Christian Noorbergen

  • « Le presque rien d'un visage cerne l'impact d'une envoûtante charge chromatique brûlante de mort-vie, quand tous les dehors du monde ont disparu. Khaled Alkhani, venu il y a peu d'une Syrie broyée, ne craint pas la tache qui blesse l'espace. Il invente un maelström puissant d'où émerge en geyser chromatique une tête sublime et fragile. Fine, forte, dominante, et cependant repliée sur elle-même, lointaine, parfois dévastée, indestructible. Tête de ciel opaque sur une terre de fin du monde, avec un air de madone abandonnée. Tête unique comme une île de chair abandonnée. Tempête humaine en arrêt. Bouillonnement tellurique arrêté. » Christian Noorbergen

  • Christian Broutin Nouv.

    - Une importante monographie pour rendre compte d'une vie et d'une production artistique étonnamment plurielle.
    - Né en 1933, Christian Broutin est illustrateur, affichiste, peintre. Il commence sa carrière dans la publicité et la création d'affiches de films aux côtés de René Ferracci.
    L'affiche de Jules et Jim de François Truffaut reçoit le Prix Toulouse-Lautrec en 1962. Il a collaboré avec les grands magazines de presse, illustré un grand nombre de romans et créé une soixantaine de timbres. En 1983, il reçoit le Grand Prix de l'affiche française et en 2003, le Grand Prix de la philatélie.
    - Une abondante iconographie : 200 reproductions.
    - Une organisation thématique. Six chapitres sou- tenus par des textes évocateurs signés Christian Noorbergen : sculpture, dessin érotique, illustration, nature, fantastique, peinture.

  • Né à la fin du XIXe siècle, avec les grands précurseurs que sont Munch et Van Gogh, et au début du XXe avec des artistes comme Kokoschka, Nolde, Schiele ou encore Soutine, l'Expressionnisme connaît un nouvel et fructueux essor à partir des années 80, tant en Europe qu'aux Etats-Unis.

    Témoin du renouveau de la matière dans la création, l'expressionnisme est désormais une forme très vivante de l'art contemporain, avec des artistes tels Rustin, Miralles, Brunet, Vialle, Meynard, Stepk...

    C'est l'objet de cet ouvrage que de rendre compte de cette richesse et d'en faire découvrir les talentueux artisans.

  • " Geneviève Roubaud s'est résolument affranchie de toutes contraintes ou " barrières " de style, pour libérer un impérieux flot intérieur et provoquer un total embrasement des mots, des signes, des couleurs et des formes. "

  • "On voit chez toi, intact dans la matière charnelle, sourdre à vif le sang des origines, quand rôdent les affres du désir, entre merveilles et sacrilèges. Ils se moquent et se moqueront toujours de la morale fabriquée, ramenée ici aux brutales tribulations de la tribu archaïque, qui d'emblée en impose, mais qui sait attendrir au-dedans, proche à jamais de nos fragilités..."

  • Eska Kayser : les Opalines Nouv.

    - « Les Opalines » sont un corpus d'oeuvres peintes sur des radiographies médicales, pendant le confinement par Eska Kayser.
    - Un corps à corps avec la matière: une série originale de part la technique employée, jusque-là inusitée, mais qui s'inscrit dans cette veine « matiériste » chère à l'artiste...
    - ... et qui reprend ses thèmes de prédilection : l'oeuf, la maternité, le visage, le masque et le double.
    - Peintre française née en 1936, Eska Kayser expose régulièrement. Son parcours est ponctué de nombreuses distinctions, notamment grand prix de Rome en 1963. Première rétrospective en 1994 à la maison de la culture de Bagneux, qui a donné lieu à une première monographie.

  • Cette monographie bilingue, français / anglais, propose une sélection d'oeuvres réalisées par l'artiste ukrainien Misha Sydorenko. La préface de Christian Noorbergen et l'entretien mené par Martine Boulart sont l'occasion de retracer son parcours et d'analyser les différents thèmes abordés dans son oeuvre. Connu pour ses paysages lyriques et ses compositions figuratives, Misha Sydorenko privilégie la peinture à l'huile. Travailler la matière, jouer sur les reliefs, accentuer les empâtements lui permet de laisser libre cours à l'expression de ses émotions et de prendre la peinture « à bras-le-corps ». Ses oeuvres sont présentes dans plusieurs grandes collections publiques, notamment au Ukrainian Museum à New York, à la Galerie nationale des beaux-arts de Lviv en Ukraine et à l'université La Salle à Philadelphie. L'ouvrage paraît à l'occasion de son exposition au Fonds culturel de l'Ermitage à Garches, qui ouvre ses portes le 26 juin 2021.

  • L'artiste est inventeur de lieux.
    La vie d'un artiste est un voyage vers une oeuvre et l'oeuvre est un voyage dans l'oubli de la vie semblable en cela à l'expansion lente d'un nuage...

  • « Son art chamanique et distancé s'abandonne aux jouissives absences de l'intellect, en laissant surgir, au profond d'elle, les passerelles impensées de tous les ailleurs. Traversée d'altérité, Annick Antoine ne cesse de s'aventurer vers l'inexploré, laissant à vif le champ infini du compréhensible, toujours déjà fatigué par la compréhension établie, toujours mise à distance. Elle met en déroute les confortables acquis du sur-dit et du déjà-vu. » Christian Noorbergen

  • Evelyne Huet : visages d'immensité Nouv.

    - Monographie consacrée à l'oeuvre digitale d'Évelyne Huet, artiste française vivant et travaillant à Paris.
    - Depuis 2013, Évelyne Huet créée sur écran et au doigt, explorant la complexité des émotions et la pluralité de la condition humaine, dans sa fragilité, ses secrets et ses confins. Ses créations sont ensuite imprimées en tirages limités à 3 exemplaires.
    - Membre du groupe d'artistes internationaux Open Art Code, elle expose régulièrement en France et à l'étranger.
    - Très beaux textes de Christian Noorbergen dont un entretien avec l'artiste qui revient sur son parcours de vie, et des analyses picturales d'une oeuvre vibrante.
    - Ouvrage bilingue, français / anglais. Évelyne Huet connaît une certaine notoriété outre-atlantique.

  • « Une rigueur rare, et une exubérance picturale dans une abstraction prégnante, et un motif central sciemment figuratif rattaché au style des Modernes classiques, et des surenchères excessives. Cela ne doit pas être considéré comme une explosion émotionnelle mais comme une révolution réfléchie, comme un langage qui va au-delà de sa propre "synthèse" ». Manfred Schneckenburger.

  • L'art de Haude Bernabé respire l'inconscient, qu'il soit universel ou privé. Il sert de nourriture crue aux faims essentielles, qui donnent envie de mordre dans les chairs de l'univers, et donnent à chaque être la source de sa propre respiration. Aérée des richesses de cet inconscient collectif, l'oeuvre entière incarne le fantasme aigu de l'existence saisie à la gorge, et mise à nu. Elle maintient intactes les charges magiques du pré-verbal.

  • « Soudain il n'y a plus de délimitations du trait de la mine de plomb, du fusain, sanguine, pastel ou crayon cernant les formes. Tout devient volumes, jeux d'ombres et de lumières. Comme un génie sorti de la lampe d'Aladin venu se glisser entre les doigts de l'artiste pour prendre corps entre les volutes de fumées. »

  • Par la sculpture je pense et questionne mon rapport au monde. La mésologie est le mode philosophique contemporain qui me semble être le plus pertinent pour aborder ces questions, c'est pourquoi je suis heureux que son représentant le philosophe et géographe Augustin Berque ait accepté d'être le co-auteur de cet ouvrage et d'en donner le titre. Avec le point de vue d'un historien et critique de l'art, le philosophe Christian Noorbergen livre ici sa réflexion sur mon travail ainsi qu'un texte d'entretien dans l'atelier.

empty