Antoine Lopez

  • Un homme se penche sur l'image de sa ville. Inspiré de faits réels.
    L'auteur n'est pas né à Clermont-Ferrand mais vit à Clermont-Ferrand depuis plus de quarante ans. Impressionné par les stéréotypes désobligeants entendus régulièrement sur cette ville de province, il décide en 1994 de recueillir tout ce qui a été dit de mal sur sa ville à la radio, à la télévision ou au cinéma, pour en faire un film.
    Il va s'ensuivre alors une quête parfois ubuesque pour récupérer tous les extraits entendus ou vus ici et là. Chaque extrait a une histoire. Ce livre-dvd va vous faire découvrir ce travail d'enquêteur et de chercheur qu'il a fallu développer en fouillant dans divers lieux d'archives. Ce travail va durer sept ans ! Il va permettre de réunir les pièces d'un puzzle dont l'image n'est pas véritablement pré-définie. Après ce travail de recherches suivra donc un travail de montage pour ajuster au mieux les pièces de ce puzzle. Au bout du compte, naîtra un film inclassable entre fiction documentée et essai documentaire. Une entreprise originale hors des sentiers battus de la création cinématographique. Ce qui est sûr, c'est que ce film ne sera pas plaintif et sentencieux mais, au contraire, jubilatoire en démontrant par l'absurde l'absurdité de ces lieux communs.
    Laissons la parole à Chris Marker, « le cinéaste le plus célèbre des cinéastes inconnus», décédé en juillet 2012, auteur de nombreux essais cinématographiques et du célébrissime court métrage La Jetée, qui, après avoir vu Lieux communs, déclare à Antoine Lopez:
    « .. merci de m'avoir fait passer le seul bon moment de la semaine. Je ne sais pas ce que j'admire le plus, la perfection du montage ou le vertigineux travail d'archiviste, deux spécialités qui, vous le savez, ne me laissent pas indifférent. »

  • Confession d'un espion

    Antoine Lopez

    • Fayard
    • 22 Mars 2000

    Antoine Lopez est le dernier grand témoin vivant de la disparition de Mehdi Ben Barka, en octobre 1965, à Paris. Agent des services secrets français et ami des officiels marocains, il était aux premières loges lors de l'enlèvement du leader de l'opposition marocaine.

    Jusqu'à présent, la peur l'empêchait de s'exprimer librement. Il s'enferrait dans la version officielle imposée par les services secrets français et marocains. De surcroît, un "pacte d'honneur" le liait à Hassan Il. La mort du roi, durant l'été 1999, a bouleversé la donne : Antoine Lopez s'est senti alors libre de dire tout ce qu'il savait, d'expliquer pourquoi il avait menti et sur ordre de qui, comment l'enlèvement fut préparé, dans quelles conditions Ben Barka fut séquestré, comment la fuite des coupables fut couverte par l'administration française, et ce qu'il est sans doute advenu du corps du disparu.

    Ce livre est un témoignage vivant sur une époque où maîtres espions, voyous et hommes politiques se retrouvaient souvent main dans la main au nom de la "bonne cause". Antoine Lopez était l'un des derniers à pouvoir rapporter de mémoire ces petites et grandes compromissions commandées par la raison d'Etat.

    Il a rencontré de Gaulle, fréquenté le général Oufkir, bavardé avec Hassan II. Il n'est pas tendre pour l'Etat français et le rôle de ses représentants dans cette affaire.

    Sa confession est une pièce essentielle pour nourrir un dossier judiciaire encore ouvert. Elle nous plonge au coeur du plus grand scandale politico-policier de la Ve République. 

  • Un concept innovant, basé sur une double narration textuelle et filmique, où le fil conducteur d'une nouvelle est prétexte à une illustration conçue selon le principe de la lecture du «Flip Book» ou « feuilletage ».
    Des niveaux de lectures multiples, au croisement des rapports texte/image ou image fixe/ image animée, qui peuvent capter l'attention de tous les lecteurs et les conduire vers l'inattendu.
    Un texte bilingue anglais avec des jeux typographiques (et les 2 versions du texte proposées dans leur intégralité en fin d'ouvrage).

empty