Chic Medias

  • Visage ; mis à nu

    Olivier Roller

    Visage. mis à nu est un livre sur le travail photographique d'Olivier Roller, considéré aujourd'hui comme l'un des meilleurs portraitistes hexagonaux.
    Depuis 20 ans, il « rollerise » - terme inventé par la presse pour définir son travail de portrait - des personnalités du monde de la culture, de la mode et des médias, de Juliette Binoche à Sofia Coppola, de Jean-Luc Godard à Xavier Dolan, de Jean Paul Gaultier à Karl Lagerfeld.
    Ce livre réunit 200 portraits sur plus de 300 pages, mais aussi des commentaires d'Olivier Roller et de personnalités qu'il a photographiées. Il propose ainsi une série de regards sur ces images singulières et étranges, et plus largement sur ce travail particulier qu'est le portrait qui, ici, ne met pas en scène le visage mais le présente tel qu'il est, qui met à nu ceux qui s'y soumettent.

    Olivier Roller est l'un des portraitistes hexagonaux les plus reconnus, y compris par ses modèles, politiques, écrivains et artistes. Qu'ils aient apprécié le résultat ou pas, ils s'accordent tous à dire qu'ils ont vécu dans son studio une expérience qui les a confrontés à leur image. Parfois malgré eux, sans échappatoire possible.
    Olivier Roller a sa manière singulière de restituer la réalité d'un visage - certains diraient plus «vrai» - avec ses reliefs, ses particularités, voire même ses imperfections. Bref, le visage, rien que le visage, dans ce qu'il révèle de nous.

    « Mon travail part d'un constat : je suis frappé par la manière dont on regarde l'autre ou, pour être plus exact, dont on ne le regarde pas. [.] Ce qui m'intéresse c'est d'enlever les couches successives de masques que l'on se crée pour révéler l'identité et l'intime. » Olivier Roller.
    Sous la direction de Bruno Chibane.
    Ont participé au livre, à travers des contributions ou des interviews :
    Rodolphe Burger, Jean-Claude Brisseau, Daniel Cohn-Bendit, Christophe Donner, Clara Dupont-Monod, Mike Hodges, Julia Kerninon, André S. Labarthe, Jean-Luc Nancy, Nathalie Quintane.

  • Elle est la muse et l'amante, Milo. Tantôt féline, tantôt mystérieuse ou mélancolique. Une main aux ongles peints effleure un rideau de soie, une jambe en tension sur un escalier bariolé de traits, un corps penché sur les lignes de la ville, nu ou orné d'un porte-jarretelle. Vulnérable mais fort, au milieu de la forêt, sur un lit, d'un appartement, partout. Il n'y a pas d'histoires, mais les paroles des albums de Nicolas Comment jetées là, comme des indices à saisir par le lecteur-voyeur. Des indices ? Le photographe et musicien révèle ici plus qu'il n'en dit : il est l'amoureux transi, passionné, à la merci d'un désir ardent et d'un culte de la femme, l'individu au regard subtil qui décèle la poésie à travers un rai de lumière, le reflet d'une fenêtre ou le froncement d'un drap. Il n'y a pas d'histoires, non. Elles sont multiples et offertes sur un plateau de matières et de sens, à l'imaginaire. Milo est le troisième ouvrage de la collection desseins une adresse au corps, à la nudité, à la sexualité voire à la pornographie - réunie par les éditions chicmédias. Cécile Becker.

  • La nuit

    Jérôme Mallien

    Le Japon est un pays qui n'existe pas. Je le sais, j'y vis. Nous nous condamnons donc, lui et moi, au semblant, au simulacre, à la fiction. Quelle fiction plus répandue que celle du rapport sexuel, dont on sait pourtant désormais que de ça non plus, il n'y en a pas ? Ce petit livre va donc user du manga et de la représentation pornographique, et volontiers de la moins défendable, pour tenter de dire quelque chose de son auteur et du monde qui l'entoure, l'enserre, le tue. Il ne prétendra ni à la beauté, ni à la littérature (quoique la littérature y aie son mot à dire), ni à la trangression, ni à rien - sinon à l'exactitude. Tous les personnages évoqués existent ou ont existé, comme les situations décrites. On voit le paradoxe. "yoru ", en japonais, signifie " la nuit". Y verra-t-on plus clair qu'en pleine lumière ?

empty