama aux musées de cire, en passant par la morgue, les aquariums et les foires) qui trouve son apogée lors de l'Exposition universelle de 1900 à Paris. Issus d'une tradition de la circulation des images, ces premiers films, encore imparfaits, sont également les héritiers de multiples pratiques, artistiques ou scientifiques, savantes ou vulgaires. Nombreuses sont les propositions ou interrogations formulées par les artistes du XIXe siècle qui ont précédé leur avènement que le cinéma prolonge, recycle, questionne, et bientôt dépasse. En ce sens, Jean-Luc Godard eut raison de rappeler que le cinéma fut inventé par le XIXe siècle.
    À l'instar de l'exposition qu'il accompagne, le catalogue Vivement le cinéma !
    Fait dialoguer la production cinématographique française des années 1895- 1907 avec l'histoire des arts, depuis l'invention de la photographie aux premières années du XXe siècle, au fil de quelques grands sujets que sont le spectacle de la ville, les rythmes de la nature, la mise à l'épreuve et l'exhibition des corps, le rêve d'une réalité « augmentée » par la restitution de la couleur, du son et du relief ou par l'immersion, et enfin le goût pour l'histoire. Elle se conclut vers 1906-1907 alors que la durée des films s'allonge, les projections se sédentarisent dans des salles et les discours s'institutionnalisent. Le cinématographe devient le cinéma, à la fois lieu et loisir de masse.
    Des essais thématiques de spécialistes du cinéma, de la photographie et de la peinture sont enrichis de 300 illustrations d'oeuvres, d'objets et de films aussi bien anonymes que signés de noms bien connus du grand public, de Pierre Bonnard à Auguste Rodin en passant par Gustave Caillebotte, Loïe Fuller, Léon Gaumont, Jean Léon Gérôme, Auguste et Louis Lumière, Jules Étienne Marey, Georges Méliès, Claude Monet, Berthe Morisot, Charles Pathé ou Henri Rivière.

  • le fils de Jean-Pierre et luc dardenne Nouv.

    Une question bru^lante est au coeur du film des fre res Dardenne, elle fac¸onne son e´criture et sa mise en sce ne. Une question qui se re´pe te sans cesse jusqu'a l'e´puisement - comme Olivier re´pe te les gestes bien concrets de l'enseignant qu'il est. Ve´hicule´e par l'entrelacs des images et des sons, elle pe´ne tre peu a peu le spectateur pour bousculer son point de vue, le placer dans l'inconfort du doute, de l'obsession. « Que faire? Accepter le garc¸on ou se venger de lui ? » Et derrie re cette question une autre plus profonde: si la douleur de la perte le´gitime la vengeance, le corps, lui, est-il capable de l'accomplir ? Paul Vincent de Lestrade tente dans ce livre de faire e´merger cette question et de montrer comment par les moyens qui lui sont propres le film y re´pond. Ce faisant, il esquisse les grandes lignes de l'e´thique cine´matographique et, a travers elle, de la conception de l'humain et du monde dont le film est porteur. On trouvera, en fin de volume, un entretien avec Jean-Pierre Duret, inge´nieur du son sur Le Fils comme sur la majorite´ des films des fre res Dardenne. Avec franc-parler il revient sur la conception de la bande sonore du film et de´crit un processus de travail dans lequel la « me´thode » se re´invente sans cesse dans la collaboration et la confrontation au re´el. Apre s une licence en cine´ma et audiovisuel a la Sorbonne, en paralle le de laquelle il travaille comme critique cine´ma pour divers me´dias e´tudiants, Paul Vincent de Lestrade entre a l'INSAS ou il obtient un master en re´alisation. Ses travaux documentaires comme fictionnels forment une collection de portraits questionnant principalement le rapport des corps aux normes qu'on leur impose et notamment l'impe´ratif de performance. « Le Fils » de Jean-Pierre et Luc Dardenne est son premier livre.

  • Ce catalogue de l'exposition à la Cinémathèque française à partir du 5 mars 2012, après le Moma à New York en 2009, permet de découvrir les talents de dessinateur, peintre, vidéaste, photographe, inventeur de sculptures bigarrées et stupéfiantes du réalisateur culte Tim Burton.

  • Tati

    Alison Castle

    • Taschen
    • 16 Octobre 2019

    Le réalisateur et comédien français oscarisé Jacques Tati (1907-1982) était un metteur en scène farouchement novateur et original, qui puisait son inspiration en observant la vie autour de lui. En créant et en jouant des personnages sans prétentions, projetés dans les agitations de la vie sociale, comme le malheureux facteur François ou le maladroit Monsieur Hulot, Tati a exposé de façon géniale la manière dont les distinctions de classe, les avantages sociaux, l'architecture et la technologie affectent de manière fondamentale les relations entre humains.
    Contrairement à Buster Keaton et Charlie Chaplin, à qui on le compare souvent, Tati se saisissait du quotidien pour le recréer, enrichi de gags visuels et sonores, très organiques, afin d'engager le public dans une observation active. Ses débuts de mime lui ont appris à provoquer le rire sans recourir aux mots ; dans ses films, il utilise aussi le geste, les traits du visage, les accessoires, les décors et les bruitages - tout sauf le dialogue - comme moyen d'expression.
    Les films de Tati sont véritablement universels et accessibles, partout, à tous ceux qui savent apprécier le sel de la vie moderne. Tati disait : "Je veux que le film commence quand vous quittez le cinéma". Sa plus grande réussite est de nous avoir montré qu'ensemble, nous humains, nous sommes les personnages principaux du plus grand spectacle entre tous : la vie. Réalisé grâce à un accès illimité aux archives de Tati, cette édition en cinq volumes sous coffret, conçue par M/M (Paris) offre une immersion complète dans sa vie et son oeuvre à travers des centaines de photos et d'images de films, l'intégralité de ses scénarios, des entretiens, des essais originaux et une vaste sélection de documents, de lettres, de croquis et de notes.
    Conçu par M/M (Paris), le coffret comprend : Volume I, "les films de Tati" : des images extraites de l'ensemble des six films présentés Volume II, "les écrits de Tati" : l'intégralité de ses scénarios, dont ceux de deux films inachevés Volume III, "la carrière de Tati" : une étude exhaustive de sa vie et de son oeuvre Volume IV, "Tati à la loupe" : des analyses des principaux thèmes de ses films Volume V, "les mots de Tati" : citations et entretiens

  • Réalisé en étroite collaboration avec George Lucas et Lucasfilm, ce deuxième volume dévoile la fabrication de la prélogie: Épisode I La Menace fantôme, Épisode II L'Attaque des clones, Épisode III La Revanche des Sith. Cet ouvrage format XXL poursuit notre voyage en images dans la galaxie Star Wars grâce à un entretien exclusif avec Lucas, des pages du scénario, des images conceptuelles, des photos du tournage et bien plus.

  • Dérivée du volume XXL qui n'a oublié aucun document des vastes archives documentaires de Chaplin, cette nouvelle édition retrace la gene`se de tous les films du maître à travers lettres et notes personnelles, croquis, storyboards, affiches, photos de tournage, un témoignage oral de Chaplin et de quelques-uns de ses plus proches collaborateurs... L'occasion de découvrir l'inventivite? spontane?e et la planification me?ticuleuse qui firent de Chaplin la toute premie`re star internationale du grand e?cran.

  • L'art du cinéma raconte de manière synthétique et accessible l'immense aventure d'une technique et d'un loisir inventés à la fin du XIXe siècle et devenus un mode d'expression à part entière. Un art riche de la diversité des grands auteurs qui l'ont mis en oeuvre, témoin des grandes mutations historiques, traduction par les images et les sons, des réalités et des imaginaires d'un monde en expansion perpétuelle.
    Attentif aux créateurs et aux styles aussi bien qu'aux enjeux économiques, techniques et sociologiques qui travaillent le cinéma, le stimulent ou le perturbent, cet ouvrage accompagne les tribulations d'un art qui n'aura cessé d'être contemporain, au prix d'une constante réinvention de lui-même, à Paris et à Berlin, à Los Angeles et à Moscou, mais aussi en Chine, en Inde et en Amérique latine, dans le creuset du grand spectacle comme aux limites des recherches esthétiques les plus innovantes.

  • Le Cinéma, art subversif d'Amos Vogel est un livre majeur dans l'histoire de la cinéphilie. Analysant et célébrant les formes de la subversion au cinéma, il répertorie les différents moyens de subversion avant de s'interroger sur l'avenir et les éventuelles limites du cinéma subversif. Il se compose de courts textes théoriques et de plusieurs centaines de notules consacrées à des films subversifs, célèbres ou inconnus. Plus de 300 images, parfois visuellement sidérantes, accompagnent le texte.
    Paru en 1974 et traduit en français en 1977, ce livre essentiel est aujourd'hui épuisé.
    Comme il n'a rien perdu de sa force et de sa pertinence, nous avons souhaité le rendre à nouveau disponible, dans une traduction et une maquette révisées, et accompagné de deux préfaces inédites en français.

  • Ce portrait du cinéaste au travail est celui d'un Welles imprévisible, qui change de méthodes d'un film à l'autre ou au cours d'un même film, pour arriver toujours à un résultat qui frappe par sa rigueur et sa nécessité. Volonté de contrôler le moindre détail ou de déléguer à ses collaborateurs, préméditation méticuleuse ou improvisation dans l'urgence, confiance aveugle en un chef opérateur ou dispersion du travail entre cinq techniciens successifs, Welles est à l'aise dans les extrêmes.
    C'est aussi un réalisateur d'une exceptionnelle faculté d'adaptation, qui modifie de fond en comble les choix stylistiques d'un film en fonction des conditions de production qui lui sont proposées. De Citizen Kane (1941) à Vérités et mensonges (1973) et Filming Othello (1977), ses méthodes de travail sont exposées ici grâce à des archives européennes et américaines consultées par les auteurs au cours de quinze années de recherches : contrats, moutures provisoires des scénarios, storyboards, maquettes en volume, croquis de décor, plans de travail, rapports quotidie ns de production, mémos, partitions, correspondances... L'ouvrage comporte une abondante iconographie, dont de nombreux documents de travail inédits.

  • Marilyn Monroe

    André de Dienes

    • Taschen
    • 19 Novembre 2015

    En 1945, le photographe de mode André de Dienes fait la connaissance d'un mannequin débutant du nom de Norma Jeane Dougherty. C'est une rencontre capitale pour le photographe, pour sa vie privée comme pour son portfolio. Au cours des années suivantes, il se fiance brièvement à Norma Jeane, part avec elle pour d'audacieuses virées en voiture et réalise une série de portraits fascinants qui aident la jeune femme à lancer sa carrière dans la mode d'abord, puis dans le cinéma.
    Désormais disponible dans la collection Bibliotheca Universalis de Taschen, ce recueil de photographies et de mémoires de de Dienes offre une image intime de Norma Jeane, la femme, avant qu'elle ne devienne Marilyn, l'icône. De leur voyage pour aller voir la mère de Norma Jeane dans un hôpital psychiatrique à la dernière visite de Marilyn quelques jours avant sa mort, les archives de de Dienes, chargées d'émotion, souvent annotées de sa main, forment un récit très personnel de la transformation de Monroe, fille sensible et ambitieuse devenue une très fragile star internationale.

  • « Travailler avec de Funès, cela me fait la même impression que si j'allais tourner avec Chaplin. » Ces mots, nous les devons à Coluche, en 1976, au moment du tournage de L'Aile ou la Cuisse, le 14e film de Coluche, le 14Oe de Louis de Funès.
    Avec près de 15O films et pas moins de 3OO OOO millions de tickets de cinéma vendus, Louis de Funès est incontestablement l'une des figures les plus populaires du cinéma français. Il incarne en effet pour chacun de nous une série de personnages familiers, intemporels ; il est l'un de ces acteurs que l'on partage en famille, qui transcendent les générations et créent du lien entre elles. Ses cinq films les plus diffusés à la télévision ont réuni à ce jour près de 4OO OOO millions de téléspectateurs, soit plus de six fois la population française !
    Ces chiffres ne concernent que la France ; à l'étranger aussi Louis de Funès est une star. Ses films ont été traduits dans de nombreuses langues et sa popularité est immense dans de nombreux pays comme la Russie, la République tchèque ou l'Allemagne.
    Et pourtant, depuis 2O16, il n'y a plus en France de musée qui lui soit consacré.
    Située entre Cannes, la ville du cinéma, et Saint-Tropez, la ville des Gendarmes, Saint-Raphaël offre un lieu idéal pour un nouveau musée, un lieu que Louis de Funès connaissait bien pour y avoir tourné plusieurs scènes des Gendarmes, ainsi qu'une des séquences mythiques du Corniaud, l'un de ses plus grands succès.
    En face de l'endroit où il a tourné la première scène de son dernier film, vous retrouverez cet acteur tant aimé, vous découvrirez l'ampleur de son oeuvre et une personnalité exceptionnelle au sens du timing incroyable... et pourtant si souvent en avance sur son temps.
    Nombre des trésors exposés, correspondances, carnets de travail ou photographies appartiennent à la famille de Funès, qui nous a fait le plus grand des honneurs en nous les confiant. Au fil des pages de ce livre se révèlent les fabuleux souvenirs de cet acteur et de cet homme qui gagne tellement à être connu.» Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël.

  • L'année du singe se présente à la fois comme un récit de voyage à travers la Californie, l'Arizona, le Portugal et le Kentucky, un fantastique carnet de rêves et de conversations imaginaires, et une méditation lucide sur le passage du temps, le deuil et la compassion. Au fil de ses déambulations solitaires, Patti Smith déroule l'année 2016, l'année charnière de ses soixante-dix ans. Le souvenir des lieux se mêle au paysage intérieur de l'artiste, et tout ce qu'elle a vu, rêvé ou lu, coexiste dans ce pays des merveilles tout personnel. Elle croise ainsi un cortège de fantômes aimés et admirés, parmi lesquels Roberto bolaño, Jerry Garcia, mais aussi, et surtout, deux amis chers au crépuscule de leur vie : le dramaturge Sam Shepard et le producteur de musique Sandy Pearlman.
    Patti Smith tisse avec pudeur et mélancolie la toile de cette année singulière marquée par des bouleversements intimes et politiques, sans jamais s'abandonner à l'apitoiement ni au désespoir. Elle célèbre au contraire l'art et les pouvoirs de l'imagination, offre sa sagesse optimiste et sa finesse d'esprit, rappelant, s'il en était besoin, qu'elle est l'une des créatrices les plus talentueuses de notre temps.

  • Depuis 1986, le maître néerlandais Anton Corbijn met son esthétique intemporelle et sombre au service de Depeche Mode et consolide sa réputation de groupe pointu, à la classe naturelle. Avec plus de 500 photos extraites des archives personnelles de Corbijn, dont beaucoup n'ont jamais été montrées, ainsi que des croquis de scénographie, dessins, couvertures d'album accompagnés des observations personnelles de l'artiste, cet ouvrage offre une vision amplifiée de sa stupéfiante influence sur ce groupe culte.

  • Je ne voulais pas faire un livre pour faire l'éloge de moi-même. Je voulais faire un livre pour faire l'éloge de tous ces moments d'émerveillement que j'ai connus.
    - Pharrell Williams.

    Précurseur des nouvelles tendances - musique, mode, street art, design -, Pharrell a redéfini le « cool » pour toute une génération.
    Entre textes autobiographiques, entretiens exclusifs et photos inédites avec des stars emblématiques telles que Catherine Deneuve, Karl Lagerfeld, Kanye West, Jay-Z ou encore Anna Wintour, Pharrell nous entraîne sur sa planète artistique.
    Au fil de pages richement illustrées, graphiques, fun et colorées, découvrez les inspirations, le parcours et la carrière musicale de l'un des plus grands artistes actuels.

  • my Ramones

    Danny Fields

    Danny Fields a vu les Ramones jouer pour la première fois au CBGB à New York en 1974, et a immédiatement proposé de devenir leur manager. Prises entre 1975 et 1977, les photographies de Field offrent un aperçu rare de la vie du groupe en tournée, dans les coulisses et en enregistrant leur premier album. Initialement publié dans une édition limitée rare, My Ramones comporte plus de 250 photographies de la collection personnelle de Danny documentant l'un des groupes les plus aimés et les plus connus des quatre dernières décennies.

  • PUNK GIRLS

    HAM LIZ

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ajouter au panier
    En stock
  • C'est une histoire en images à nulle autre pareille. Cet ouvrage primé fait revivre l'âge d'or du jazz à New York. Conçu, illustré et édité par Robert Nippoldt avec des textes de Hans-Jürgen Schaal, ce recueil présente les superbes représentations de la scène jazz et de ses protagonistes par Nippoldt, accompagnées de faits marquants et d'anecdotes amusantes qui composent une portrait saisissant du son qui a changé l'Amérique.

  • Rudolf Noureev disait que son danseur préféré était une danseuse : Anna Pavlova. Née à Saint-Pétersbourg en 1881, Anna Pavlova est une icône de la danse classique, une étoile envers laquelle chaque danseuse tourne son regard pour atteindre la perfection.

    Dotée d'un physique qui ne correspond pas aux normes de la fin du XIXème siècle - trop maigre, trop fragile -, Anna transforme cette faiblesse en point fort. Sur la scène du Mariinsky, à Saint-Pétersbourg, elle transcende la technique. Dans Giselle Anna se sert de sa fragilité pour devenir un être éthéré ; dans la Bayadère sa mince silhouette lui permet d'être une Nikiya troublante et envoûtante.

    Mais Anna est surtout Le Cygne - un solo que son ami Mikhaïl Fokine a créé pour elle. Elle le dansera des centaines de fois et même avec ses mains jusque sur son lit de mort. Anna quitte le Ballet Impérial pour s'installer à Londres : elle est convaincue que la danse classique doit être portée dans le monde entier afin que chaque personne en découvre la beauté.

    Dans ce livre, à côté du parcours professionnel d'Anna Pavlova, l'auteur retrace aussi sa vie personnelle. En partant du Portrait d'Anna Pavlova peint par Alexandre Iacovleff, on découvre la liaison passionnée qui a uni les deux artistes pendant neuf ans.

    Une vie fascinante, faite de voyages et d'amours partout dans le monde, qui se termine dans une chambre de l'Hôtel des Indes à La Haye.

    La riche iconographie présentée dans le livre et la minutieuse documentation tirée du Fonds Pavlova de la Bibliothèque-Musée de l'Opéra de Paris, font de cette ouvrage une biographie unique en son genre.

empty