Catherine Deutsch

  • Prince italien descendant des rois normands, dernier représentant de l'une des plus puissantes familles d'Italie méridionale, Carlo Gesualdo (1566-1613) est un personnage équivoque, indubitablement haut en couleurs. Au-delà des épisodes sulfureux de sa vie qui contribuèrent à en faire un véritable mythe, Gesualdo fut non seulement un luthiste d'exception mais surtout reconnu comme l'un des plus grands madrigalistes de son époque, déclinant à travers des voix multiples toutes les nuances de la passion amoureuse dans un langage musical à la fois sophistiqué et poignant. Sa musique, qui marque le crépuscule de l'art polyphonique de la Renaissance tout en annonçant la naissance d'une nouvelle esthétique entièrement tournée vers la représentation des passions, continue d'étonner l'auditeur moderne. Bénéficiant d'un moment de grande prospérité des presses musicales italiennes, l'oeuvre de Gesualdo est passée à la postérité à travers six livres de madrigaux et trois recueils de musique sacrée. Ce nouvel ouvrage de la collection Horizons propose une découverte raisonnée de ce compositeur majeur de la fin de la Renaissance en démêlant le mythe de la réalité historique, à travers un ouvrage documenté et illustré. Catherine Deutsch est musicologue, spécialiste du madrigal italien de la fin de la Renaissance. Après avoir soutenu une thèse franco-italienne sur le madrigaliste Giovanni de Macque en 2007, elle collabore aux programmes de recherche du Centre d'Études Supérieures de la Renaissance de Tours. Elle est actuellement rattachée au Centre de Musique Baroque de Versailles et enseigne au département de musicologie de l'Université Paris-Sorbonne.

  • Le fait d'être une femme a-t-il eu, historiquement, une incidence sur les pratiques des musiciennes ? S'il est aujourd'hui avéré que le genre du musicien n'influe pas directement sur le son produit - à l'exception évidente de la voix -, les interdits sociaux ou culturels qui pesaient et pèsent encore sur les pratiques musicales féminines ont nécessairement eu des conséquences sur ces dernières, qu'il s'agisse du choix de l'instrument, de la position de l'instrumentiste ou de l'accès même des femmes à l'apprentissage de la musique.
    Les différentes contributions envisagent ces questions en examinant un large spectre de pratiques musicales, allant de la composition à l'interprétation instrumentale et vocale, en passant par le professorat et le mécénat, les activités rémunérées ou non, les performances privées, publiques ou semi-publiques. Différents espaces sont ainsi pris en considération?: le foyer, la cour, le couvent, l'académie, la ville, le conservatoire, la scène, autant de lieux qui, de la Renaissance à la fin du xixe siècle, ont joué un rôle ambivalent pour les pratiques musicales des femmes en Europe occidentale.
    À travers ces études de cas, on mesure les mutations et les constantes des attendus de la féminité, ainsi que la redéfinition permanente des contours du licite et de l'illicite, de la décence et de l'inconvenance, en fonction des époques et des contextes sociaux et culturels. À la croisée de l'histoire culturelle de la musique, de l'histoire des femmes et de l'histoire du genre, cet ouvrage place les femmes au centre de l'histoire de la musique tout en mettant en lumière le rôle des pratiques musicales dans la constitution des normes de genre et leurs perpétuelles transformations.

  • L'eau est un élément vital de la vie des hommes : pour boire, arroser, produire mais aussi comme menace lorsqu'elle déborde de son lit naturel. Et la montée en puissance des villes dans nos sociétés où 80 % des Français vivent dans des agglomérations urbaines n'a fait que compliquer les relations entre l'eau et l'homme. Ces relations sont devenues essentielles, aussi bien du point de vue de la préservation de l'environnement que du bon fonctionnement du milieu urbain. L'eau bien public doit-elle être gérée par le public ? Trustée par de grandes entreprises privées ? Quid de l'eau dans les pays du Sud ? Un essai documenté, précis, sur une question centrale trop souvent ignorée, qui fait comprendre la complexité du sujet et expose clairement les enjeux.

empty