Sciences humaines & sociales


  • c'est en 1818 que fut créé à paris le premier musée consacré aux artistes vivants.
    au cours du xixe siècle, la diffusion des oeuvres d'art change d'échelle, le marché de l'art remplace le système académique des beaux-arts et, dans la société en voie de démocratisation, se développent l'intérêt pour l'art et la consommation de productions artistiques. des lieux multiples d'exposition, salons et galeries, succèdent au salon annuel organisé par l'etat et, dans les ventes aux enchères, il apparaît que l'art contemporain (on disait " moderne " à l'époque) peut valoir de l'argent.
    les tableaux des artistes vivants deviennent objets d'investissement et de spéculation. anne martin-fugier met en scène tous les protagonistes du monde de l'art : les peintres et les sculpteurs connus et moins connus, les modèles, les critiques et les aventuriers qu'étaient parfois les marchands et les collectionneurs. utilisant correspondances, mémoires, presse, catalogues d'expositions, romans, elle rend compte des pratiques des artistes et suit les étapes de leur carrière, depuis leur formation à l'ecole des beaux-arts ou dans les académies libres jusqu'à leur rencontre avec des clients, représentants de l'etat, amateurs privés ou marchands en passant par leur style de vie et leur sociabilité, dans les ateliers, les cafés ou en plein air.
    elle se penche sur les relations passionnelles et complexes qu'entretiennent les artistes avec les marchands et les collectionneurs. elle analyse l'évolution des identités, celle de l'artiste et celle de l'amateur. que devient au cours du siècle la figure de l'artiste victime de la société bourgeoise qui s'est constituée à l'époque romantique ?.

empty