Bérénice Geoffroy-Schneiter

  • Exposition présentée à la Villa Kérylos, Beaulieu-sur-Mer, du 28 mars au 26 septembre 2020.
    Née de la rencontre de l'univers poétique et facétieux du designer et artiste Hubert le Gall avec ce rêve d'architecture qu'est la Villa Kérylos, l'exposition est une invitation au voyage dans une Grèce antique plus fantasmée que réelle. Créées spécifiquement pour l'occasion, une quarantaine de pièces (bureaux, table, canapé, assises, candélabres, sculptures...) tissent ainsi des fils d'Ariane entre la topographie du lieu et les mythes éternels revisités par le créateur et sa complice sur ce projet, l'historienne de l'art Bérénice Geo?ffroy-Schneiter.
    Loin de vouloir perturber la magie et l'esprit de la Villa Kérylos, l'exposition s'adresse ainsi à un large public (petits et grands, hellénistes ou néophytes) qui découvrira, au fil des salles, ce nouveau regard porté sur cette « fantaisie grecque ».
    Le visiteur découvrira l'oiseau-Alcyon à l'entrée de la villa Kérylos, le canapé de Pasiphaé dans le salon, le méchant Minotaure et le fil d'Ariane en forme de table autour du labyrinthe.

  • Arts premiers mode d'emploi Vous vous posez des questions. Vous voulez savoir, reconnaître, comprendre, comparer, partager, en parler... Qu'appelle-t-on arts premiers ? Quels styles ? Quelles fonctions ? Changer sa façon de voir Halte aux idées reçues Longtemps relégués dans les cabinets de curiosités puis les musées d'ethnographie, les arts premiers sont désormais partout. On les voit envahir les fondations d'art contemporain, stimuler l'imaginaire des plus grands plasticiens. Et pourtant, bien des clichés entachent encore la compréhension de ces objets dont la dimension rituelle ne saurait être oubliée. À la croisée de l'histoire de l'art et de l'ethnologie, cet ouvrage pédagogique invite le lecteur à pénétrer dans la symbolique et la fonction de ces oeuvres (sculptures, masques...) aux langages esthétiques infiniment variés. C'est aussi un hommage aux artistes qui les ont réalisées. 15 Expositions mythiques 20 Dates repères 30 Oeuvres incontournables.

  • Des cimes enneigées du Caucase aux montagnes célestes de l'Empire chinois, de la vallée de Swat à celle de Kathmandu, se sont donné rendez-vous les plus grandes civilisations du monde : la Perse de Darius, la Grèce d'Alexandre, l'Inde de Bouddha, sans oublier ces nomades des steppes d'Asie centrale, « nébuleuse » aussi fascinante qu'insaisissable. Pèlerins, voyageurs et marchands, mais aussi diplomates, archéologues et historiens ont sillonné à leur tour ces régions âpres et sauvages. Tous ont succombé à la beauté virginale de ces « toits du Monde » balayés par les tempêtes et les vents, ces microcosmes d'un archaïsme et d'une pureté sans égal.
    Témoins fragiles de cette prodigieuse aventure humaine que fut la Route de la soie, les bijoux sont la mémoire de ces peuples et de ces cultures, leur cordon ombilical. Colliers et bracelets de jade, torques et ceintures d'argent, pendants d'oreilles, bagues et amulettes disent aussi l'extraordinaire virtuosité de ces orfèvres anonymes qui immortalisèrent sur de petites surfaces leurs superstitions, leurs croyances comme leurs rêves.
    Somptueusement illustré, réconciliant archéologie et ethnologie, cet ouvrage restitue le contexte géographique et spirituel de ces joyaux atemporels. Il accompagne en outre l'exposition qui se tiendra à la Collections Baur, Musée des Arts d'Extrême-Orient, à Genève, en automne 2012.

  • Exposition présentée à la Villa Kérylos, Beaulieu-sur-Mer, du 28 mars au 26 septembre 2020.
    ?is book, born out of the meeting between the poetic, playful world of artist and designer Hubert le Gall and the dreamy architecture of the Villa Kerylos, is a visual journey through an ancient Greece that is more fantasy than reality.
    Made specifi cally on the occasion of this mix between exhibition and installation, thirty works follow Ariadne's thread as it weaves among the topography of the place and the eternal myths reworked by the artist, with a booklet by art historian Bérénice Geoff?roy-Schneiter.

  • Scythes, Sarmates, Sauromates, Saces... Surgies des profondeurs de la steppe russe, les tribus nomades de l'Antiquité ont de quoi donner le vertige aux peuples sédentaires. Sous la plume des auteurs grecs, ces fiers cavaliers " sans habitation fixe " (Hippocrate) incarnent bien vite l'altérité absolue. Transhumances de caravanes, migrations saisonnières liées aux contraintes de l'élevage voire raids à caractère guerrier sont, depuis la nuit des temps, la loi de ces ethnies. Nulle demeure luxueuse pour attacher l'homme à la terre, nul sanctuaire pour abriter ses prières, encore moins de sculpture pour honorer ses dieux. L'attention semble s'être déplacée sur ce qui apparaît l'essentiel : les armes qui, faute de murailles, sont censées défendre le groupe, le cheval, instrument même de la mobilité et orgueil du cavalier, la parure, refuge monétaire mais aussi cristallisation des superstitions et des croyances.

    Répondant à l'esprit de la collection, cet ouvrage tente de cerner " l'identité nomade " à travers trois thématiques :


    Les Ateliers :

    La notion d'atelier permet ainsi de comprendre l'importance du milieu géographique dans lequel est né cet art si singulier, aux antipodes, semble-t-il, des canons hérités du monde classique. Dans ces immenses espaces balayés par les vents, (qui, de nos jours, ont pour nom Sibérie, Ikraine et Crimée), un langage original a vu le jour aux alentours du Ve siècle avant notre ère, privilégiant courbes et contre-courbes, exaltation des vides, dynamisme et tension extrême. Nul effet gratuit : l'image se doit s'être efficace. L'objet décoré ne prend ainsi pleinement sa signification et sa dimension esthétique que dans le mouvement.

    Hélas, notre vision du monde nomade demeure, hélàs, irrémédiablement tronquée. À de rares exceptions, seuls nous sont parvenus les somptueux bijoux et parures guerrières en or qui sommeillaient, depuis des siècles, dans l'ombre protectrice des kourganes (tumulus).

    Parfois cependant, l'iconographie du monde grec vient féconder l'esprit comme l'esthétique de cet art steppique, comme l'attestent certaines oeuvres hybrides tels le peigne de Solokha ou le fourreau d'épée de Tchertomlyk. Loin de s'ignorer, les deux mondes se rencontrent, échangent leurs marchandises, comparent leurs savoir-faire. Sommes-nous en présence d'artistes grecs travaillant pour les besoins d'une aristocratie nomade ? Doit-on reconnaître, au contraire, dans ces pièces, l'adoption, par les artisans des steppes, des techniques et langages du monde classique ?


    Dans l'oeuvre :

    La seconde partie s'attache à décliner les thèmes récurrents de cette esthétique nomade : le bestiaire et sa symbolique, le cheval comme identité, la valeur sacrée de l'or, le rôle de la parure, tissus et feutres comme reflets de la vie quotidienne.

    L'étude détaillée de certaines pièces vient appuyer le propos.


    Itinéraires :

    Dresse la carte des principaux sites archéologiques et présente les collections et les musées (peu nombreux en dehors de l'Ermitage, à Saint-Pétersbourg) qui possèdent des pièces " nomades ".

  • Gauguin, Picasso, and Giacometti were inspired by it-but what exactly is tribal art, and how can we talk about it today? This book gives us the key ideas for a better understanding of this fascinating topic, elucidating the subject by dividing it into logical and pithy sections.The fact that what was once called "primitive" is now called "tribal" already marks an advance in our understanding of the subject, and this invaluable volume tracks this shift and expands on the most important elements of tribal art, from the basics of material and form, to its underlying thoughts and beliefs.
    Using the same didactic yet spirited approach as other books in the 'Talk About' series, Bérénice Schneiter takes us through the history, geography, and techniques of tribal art, from prehistoric cave paintings to aboriginal body art via the Klein-blue-before- Klein statues of the Solomon Islands and the abstract feather art-work of pre-Colombian pre-abstract communities. Old myths are firmly and systematically exposed-tribal art does not just consist of masks, nor is it always erotic or sacred-and the text is accompanied by detailed photographs, allowing a deeper understanding of the art, and helping readers tell the difference between an airport fake and a collector's item.
    A glossary of terms ensures that the reader is never overwhelmed by jargon, and the chronology of major ethnological expeditions, and exhibitions, allows the reader to easily place the information in a wider context. With a "They dared to." section, and information on the artists and movements inspired by tribal art, the book moves beyond the purely historical to reveal the innovation and lasting impact of the art form. A list of the thirty most important pieces of tribal art from around the world completes this essential volume, while a final directory gives international addresses for seeing tribal art, suitable for every enthusiast or convert.

  • Que contient une pyramide ? D'où vient l'obélisque de la Concorde ? Quelle fonction avait le Sphinx ? Que mangeait Néfertiti ? Érudit et ludique tout à la fois, ÉgypteGameBook aborde toutes les facettes de l'Égypte antique (de l'art à l'architecture, en passant par la vie quotidienne et la religion) sous la forme de questions/réponses, de jeux et de pistes visuelles à explorer. Reconstitutions de temples et de tombes, illustrations de sites et de musées, chronologie et lexique iconographique complètent ce panorama d'une Égypte toujours aussi captivante et fantasmée.

  • Considéré comme l'un des joailliers français les plus créatifs des années 1960 par la presse professionnelle, Jean Dinh Van a apporté de l'avis général un nouveau souffle qui a réveillé l'univers du bijou, encore dominé à l'époque par une tradition joaillère de parures, portées avec des tenues de grands couturiers pour des occasions exceptionnelles.
    Aujourd'hui la maison Dinh Van perpétue le style contemporain, minimaliste et intemporel de son créateur. Ici, rien n'est automatisé ni mécanisé : la passion du geste juste et du métal guide l'artisan lorsqu'il martèle un simple disque d'or 24 carats. Ces gestes donnent vie à une création unique, qui allie art et technique. Des menottes au Pi chinois, en passant par les coeurs enlacés ou les lames de rasoir, cet ouvrage élégamment illustré revient sur les créations emblématiques de la Maison dont l'esprit touche un public de plus en plus large.

  • Ce beau-livre pédagogique, conciliant discours esthétique et ethnologique, présente les arts "indigènes" du Nouveau Monde. Confrontés à de rares documents d'archives (photos de P.-E. Victor ou de C. Lévi-Strauss, collection de peintures sur écorce aborigènes de Karel Kupka...), masques, sculptures, objets et parures retrouvent leur fonction originelle, sans perdre de leur beauté.

  • Ce beau-livre pédagogique, conciliant discours esthétique et ethnologique, présente les arts "indigènes" du Nouveau Monde. Confrontés à de rares documents d'archives (photos de P.-E. Victor ou de C. Lévi-Strauss, collection de peintures sur écorce aborigènes de Karel Kupka...), masques, sculptures, objets et parures retrouvent leur fonction originelle, sans perdre de leur beauté.

  • Geisha... A la simple évocation de ce petit mot japonais fleurit instantanément aux yeux des Occidentaux un cortège d'images balançant mollement entre volupté langoureuse et fantasme érotique. Et pourtant ! Loin d'être une simple "créature" destinée à satisfaire les plaisirs charnels, la geisha résume à elle seule la quintessence du raffinement nippon.
    Source d'inspiration des artistes d'estampes qui déclineront à satiété la courbe délicate d'une épaule, la rondeur d'un sein ou la délicatesse d'une nuque, elle incarne avant tout la "Femme" idéale, courtisane intelligente et cultivée, musicienne, peintre, poétesse et danseuse tout à la fois. Les Occidentaux préféreront célébrer en elle le mythe de la femme-enfant, à mi-chemin entre l'épouse et la poupée...

  • L'art du Gandhara est né aux premiers siècles de l'ère actuelle, aux confins du nord-ouest de l'Inde. Nées sous le ciseau d'artistes anonymes, le long de la route de la Soie qui reliait l'Occident à la Chine, de mystérieuses statues virent le jour. Les yeux mi-clos, la chevelure ondulée, le corps drapé, ces créatures allaient sceller la rencontre de la Grèce d'Alexandre et de l'Inde de Bouddha.

  • L'art de se parer est universel. Nulle gratuité, cependant, dans ces pratiques des antipodes. Marqueurs ethniques, cristallisations de superstitions et de croyances, signes de richesse ou de fécondité, le bijou comme le costume, le tatouage comme la scarification sont un langage. S'appuyant sur de magnifiques photos de "terrain" et de "mode". Parures ethniques explore ce "culte de la beauté" à travers ses plus belles manifestations dans l'espace et le temps.
    Des peintures corporelles des Indiens d'Amazonie aux coiffures de plumes des dignitaires papous, des crânes allongés des épouses Mangbetu aux pieds bandés des petites Chinoises de la collection "Esquimau" de Jean-Paul Gaultier aux robes "Massaï" d'Azzedine Alaïa ou de John Galliano...

  • Des arts asiatiques, le public occidental n'a bien souvent qu'une image confuse peuplée de bouddhas au sourire bonhomme, de déités farouches dardant des forêts de mille bras, d'estampes licencieuses au contenu grivois...
    Profondément spirituelle (du bouddhisme à l'hindouisme, bien des religions ont éclos en son sein), porteuse d'esthétiques aussi éclectiques que modernes (de la sensualité des déesses indiennes au dépouillement des calligraphies chinoises), l'Asie ne cesse de fasciner depuis des siècles archéologues et explorateurs, artistes et écrivains. Est-ce par cette union intime de la forme et du sacré qui semble habiter chacun des objets nés sur son sol ?
    Résolument pédagogique, Arts d'Asie se propose d'éclairer le lecteur dans ce foisonnement de cultes et de langages en lui décryptant les oeuvres les plus caractéristiques de ces trois civilisations phares : l'Inde, la Chine, le Japon.
    A l'heure où le musée Guimet, à Paris, vient de rouvrir ses portes, où l'engouement des collectionneurs ne cesse de grandir pour les arts asiatiques, Arts d'Asie se veut un guide instructif et vivant, en même temps qu'un somptueux livre d'art.

empty