Thierry Dufrêne

  • Modigliani

    Thierry Dufrêne

    Le prisme de la légende de "l'artiste maudit" a longtemps troublé la vision de l'oeuvre d'Amedeo Modigliani. Cet ouvrage monographique invite à se plonger dans l'univers de cette légende artistique du Paris bohème et à envisager son oeuvre d'un nouvel oeil. Plus largement, ce sont les traits d'une société en complète mutation que le peintre a su saisir : la nouvelle place des femmes (la fameuse "Garçonne"), la mise en exergue de la jeunesse et le cosmopolitisme. Une société qu'il aborde selon des convictions sociales jamais démenties avec une prédilection pour les sujets populaires. Quand à son style, il puise ses racines dans l'univers parisien sans jamais s'y enfermer : traversée du cubisme sous l'égide du marchand Paul Guillaume jusqu'à un langage "cubo-métaphysique", désir de simplification au temps de Léopold Zborowski.
    La magie qu'exerce plus particulièrement la dernière période (1918-1919), marquée par un séjour prolongé de l'artiste sur la Côte d'Azur, ne peut s'appréhender sans prendre en compte l'élévation des portraits de femmes, Jeanne, Hanka ou Lunia, qui équilibrent hiératisme issu du Gréco, maniérisme réinventé des attitudes et matière lumineuse de la palette.

  • Un homme en fuite trouve refuge sur une île déserte. Un lieu étrange où se dresse une villa immense dont les sous-sols cachent une machine aux fonctions singulières. Dans une atmosphère moite et une chaleur écrasante, le narrateur réalise peu à peu que l'île s'avère peuplée de personnages avec lesquels il ne peut communiquer. Chaque semaine les mêmes scènes se répètent, avec régularité. Une jeune femme en particulier apparaît chaque jour au narrateur sur les falaises, face à la mer. Celui-ci tente de l'aborder mais elle ne semble ni le voir ni l'entendre. La fiancée fantomatique devient obsessionnelle. Avec le temps, le narrateur va découvrir le secret de cette île : un inventeur, Morel, a conçu une machine susceptible de donner l'immortalité...
    Mêlant passé, présent et futur sur une terre insulaire où les saisons changent selon les heures de la journée, où la végétation luxuriante se métamorphose en arbres morts, où l'on peut voir deux soleils et deux lunes et où les personnages disparaissent de manière aléatoire, Bioy Casares plonge le lecteur dans une atmosphère irréelle. Comprenant que la femme qu'il aime n'existe pas et qu'il ne pourra jamais la rencontrer, le narrateur décide de s'enregistrer lui-même pour paraître aux cotés de sa bien-aimée...
    Roman fantastique considéré par Borges comme « parfait », L'Invention de Morel a inspiré de nombreux écrivains, cinéastes et artistes contemporains. L'exposition à la Maison de l'Amérique latine présentera les oeuvres de quinze artistes internationaux directement inspiréees du roman ou dont les thèmes sont les même : l'incommunicabilité, la solitude, la reproduction à l'infi ni d'événements, l'illusion du réel, la quête du passé, les traces du présent, la survie des corps, la puissance technique de la machine et ses conséquences sur nos vies, la captation du temps présent et sa perception... Autant de réfl exions sur notre époque et ses questionnements tant philosophiques que scientifiques.

  • Les années cinquante sont d?abord l?histoire d?un dépassement, celui d?un trauma de la Seconde Guerre mondiale. Trois voies ont été empruntées par les créateurs et les « mondes de l?art » : repartir à zéro ; explorer de nouvelles voies ; relancer l?art moderne. Dans le contexte des Trente Glorieuses et de la Reconstruction, les artistes s?emparent de la modernité, non sans tensions et contradictions, et font face au défi technologique (fonctionnalisme, arts cinétique et cybernétique, standardisation et mises en série du design), visent un langage universel, l?abstraction, et proposent de nouvelles « images de l?homme » via la figuration ou les arts de l?image technique (photographie et cinéma). Le passage du moderne au contemporain s?effectue avec les réalismes d?avant-garde, l?« ère du soupçon » ? qui met en cause théories et figures de maîtrise : l?auteur, la composition ?, alors que des dynamiques diverses, dont la décolonisation, le décloisonnement et les nouvelles scènes artistiques, changent la donne.
    « Les années cinquante » est l?un des thèmes inscrits au programme limitatif de l?histoire des arts, enseignement de spécialité série L, en classe de terminale.
    Thierry Dufrêne est agrégé d?histoire, professeur d?histoire de l?art contemporain à l?université Paris Nanterre, et commissaire d?expositions.
    Cette publication propose également deux focus : l?un sur l?état de la mode dans les années cinquante, de Damien Delille, maître de conférences en histoire de l?art contemporain à l?université Lumière-Lyon 2, et l?autre sur la musique, de Henri de Rohan-Csermak, inspecteur général de l?Éducation, du Sport et de la Recherche.
    Cet ouvrage existe en version numérique.

  • Il n'existe pas en français de biographie complète de l'artiste. The Shameful Life of SD de Ian Gibson, en anglais, est celle d'un hispaniste, nullement celle d'un historien de l'art: les oeuvres y apparaissent presque superfétatoires. Les ouvrages de Descharnes, eux, articulent la vie et l'oeuvre, mais dans le style cursif du catalogue raisonné. D'un autre côté, les essais, innombrables sur Dali, sont soit savants et limités à une période donnée, en l'occurrence presque toujours le surréalisme, soit de type monographique avec une manière de couvrir l'oeuvre par grands ensembles, sommairement dégagés, avec le strict minimum d'ancrage dans l'histoire d'une vie et le contexte socio-politique. Cette biographie, aisée de lecture, ménage le suspense d'un déroulé d'enquête. Comment l'oeuvre s'explique-t-elle par la vie de l'artiste? On le sait mieux aujourd'hui où précisément le travail de la Fondation Dali et un grand nombre d'études spécifiques ont analysé tel ou tel aspect: le moment est venu d'une synthèse. Comment les "moments existentiels" de cette dernière se traduisent-ils par ces doubles: les oeuvres, qui acquièrent leur vie propre? Comment Dali a-t-il pu développer une personnalité complexe: celle d'un artiste lettré, encyclopédique que ses actes publics tendaient néanmoins à dissimuler sous le masque fantasque? Aujourd'hui sont accessibles plus aisément toutes ses apparitions dans les médias qui touche après touche, campent le personnage. Le livre montre aussi Dali lecteur, Dali dans sa bibliothèque, Dali conversant avec les scientifiques; on explorera à sa suite l'étendue des domaines qu'il a abordés. Ainsi, Dali apparaît aujourd'hui comme l'un des très rares singuliers dans le "Siècle de Picasso". Si ce dernier transpose la réalité historique dans son propre univers, Dali nous apparaît avec le recul comme plus révélateur du XXº siècle dont il a partagé les forces et les faiblesses avec un flair et une perméabilité allant jusqu'à l'obsession. S'il se faisait appeler le Divin, c'est parce qu'en lui, les contraires cohabitaient sans contradiction. Une vie, sans exemplarité, Salvador, un seul salut: par les oeuvres.

  • un artiste a plusieurs vies.
    l'écume des jours, l'actualité du monde de l'art font perler en surface un visage. bien avant qu'il ne se fixe, l'artiste ne s'y reconnaît plus ; tant pis pour ceux qui voudraient l'immobiliser sur cette image-là ! l'artiste est ailleurs, toujours. non oe

  • En perspective, giacometti propose une approche inédite de l'oeuvre du grand sculpteur dans une confrontation saisissante avec quinze artistes contemporains à l'occasion d'une exposition présentée au musée des beaux-arts de caen.
    Imaginée autour de thèmes caractéristiques de l'univers poétique de giacometti : empreinte, mémoire, fragments, visions..., elle ouvre le chapitre inattendu et inexploré de la postérité de l'artiste.


  • la publication de cet ouvrage, réédition augmentée de giacometti.
    portrait de genet ou le scribe captif s'imposait. la narration précise (comme intime) de la relation entre deux personnalités essentielles du xxe siècle, l'un des plus grands artistes et l'un des meilleurs écrivains de langue française ; la confrontation du style des deux hommes au-delà des seuls modes d'expression et celle de leur vision du monde impressionnante d'actualité et de profondeur ; la méditation sur le portrait au xxe siècle enfin, avaient séduit les lecteurs de ce livre épuisé depuis longtemps.
    dans un texte rédigé spécialement pour l'occasion, thierry dufrêne offre aujourd'hui aux lecteurs des développements inédits. explorant l'intérêt de giacommetti pour les arts primitifs et celui de genet pour les cultures extra-européennes, il y traque la source de l'étonnant rituel d'échange de l'image entre l'artiste et le dramaturge. l'ouverture du musée du quai branly, consacré aux arts non européens, donne une résonance nouvelle à cette approche.


  • Catalogue de l'exposition du musée Bourdelle qui réunira 11 artistes de la scène française et européenne parmi lesquels Elisabeth Ballet, Christian Boltanski, Richard Deacon, Hans-Peter Feldmann, Claude Lévêque, Jean-Luc Moulène, Orlan... Chacun présentera une oeuvre inédite conçue en résonance avec le musée, ses collections et ses archives.


  • La rencontre de 230 chefs-d'oeuvre de la sculpture,
    sélectionnés parmi les collections des trois plus
    grands musées nationaux, le musée du Louvre,
    le musée d'Orsay et le Musée national d'art
    moderne du Centre Pompidou.
    Les oeuvres organisées en séquences d'images,
    offrent une vision renouvelée de la sculpture.
    Le texte les accompagne comme une initiation
    à l'histoire de l'art. En annexe, les notices
    biographiques des artistes proposent des
    repères historiques.
    Deuxième titre après la Grande Galerie
    des Peintures, cet ouvrage permet à un large
    public de mieux appréhender l'histoire de la
    sculpture, d'acquérir les bases d'une véritable
    culture, à travers un parcours ponctué
    de rapprochements et de chocs visuels.



  • Rassemble 250 sculptures provenant de trois musées parisiens et datant de périodes différentes pour les confronter.


  • Le journal de Giacometti

    Thierry Dufrêne

    • Hazan
    • 26 Septembre 2007

    Le Journal de Giacometti propose une biographie conjointe de l’artiste et de son œuvre. Qui veut comprendre l’œuvre sans se perdre, le fil chronologique est le seul fil d’Ariane un peu sûr. A condition de faire sienne dès le départ la conception qu’avait exprimée l’artiste dès 1946 d’un temps circulaire où font retour et se décalent les épisodes de la vie et les crises de la création. Les écrits de Giacometti, admirables de profondeur et de poésie, charpentent ce récit dans ce sens. Faire parler l’œuvre et l’homme le plus possible, les mettre en contexte, tel est l’autre objectif de ce Journal qui embrasse plusieurs décades de bouleversement du monde artistique entre 1920 et 1966.

  • Situé à la croisée des domaines de l'artisanat d'art, des pratiques religieuses, de la culture populaire et de la virtuosité du mouvement, l'art de la marionnette reste insaisissable. Etudier son rôle et ses avatars au cours de l'histoire, tel est l'objectif des experts qui ont uni leurs voix dans cet ouvrage. Grâce à des points de vue multiples, le lecteur perçoit toute la complexité et la richesse de cette pratique artistique. Comment un tel objet a-t-il réussi à entrer dans les musées et de quelle manière lui octroyer la place qu'il mérite dans ce nouvel espace ? La question du statut de la marionnette, au delà du champ patrimonial, est au coeur de cet ouvrage qui nous dévoile tous les secrets de ce « théâtre du monde en réduction ».

  • Dalí demeure un paradoxe : figure magistrale de l'histoire de l'art moderne, il est certainement l'artiste le plus populaire et celui dont les images, devenues icônes, ont investi en profondeur la société.Extravagant, endossant auprès du grand public la figure du fou, Dalí demeure encore un artiste controversé, souvent dénoncé pour son cabotinage, son goût de l'argent, et ses prises de position politiques provocatrices. Ouvrage de référence unique sur l'artiste et sur sa personnalité, le catalogue de l'exposition Dalí couvre soixante ans d'une carrière extraordinaire. Fort de plus de 400 images et des contributions des plus grands spécialistes de l'oeuvre de l'artiste, la publication est de plein droit la monographie la plus complète sur Dalí. Un ouvrage incontournable au design exceptionnel.
    />

  • Quelques mots de Cathy suffirent au lieutenant Loufti pour entrevoir une similitude entre ses enquêtes en cours et celle de son ancienne collègue.
    Si ce n'était pas le fruit du hasard, alors qui avait tissé ces liens entre un crime en Corse, deux morts suspectes et un banal vol dans une cave ?

  • Les contributions de la partie thématique de ce nouveau numéro de Sculptures, intitulée «Revoir la commande. Regards sur l'art et l'espace public» évaluent les résultats des politiques artistiques dans les rues de villes de France et d'Allemagne. Les Varia sont constitués d'essais sur Paul Gasq, Damien Hirst et ORLAN. Dans la partie «Actualités», les conservateurs des musées de Besançon et de Colmar présentent leurs collections de sculpture.

  • « .Lorsque le médecin légiste réussit à désolidariser le corps de la fillette de celui de sa grand-mère, tout un monde grouillant et rampant - avec ou sans pattes -, fut surpris par la soudaine clarté. Sous les expressions de dégoût des policiers, l'écosystème se tortilla un peu plus ou s'enfuit, leur prouvant qu'il existait bien une vie après la vie mais pas celle qu'ils imaginaient. » Août 2013. Des pentagrammes et d'étranges graffitis, tracés à la craie, recouvrent les fondations de l'hôpital de Semier. Juste au-dessous : le cadavre d'une femme tuée d'une morsure au cou. Quels liens avec la série de meurtres et de disparitions qui terrorisent la ville ? En déchiffrant les inscriptions, le lieutenant Cathy Thomassin va remonter la piste du tueur et le temps, jusqu'à son propre passé.
    Thierry Dufrenne est né dans les Ardennes, il vit à Reims et travaille dans la santé. Pour cet auteur, le monde médical est une source inépuisable d'inspiration. Ce quatrième thriller fantastique donne une suite au Labyrinthe de Darwin. Il replonge le lecteur dans le décor du C.H.U de Semier pour y retrouver Cathy Thomassin, l'enquêtrice d'Effets secondaires.

  • Extrait :
    « L'énorme électro-aimant développait cent mille fois le champ magnétique terrestre et une force phénoménale collait les quatre paires de menottes en acier à la paroi de plastique. Suspendu à l'avant de la machine, un mètre au-dessus du sol, le fer lui entaillait la peau des chevilles et ses pieds commençaient à bleuir par manque de circulation sanguine. Il avait attrapé les chaînes des menottes emprisonnant ses mains et tirait dessus de toutes ses forces, mais malgré sa forte musculature, il ne parvenait à soulager ses jambes endolories que quelques instants. Il ne connaissait pas bien la technologie des appareils d'IRM. Son métier d'infirmier anesthésiste ne nécessitait pas ce savoir. Cependant, il s'était aperçu, en accompagnant les malades dont il s'occupait, que le personnel de ce secteur prenait garde à la force magnétique colossale se dégageant de l'énorme aimant de trois mètres de diamètre percé d'un tunnel de soixante centimètres où il aidait souvent à installer le patient pour son examen. Il aurait dû s'en souvenir plus tôt et se méfier. Désormais il était trop tard ! La traction qu'il exerçait de tout son poids sur les chaînes ne suffisait pas à les faire glisser de quelques centimètres. La force physique étant une cause perdue, il se résigna à implorer... »

  • Cédric est totalement paralysé et muet à la suite d'un grave accident. Emprisonné avec ses souvenirs et ses regrets au fond de son lit, il n'a d'autre occupation que de regarder les pigeons par la fenêtre de sa chambre.

    Jusqu'au jour où il se retrouve propulsé dans la tête de l'un d'entre eux.

    Ivre de liberté, il vole avec lui . et assiste à un meurtre dont il est le seul témoin.

    Comment faire pour dénoncer le meurtrier dans ce nouveau corps emplumé ? D'autant plus qu'il a désormais un oeuf à couver !

empty