Benjamin Stassen

  • Forêt des ombres

    Benjamin Stassen

    • Weyrich
    • 27 Octobre 2010

    Depuis dix ans déjà, Benjamin Stassen a entrepris d'aller à la rencontre des arbres avec cette exaltation candide et impétueuse qui préside aux commencements. Il avait le désir éperdu de partager quelques instants de leur durée, sinon même celui de découvrir le secret de leur longévité. Après un long, très long périple qui le conduira des plus vieux aux plus gros, aux plus beaux, puis aux plus rares des arbres de Wallonie, vénérables ou vulnérables, comme de multiples chemins qui mènent tous en un même lieu, ces arbres successifs ouvrirent la voie vers la Forêt des Ombres.

    Soudain, dans l'abondance, le désordre, le chaos apparut un autre monde. Gargouilles et gorgones aux grimaces grotesques, gnomes hagards, guerriers et sagittaires menaçants, nymphes et sylphides offertes dans la litière des feuilles, faune en rut dans une débauche de chlorophylle. Figures de bois et photo­graphe de l'ombre égarés dans les corridors parallèles, les voici face à face, figés dans la fascination d'un regard partagé. Mais qui dévisage qui ? Qui dévore l'autre des yeux ?

  • Rehaussé par 250 portraits lumineux, illustré de nombreux documents d'archives méconnus, ce livre est une formidable invitation à chausser ses bottines pour aller à la rencontre de plus d'un millier d'arbres parmi les plus beaux, les plus vieux ou les plus rares de Wallonie. Vétérans sillonnés de cicatrices ou héritiers prometteurs, ils balisent chemins et carrefours, chevauchent limites et frontières, côtoient croix, chapelles ou églises, mais aussi châteaux et fermes séculaires. Par centaines, ils furent les symboles du pouvoir et de la justice, les supports de la foi et des croyances, les emblèmes de la paix et de la liberté. D'autres enfin sont venus de contrées lointaines pour orner parcs, jardins et places publiques. L'arbre remarquable a longtemps été réduit au rang de témoin muet. Or il n'en est rien : par sa présence, son âge, l'emplacement qu'il occupe ou l'espèce à laquelle il appartient, il s'avère un précieux, parfois le seul témoin - vivant mais vulnérable - des rites et institutions, des coutumes et traditions issus d'un passé parfois très lointain dans lesquels sont enracinés l'âme et l'héritage du peuple wallon.

  • Auprès de nos arbres

    ,

    • Delachaux & niestle
    • 21 Octobre 2021

    Majestueux, capable de s'adapter à tout type d'environnement, et parfois millénaire, l'arbre est depuis toujours au coeur des récits et des mythes, des contes et des légendes. Marqueur du temps qui passe, guérisseur et parfois source d'effroi, l'arbre fascine ou inquiète, mais ne nous laisse jamais indifférent.

    Édith Montelle retrace l'histoire symbolique de l'arbre, compagnon des hommes et des femmes, depuis l'apprentissage de l'écriture jusqu'aux stratégies de protection mises en oeuvre ces dernières années. Mêlant histoire, botanique, récits et beaux-arts, elle rend hommage aux relations que nous entretenons avec "nos" arbres.

  • Des milliers d'années durant, l'homme a vénéré les eaux, les arbres, les pierres, les sommets, les astres. Née de cette religion naturaliste, une foule de dieux et de divinités aux profils parfois complexes a régné sur les croyances et les superstitions de nos ancêtres gaulois, puis gallo-romains. Parmi eux, on distingue notamment Ésus, Teutatès, Taranis, Bélénos et sa parèdre Bélisama, ainsi que Grannus, Epona, Intarabus, Vesunna et Sinquatis.

  • Les pays de forêts sont, par excellence, ceux des légendes. L'Ardenne, qui est toute en sa forêt, ne déroge pas à la règle. Les légendes y sont indissociables de certains éléments du paysage: rochers, pierres, arbres, sources... De tout temps, la nature a été ressentie comme habitée, animée, hantée par de nombreux esprits et génies, tantôt bienveillants, tantôt hostiles.

  • L'Ardenne, grâce à son relief, a toujours été propice à l'aménagement de fortifications de hauteur: refuges, forteresses rurales, châteaux forts. Pour les plus anciennes, la couverture forestière du pays et l'isolement des sites choisis ont permis leur sauvegarde. Les fortifications retenues dans ce livre donnent un bon aperçu de leur diversité et de leur chronologie. Révélation et étonnement seront au rendez-vous pour le promeneur attentif et curieux qui les découvrira au fil de sites sauvages et captivants.

  • Alard, Renaud, Guichard et Richardet, tous les quatre fils du duc Aymon, se sont révoltés contre Charlemagne. Pendant plusieurs années, une traque opérée par les guerriers du roi mène les fils Aymon de l'Ardenne à la Gascogne où sièges et embuscades, fuites et poursuites, se succèdent à un rythme palpitant. Finalement, las de ces combats, les quatre frères se réconcilient avec Charlemagne. Mais n'allez pas croire qu'ils ont tenu tête au roi uniquement grâce à leur vaillance. Leur cousin, Maugis l'enchanteur, Bayard, un cheval-fée capable d'accomplir des sauts prodigieux, et Flamberge, une épée magique, leur seront de précieux auxiliaires.

    Une des plus belles épopées de France, digne des meilleurs romans arthuriens, racontée par Jean-Luc Duvivier de Fortemps, écrivain de la forêt d'Ardenne, et magnifiquement illustrée par le photographe paysagiste Benjamin Stassen.

  • En Ardenne comme partout ailleurs, le passage du paganisme au christianisme s'est effectué en trois étapes successives : la destruction des idoles et des temples qui les abritaient, la fondation d'églises et de monastères souvent construits sur les ruines des précédents, et la mise en place de personnes et de structures nécessaires à la propagation de l'Évangile et à l'encadrement des nouveaux convertis. Par ces habiles substitutions, les anciens lieux sacrés, plutôt que de péricliter, connurent ainsi un second souffle qui leur permit de parvenir jusqu'à nous, parfois à peine transformés.

  • En Ardenne, merveilleux païen et chrétien, forces du bien et du mal, se côtoient dans des légendes très localisées. Interrogeant les livres, mais également les témoins du cru, les auteurs ont prospecté la totalité de l'Ardenne centrale et méridionale, de l'Ourthe à la Semois, et même au-delà. Voilà un ouvrage remarquable qui nous offre un étonnant retour aux sources des croyances et des superstitions.

  • En Ardenne, merveilleux païen et chrétien, forces du bien et du mal, se côtoient dans des légendes très localisées. Interrogeant les livres, mais également les témoins du cru, les auteurs ont prospecté la totalité de l'Ardenne centrale et méridionale, de l'Ourthe à la Semois, et même au-delà. Voilà un ouvrage remarquable qui nous offre un étonnant retour aux sources des croyances et des superstitions.

  • Malgré l'évangélisation opérée durant l'Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, le paganisme persistait sous forme de nombreuses pratiques et superstitions. Ce sont principalement des lieux?: sources, arbres, ­pierres, sommets... qui continuaient d'inspirer le populaire et de recevoir ses dévotions. Au fil des siècles, églises, chapelles, calvaires et cimetières ont investi le paysage, y imposant, de façon systématique et récurrente, l'emblème christique. Rares sont les lieux qui ont échappé à cette déferlante de croix en tous genres. Néanmoins, pour certains d'entre eux, cela n'a pas suffi, et il sera relativement aisé, aujourd'hui encore, de reconnaître sous leur vernis chrétien des sanctuaires remontant à une très haute antiquité. En Ardenne, ces lieux de piété ancestrale sont innombrables?; les visiter tient du pèlerinage aux sources...

empty