Bernard Descamps

  • Silences

    Bernard Descamps

    Ces images sont des silences prélevés au temps. Des silences partagés avec des hommes et des femmes en prière, avec les divinités innombrables qui peuplent ces lieux de pèlerinage.
    L'Inde du sud, l'état le plus au sud, à l'est, le Tamil Nadu, préservé des invasions anciennes, des métissages culturels, eut son apogée vers le VIIIe siècle lorsque de puissants royaumes s'y succédèrent.
    L'hindouisme primordial s'y développa et d'immenses temples furent construits. Kanchipuram, l'ancienne ville sainte compte encore une centaine de temples, Mamallapuram et ses sanctuaires très anciens, Trichy, Tanjore dont le temple somptueux est classé au patrimoine mondial, Maduraï et ses temples très actifs, Rameswaram, lieu d'un pèlerinage obligatoire, là où le dieu Rama vint se purifier après avoir tué le démon Ravana.

  • Le singe qui regardait l etoile Nouv.

  • Lady Land

    Bernard Descamps

    Bernard Descamps, contrairement aux autres publications souvent liées à des pays ou des voyages, nous fait découvrir ici, dans ce livre Lady Land, sa propre vision poétique et personnelle avec une grande sensualité traduite dans ces images noir et blanc par des nuances de gris.

  • Autoportrait

    Bernard Descamps

    Je me souviens que lors d'une agréable discussion sur la photographie, Edouard Boubat m'avait dit : finalement nous, les photographes, nous tournons inlassablement autour d'une même photographie, une sorte d'image parfaite, un graal que nous n'atteignons jamais, et qui serait un autoportrait idéal.

    Le grand portraitiste américain Richard Avedon disait aussi : dans mes portraits, l'autre est le miroir de mes propres états d'âme.

    Je pense qu'en effet, toute photographie est un autoportrait, plus ou moins abouti.
    Il en va ainsi pour les portraits. L'autre est un miroir pour le photographe.

    Ce livre réunit une soixantaine de portraits, de gens connus ou anonymes, d'Afrique, d'Asie, de France, de mon village ou de ma famille...une soixantaine de très beaux souvenirs, une soixantaine de personnes avec lesquelles je me suis retrouvé, avec qui je partage un certain nombre de valeurs et qui réalisent donc, collectivement et sans trop le savoir, un autoportrait !...

  • Natura

    ,

    Le nouveau livre de Bernard Descamps, intitulé natura, en hommage aux premiers essais naturalistes de l'antiquité, est le fruit d'un patient travail, d'une longue quête d'images de la nature. Non pas des images spectaculaires du bout du monde, mais des images simplement touchantes, de la nature qui nous est si proche et que nous négligeons si souvent.
    La beauté formelle de la ligne d'horizon entre mer et ciel, ou celle d'une montagne enneigée, triangle de noir et de blanc, l'élégance verticale d'un arbre centenaire ou celle d'un vol de grues cendrées dans le ciel lorrain.

  • Dans nos sociétés, le monde numérique est omniprésent. Suscitant de l'intérêt par les perspectives qu'il ouvre en de nombreux domaines (notamment pédagogiques et récréatifs), il est simultanément source d'inquiétude chez les parents, les enseignants et les acteurs de santé.

    La main à la pâte a souhaité se saisir de ce sujet pour :
    · amener l'enfant à découvrir lui-même les particularités, les avantages et les risques des écrans (ordinateur, Internet, télévision, téléphone portable,.) qu'il utilise ou utilisera et qu'il connaît plus ou moins.
    · lui faire prendre conscience, et c'est là l'originalité du projet, de la mise en oeuvre de son cerveau dans cet usage des écrans.
    Sensibilisé aux fonctions cognitives (perception, attention, mémoire, émotion et cognition sociale), dans la vie « réelle » et devant les écrans, l'enfant saisira, grâce à ce module, que le cerveau est passionnant à découvrir, et qu'il lui revient de le préserver et de l'enrichir. Il élaborera également lui-même.
    Des réflexions en matière de santé et de bien être. Il sera enfin à même de mieux utiliser ces outils et d'y trouver un intérêt et un plaisir plus grands.

    En pratique, le module pédagogique se compose de 18 séances pour des élèves de cycle 2 et de cycle 3. Les séances sont présentées en différents parcours proposés au choix de l'enseignant. Elles sont construites autour d'une fonction cognitive à découvrir dans la vie courante et dans le monde des écrans. Les différents paramètres d'un enseignement fondé sur l'investigation sont présents : Questionnement, débat, expérimentation, modélisation, recherche documentaire.

  • "Juste des images" dit Bernard Descamps des photographies qu'il prend au cours de ses voyages. Des images "reconnues". Des photos "rencontrées". Qu'est-ce à dire? C'est dire que le photographe espère toujours croiser sur son chemin les images qu'il a déjà dans la tête. "Je voyage pour me rencontrer" dit-il encore. Aussi ne voyage-t-il pas n'importe où. Il a ses destinations de prédilection.
    Où Bernard Descamps se sent bien, c'est l'Afrique. Partant à la rencontre des paysages et des hommes, il y côtoie les Berbères, les Peuls, les Bozos, les Pygmées, dont les photos ont bouleversé tous ceux qui les ont regardées. Ainsi, chez Descamps, la dilection est-elle dans le choix du cadrage, de la distance, entre le trop loin et le trop près, dans la hiérarchie des plans à l'intérieur de l'image. Dans le degré d'abstraction, dans la nature du travail graphique qu'il mettra dans son image. Il décentre, il décale, il tronque. Contre-jour, flous, corps fragmentés, réel stylisé... Il ne bricole pas la réalité, il joue avec.

  • Cette fois ci, Bernard Descamps ne parle ni d'Afrique, ni d'Asie, ni de lieux précis, ni de peuple remarquable.
    Il projette plutôt sur les territoires traversés, des images venues de l'intérieur, des images imaginées, peut être des rêves. Ce livre parcourt la ville, la rue et ses petits bonheurs, sortes de bulles qui s'échappent de la banalité, il raconte aussi des rivages inconnus et des montagnes féériques.
    De minuscules fragments de temps que le photographe s'amuse à attraper, à figer en images pour mieux les faire durer.
    Et c'est ainsi qu'au cours de ses déambulations, il rencontra Dominique A, tout juste revenu d'Eleor, un autre pays imaginaire et réel à la fois, d'où s'échappent aussi de bien belles histoires.
    Les photographies et les chansons savent si bien nous parler d'une réalité qui se fissure, vacille et s'envole vers quelque chose d'essentiel : la poésie.

  • - Plus de 40 sujets corrigés pour couvrir l'ensemble du programme

    - Tout ce qu'il faut savoir sur l'épreuve anticipée du bac

    - Des conseils de méthode

    - La notation des exercices


  • "Réalisées entre 1974 et 2012, pour la plupart en France ou en Europe, ces images répondent à ma volonté de mêler des instants et des lieux a priori sans rapport les uns avec les autres, dans une sorte d'écriture automatique, à la manière des surréalistes.
    Le livre débute par une citation de Pascal Quignard : Le visible ne suffit pas à comprendre ce qui est vu. Le visible ne s'interprète qu'en référence à l'invisible.
    Et c'est bien de cela qu'il s'agit : la photographie parle souvent d'autre chose que ce qui est visible dans le cadre. L'invisible, nos imaginaires, nos souvenirs, nos désirs, ceux de l'auteur et ceux du lecteur, viennent perturber ce « réel », l'interpréter, le filtrer pour finalement voir autre chose que ce qui a été photographié." B. D.

  • - 36 sujets corrigés pour couvrir l'ensemble des nouveaux programmes

    - Tout ce qu'il faut savoir sur les nouvelles modalités de l'examen

    - Des conseils de méthode

    - Les dates clés, les chiffres clés


empty