Gallimard

  • «Empêcher un jeune homme d'aller où l'appellent ses passions est presque impossible», écrit Pissarro. En 1855, à l'âge de vingt-cinq ans, il quitte définitivement son île natale des Antilles danoises pour se consacrer à sa vocation artistique. Précurseur du mouvement impressionniste, il participe activement à l'organisation de sa première exposition en 1874, avec Monet, Sisley ou Degas... et sera présent aux huit expositions du groupe. D'esprit ouvert, charismatique, pédagogue-né, il sera choisi comme professeur par Cézanne, Gauguin et Van Gogh. Infatigable travailleur en perpétuelle recherche de nouveautés picturales, Pissarro adhère brièvement au mouvement néo-impressionniste. Peintre des paysages agrestes du Vexin et de la Normandie, il se passionne à la fin de sa vie pour les vues urbaines. Claire Durand-Ruel Snollaerts restitue la personnalité rayonnante et le riche parcours du père des impressionnistes.

  • Le nom de Paul Durand-Ruel (1831-1922) est étroitement lié à l'histoire de l'impressionnisme et à l'essor du marché de l'art moderne dans la seconde moitié du XIXe siècle. En 1865, Paul succède à son père, marchand de tableaux déjà bien établi et fournisseur des princes d'Orléans auxquels il vendait des toiles de Corot, Courbet ou Delacroix. Au début des années 1870, Paul découvre à Londres les oeuvres des futurs impressionnistes. Enthousiasmé, il leur achète des toiles par dizaines. Associant étroitement sa galerie au mouvement impressionniste naissant, Durand-Ruel invente de nouvelles tactiques de vente destinées à «imposer» ses artistes : achats massifs, soutien aux expositions collectives, organisation d'expositions individuelles, publications de monographies et de catalogues. Le marchand exerce un quasi-monopole sur la production des artistes, leur prodiguant même des conseils précis sur les sujets explorés ou les formats des tableaux.
    Avec les expositions des «Meules», des «Peupliers», puis des «Cathédrales» de Monet, dans les années 1890, Durand-Ruel atteste sa capacité à suivre au plus près la démarche de certains de «ses» artistes. Enfin, le marchand s'emploie à diffuser leurs oeuvres à l'étranger : Londres, Bruxelles et surtout les États-Unis. Les collections des musées de Philadelphie, Chicago, Boston, du Metropolitan Museum ou de la National Gallery de Washington, comptent aujourd'hui des centaines de tableaux impressionnistes provenant de la galerie Durand-Ruel.

empty