Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 14/02/2022

Christophe Soullez

  • Communément évoquée à travers l'expression "services secrets", l'activité de renseignement consiste à recueillir, exploiter et diffuser des informations afin d'éclairer les choix stratégiques d'un pays mais aussi de préserver ses capacités militaires et civiles. Il fait aujourd'hui l'objet de mises en cause de plus en plus fréquentes, en particulier dans le contexte de la lutte contre le terrorisme. Pour cerner une réalité obscure, mal connue et mal comprise, cet ouvrage conçu par un spécialiste présente l'histoire, les acteurs et les méthodes du renseignement, en France et dans le monde, des origines à nos jours. Augmentée et mise à jour, cette nouvelle édition relate les grandes affaires qui ont marqué l'histoire des services secrets.

  • Les chiffres de la criminalité sont au coeur du débat public, utilisés, souvent à mauvais escient, pour évaluer l'efficacité d'une politique ou l'action des forces de l'ordre. Statistiques de la police et de la gendarmerie, enquêtes annuelles dites « de victimation ».les sources ne manquent pas. Mais que reflètent-elles véritablement ? Quelles sont leurs limites ? Comment analyser les évolutions observées ? Pour faire de vous un spécialiste, « Regard d'expert » vous offre un panorama complet sur ce sujet.

  • Le renseignement vise à recueillir, exploiter et diffuser des informations afin d'éclairer les choix stratégiques d'un pays et de ses dirigeants mais aussi de préserver ses capacités militaires et civiles et de prévenir les menaces. Il fait aujourd'hui l'objet de mises en cause de plus en plus fréquentes, en particulier dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

    Pour cerner une réalité obscure, mal connue et mal comprise, cet ouvrage conçu par un spécialiste présente l'histoire, les méthodes et les acteurs du renseignement, en France, des origines à nos jours.

    Histoire - Politique - Actualité.

  • Depuis le début des années 1980, la criminalité s'est enracinée dans plusieurs centaines de quartiers urbains et péri-urbains de la France métropolitaine, au point que l'insécurité est devenue la principale cause d'inquiétude des Français. Pourtant, il manquait jusqu'à présent un livre concret et clair, alliant à la description froide de la gravité de la situation, la présentation détaillée des méthodes efficaces pour tenter de maîtriser les violences urbaines. Tel est précisément l'enjeu de cet ouvrage, qui s'appuie sur un diagnostic précis et étayé afin de fournir au lecteur les premiers éléments d'une politique visant à lutter contre l'insécurité urbaine.

  • La collection " Criminalité internationale ", est dirigée par Xavier Raufer, journaliste, avec la collaboration de l'Institut de criminologie de Paris II. Elle s'intéresse à tous les aspects de la criminalité et aux menaces futures dans ce domaine et de ce fait, s'adresse à un public de plus en plus concerné par ces aspects de la société actuelle. Enrichi de tableaux, graphiques et annexes de référence, écrit par des auteurs spécialisés, chaque volume est aussi un outil de travail.

  • Qu'entend-on par crime précisément ? Quelles sont ses conséquences sur les victimes ? Comment lutter contre la criminalité ? Entièrement mis à jour, ce livre vous entraîne dans les profondeurs de la criminologie pour comprendre les ressorts de l'esprit criminel et les moyens d'action des défenseurs de la loi.
    Grâce à La Criminologie pour les Nuls, explorez les différentes théories cherchant à expliquer pourquoi les individus commettent des crimes, identifiez les types de crimes - du crime en col blanc au crime organisé ou au terrorisme -, suivez le travail d'enquête de la police scientifique et découvrez les moyens de limiter et combattre la menace criminelle.

    Découvrez :
    Les concepts clés de la criminologie ;
    Les dessous de la psychologie criminelle ;
    Les outils de mesure et de connaissance du crime ;
    Les grands phénomènes criminels ;
    Les nouvelles formes de criminalité ;
    Les façons de prévenir et de combattre le crime ;

  • Depuis le 9 septembre 1986, date de la première loi contre le terrorisme, une quinzaine d'autres textes ont été adoptés et les incriminations se sont multipliées. La procédure pénale a également évolué afin de donner aux services spécialisés de la police et de la gendarmerie des moyens d'investigation adaptés et un cadre légal. La loi du 3 juin 2016 confirme la tendance vers la spécialisation d'un droit du terrorisme dérogatoire au droit commun, à mi-chemin entre prévention et répression.

  • ?De la Cour des Miracles à la French Connection, de Mandrin à la Brise de Mer, de Pierrot le Fou à Mesrine, des Apaches aux gangs actuels, mais aussi de Fouché aux brigades du Tigre, cet ouvrage témoigne des figures criminelles et aussi policières qui ont marqué leur époque. Au-delà de ces personnalités mythiques et des seuls faits divers, il cherche surtout, en les replaçant dans leur contexte économique et social, à cerner les évolutions et les ruptures pour esquisser une véritable histoire sociale de la France. Condensé des imperfections humaines, le criminel, individu parfois incarné par le pouvoir, est en effet un formidable révélateur des forces et des faiblesses d'une société, nous en apprenant énormément sur nous-mêmes, par ses actes comme par la façon dont nous tentons d'y faire face. Le crime est inhérent à toute société humaine. Et, pourtant, l'histoire montre bien la relativité de la criminalité et ses transformations au cours des siècles. À la persistance de certains comportements à travers le temps répond la variété des crimes, en nombre et en qualité, qui illustrent chaque période. L'histoire du crime, c'est aussi l'histoire d'un pays ! Alain Bauer est professeur de criminologie au Conservatoire national des arts et métiers, à New York et à Pékin. Il a notamment publié une Géographie de la France criminelle. Christophe Soullez est criminologue et chef du département de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales. Il a notamment publié Violences et insécurité urbaines.

  • Avec la puissance croissante des technologies et la multiplication des traces numériques que nous laissons quotidiennement, c'est à un véritable basculement de société auquel nous assistons. D'autant que, pour protéger la population et retrouver des criminels, la conservation, le retraitement et le rapprochement des informations sont devenus des outils indispensables à l'enquêteur. Dès lors, comment concilier ce nécessaire recours à des informations nominatives et la protection du droit à la vie privée ?
    En dressant un état des lieux des fichiers de police et en précisant au-delà des a priori leurs contours et usages, cet ouvrage cerne les termes d'un débat de plus en plus vif.
    Alain Bauer est criminologue, titulaire de la chaire de criminologie au Conservatoire national des arts et métiers. Il est aussi président du Conseil d'orientation de l'observatoire nationale de la délinquance. Il enseigne également dans diverses universités françaises, au John Jay College of Criminal Justice de New York et à l'Université de droit de Beijing.
    Christophe Soullez est criminologue, chef du département de l'observatoire de la délinquance à l'INHES. Il enseigne à l'Université de Paris II, à l'École nationale supérieure de police et à l'École des officiers de la gendarmerie nationale.

  • l'insécurité a été au coeur des dernières élections présidentielles de 2002.
    elle le sera encore en 2007. le manque de conviction dans les dispositifs mis en oeuvre, la méconnaissance des réalités de terrain et le dogmatisme anti-sécuritaire avaient trop souvent conduit à une politique erratique et sans ambition qui fut, logiquement, sanctionnée par la population. l'arrivée d'une nouvelle majorité au pouvoir, élue en grande partie sur sa capacité à lutter contre la délinquance, devait traduire une rupture avec les errances antérieures.
    le ministère sarkozy engagea une réflexion globale sur la stratégie à conduire et mena des actions au pas de charge laissant, enfin, les idéologies désuètes au vestiaire. toutefois, attendre de la seule action policière la réussite d'une politique de lutte contre l'insécurité relève de l'aveuglement, de l'ignorance et du parti pris. des résultats importants ont, certes, été obtenus mais on ne peut régler, seul, une question qui relève de multiples acteurs.
    tant que les responsables politiques n'auront pas pris conscience de la nécessité d'une réflexion de fond sur l'ensemble de notre chaîne pénale (police, justice, administration pénitentiaire) et de ses satellites (éducation nationale, politique de la ville), la criminalité sera peut-être contenue mais, en aucun cas, éradiquée. c'est dans le cadre d'une politique globale que l'efficacité sera au rendez-vous.
    un ouvrage engagé, documenté, fort de plus de 100 propositions, sur les stratégies de sécurité mises en oeuvre depuis 2002.

  • L'émergence de politiques publiques de sécurité, dans un pays qui croit que ce processus est naturellement régalien, est plus moderne qu'il n'y paraît. Si la monarchie a toujours considéré la défense des institutions, la protection des frontières et la lutte contre la fausse monnaie comme des éléments non négociables de l'exercice de la souveraineté, les autres missions, dont celles liées à la protection de la population, étaient plus ou moins confiées ou sous-traitées à des organisations territoriales de " proximité ". Il faut attendre quasiment la fin du XXe siècle pour que la création d'une police nationale soit sérieusement envisagée, après la naissance de la véritable police d'État dans les années 1940. À partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, les politiques publiques de sécurité, jusqu'ici d'essence quasiment policière, se sont vues complétées par de nouveaux dispositifs visant à prévenir la délinquance à travers l'amélioration des conditions de vie des habitants : la politique de la Ville était née. Depuis 35 ans, celle-ci a fait l'objet de multiples évolutions, sans que de véritables processus d'évaluation aient été mis en oeuvre, et parallèlement à la poursuite de nouvelles stratégies d'organisation policière.
    En s'appuyant sur une présentation historique, cet ouvrage explore la notion de politique publique de sécurité et en cerne les évolutions, mettant au jour les divers égarements, les problématiques et les difficultés actuelles auxquels sont confrontés les pouvoirs publics.
    Alain Bauer est professeur titulaire de la chaire de criminologie appliquée du Conservatoire national des Arts et Métiers et aux universités de New York et Beijing.
    Christophe Soullez est criminologue et chef du département de l'Observatoire national de la délinquance à l'INHESJ. Il enseigne à l'EOGN et à l'Université Paris II.

  • Tel est précisément l'enjeu de cet ouvrage, qui s'appuie sur un diagnostic précis et étayé afin de fournir au lecteur les premiers éléments d'une politique visant à lutter contre l'insécurité urbaine.

  • Après vingt ans de pensée unique, de dénégation, de règne du politiquement correct, voici le livre qui dit la vérité sur l'insécurité.

    Désormais, la hausse de la violence semble n'avoir d'égale que l'impuissance de l'Etat. Et l'impunité des délinquants, que le découragement des victimes. Errances des hauts fonctionnaires, aveuglement des magistrats, mutisme des avocats, surdité des journalistes, renoncement des politiques, et frustration des policiers : rien ni personne n'est ici épargné. Que disent en fait les statistiques ? Pourquoi une telle gestion chaotique ? Comment penser l'immigration, la ville, la prévention et la répression ? La proximité est-elle la solution miracle ? Et la prison doit-elle rester tabou oe Bousculant les idées reçues, dénonçant les aberrations du système, ouvrant d'authentiques pistes, voici enfin les vraies questions pour de vraies réponses.

    Contrôleur général de la Police nationale, Luc Rudolph est secrétaire national du syndicat des commissaires. Criminologue, Christophe Soullez dirige le cabinet d'une importante mairie de banlieue. Ils sont les coauteurs de La Police en France.

    Préface de Xavier Raufer

  • La volonté de l'État d'encadrer la consultation des fichiers de police judiciaire à des fins administratives ainsi que le développement des techniques de traçabilité dans les systèmes d'information de la police nationale ont conduit le législateur à donner un fondement juridique clair de l'usage des fichiers. Cet impératif de moralisation du secteur est indissolublement lié aux prérogatives nouvellement confiées aux agents de sécurité privée, qu'il s'agisse des fouilles dans les aéroports, des palpations de sécurité dans les stades ou de la surveillance de sites sensibles. Malgré le contrôle de la CNIL, les diverses modifications législatives faites en vue d'améliorer l'encadrement de ces fichiers et les opérations d'apurement réalisées par les services de police et de gendarmerie, l'utilisation de certains fichiers, aux finalités administratives, continuent de soulever des questions au regard des libertés individuelles et collectives. Ce rapport explore les points suivants : le recensement des fichiers et les dysfonctionnements, puis émet des recommandations. Le ministère de l'Intérieur a décidé de suivre l'ensemble des recommandations du groupe de travail.

  • « Ce que l'État Islamique tente désespérément, c'est affaiblir son adversaire au coeur. Attaquer la France dans sa diversité et pousser à l'affrontement fait partie de sa stratégie.
    Voici pourquoi il nous a paru utile de publier ce guide, mi-outil pratique de « survie en milieu hostile », mi-ouvrage permettant de s'y retrouver dans la confusion ambiante sur un sujet plus complexe qu'il n'y paraît. Certains, angoissés devant la multiplication des risques, peuvent avoir raison et apparaître lucides en parlant de guerre civile. Mais nous ne partageons pas leur pessimisme.
    Face au terrorisme, on peut, c'est naturel, décider de se sauver. Tous les ouvrages et toutes les recommandations le disent : « S'échapper, se cacher, alerter ». Mais nous savons aussi que quelques individus plus courageux, des « héros », ont réussi à désarmer l'agresseur du Thalys, abattre deux des terroristes du Bataclan mettant fin au massacre en cours, dévier le camion de Nice, etc. Et combien d'autres inconnus en Occident ont pu sauver des dizaines de vies ? Se sauver sans doute. Mais on peut aussi se demander si on peut sauver les autres.
    La France apprend douloureusement à devenir vigilante, résiliente. Il lui faudra aussi se montrer résistante. »

empty