Aurélie Masse

  • Cette nuit-là

    Aurélie Masse

    • Slalom
    • 9 Septembre 2021

    C'est l'histoire de Gabriel, l'insoumis pétillant, Agathe, la fêtarde insouciante, Alex, l'élève parfait, Sarah, la discrète mal dans sa peau. C'est aussi et surtout l'histoire d'Eden, dont l'aura suffit à combler le mutisme. C'est l'histoire d'un secret, de gestes déplacés qui mènent un jour à l'inconcevable... Durant une nuit, le temps s'arrête et cinq vies basculent.

  • Muse paroles de fans

    Aurélie Masse

    • Le camion blanc
    • 20 Septembre 2017
  • Meme pas peur, meme pas mal Nouv.

  • La cage aux affamés

    Aurélie Masse

    • Edilivre
    • 5 Avril 2011

    Gabriel avait pour grand rêve d'être un pianiste reconnu. Aujourd'hui consumé par l'anorexie, son quotidien n'est plus régi que par les meurtrissures infligées par la nourriture et les terreurs de Natacha, la jeune femme qui partage sa vie. Dorian est tout jeune trader et passe la plupart de ses nuits à consommer des filles qu'il ne désire pas. L'une d'elle, Agathe, rôde autour de lui et resserre ses liens fanatiques dans le silence ou les cris. La cage aux affamés est un roman de rage contre soi, de faim hallucinée. Mais c'est aussi l'histoire d'un amour et d'une foi exceptionnels. D'un désir de beauté et de pureté caressant le délire. C'est l'histoire de quatre jeunes d'une vingtaine d'années prêts à se fracasser pour atteindre l'issue parfaite. Devenir quelqu'un. Quelqu'un de grand. Critique : Dans un style puissant, presque dérangeant, La cage aux affamés parle de jeunesse désincarnée, d'amour et de violence. Les personnages, l'auteur, le lecteur, tout se retrouve en déséquilibre constant, comme en écho aux personnages qui tentent de s'oublier avant même d'avoir commencé à vivre. La cage aux affamés, un roman troublant, profond, viscéral.pour lecteurs affamés !

  • Kenavo maestro

    Aurélie Masse

    • Edilivre
    • 19 Avril 2012

    Dans un petit appartement de Roanne engourdi sous une mince poignée de bougies, deux jeunes gens d?une vingtaine d?années tentent de dépasser le suicide d?un être cher. Le meilleur ami pour Ariel, le futur époux pour Cassandre. Lorsque la nuit descend sur les toitures et les visages, l?ombre séraphique de Noëlik les enlace sans qu?ils ne puissent démêler l?illusion de la réalité. En arrière-plan, des arabesques hagardes de violoncelles et la neige au-dessus de toute chose.
    « Quelle minutie dans le scandale et quelle finesse dans le départ. Tu n?as même pas fracturé ton violoncelle en montant dessus. J?imagine que tu t?es travaillé le corps pour ce moment-là. Tu as rendu ta chair légère. Je te vois faire le geste, Noëlik. Je vois tes pieds cogner dans l?instrument pour qu?il te fasse mourir. Je vois la corde comprimer ses mains de métal autour de ton cou. Je vois ton corps saccadé par les spasmes de ta chair. Je vois tes yeux rendus hagards par l?effort répugnant qu?injustement tu te commandes. Les cadeaux s?ouvrent à peine et tu mets du temps à mourir. Je vois tes mains qui hurlent et cèdent et pleurent des rubis sur la neige. Tu as fait le choix d?une mort lente et douloureuse. Personne ne peut plus penser après ça. »

empty