Edilivre

  • L'aromathérapie est peut-être le futur de la médecine : elle semble forte là où les traitements actuels sont faibles (maladies chroniques, douleurs mécaniques...). Pourtant, alors même que le nombre d'études scientifiques étayant leur utilité croît de plus en plus, la majorité du grand public et des scientifiques restent convaincus qu'il ne s'agit que de placebos à l'odeur agréable.

    C'est malheureusement compréhensible. Trahie par ceux-là mêmes qui prétendent la défendre, l'aromathérapie est dominée par les théories ésotériques et la pseudoscience. Pire : même ceux qui revendiquent une approche scientifique, fussent-ils médecins ou pharmaciens, participent à cette perversion. Accessible au grand public, ce livre vous permettra de séparer le bon grain de l'ivraie.

  • Il y a toujours des bords, des limites, sur lesquels nos esprits se heurtent. Au travers des mots, certaines consciences arrivent à se libérer et à traverser les bords limitrophes de nos neurones.
    Strophe après strophe, vous irez de surprise en déconvenue, car ici, aucune barrière à l'imagination et aux émotions ne viendra frustrer les envolées spatiales.
    Ce recueil est constitué tout autant de paroles, au départ écrites pour la musique, que de textes se suffisant à eux-mêmes. La liberté reste le premier parti pris de ces écrits, mélangeant ainsi la finesse à la vulgarité, un vocabulaire littéraire à des termes issus de l'argot.

  • Devil inside

    Frantz Baumann

    A la mort de son oncle, le monde d'Inès se fragmente lentement autour d'elle jusqu'à ce qu'un banquier révèle l'existence d'un coffre. La jeune femme trouvera de l'argent liquide, comme elle pouvait s'y attendre, mais également une arme, une clé USB, des photographies et un livre. Un lien unit-il tous ces objets? Une chose est sûre, ils propulsent Inès dans une autre réalité, un univers parallèle où elle croisera un sosie d'Elvis, une étudiante gothique, un banquier, un antiquaire asiatique, et bien d'autres personnages insoupçonnables. Sur les traces de son propre passé, cette jeune fille un peu étrange, passionnée de mécanique automobile, saura-t-elle reconnaître et accepter ceux qui voudront lui venir en aide? Dans un futur proche, à Nancy, ville aux artères parcourues par un souffle de nostalgie, voici la singulière histoire d'Inès de Viild, une âme égarée en décalage avec son époque. Toujours à contre-courant.

  • Dans l'absence de mots, le silence est une nuit à l'obscurité désastreuse, il arrive parfois que des insectes s'y glissent pour y ramener quelques lumières, loupiotes rarement éteintes.
    C'est sous cet angle qu'il faut entamer la lecture de ce recueil de mots où tout n'est que recherche de liberté, autant sur le fond que dans la forme. Ce n'est que par cet interstice que sf5x, alias le « Sphinx », fuit les diktats préétablis pour mieux narguer la claustrophobie que l'académisme primaire crée en lui.
    Donner du poids aux mots, c'est en même temps les libérer de la lourdeur du sens qui les plombe.

  • La condition humaine est-elle une pénitence infligée aux dieux ? Voici une bonne question pour entamer la lecture de ce recueil de poésie. Sf5x, alias le sphinx, vous propose une poésie interstellaire pour faire voyager votre karma au-delà des astres.

  • Autoreverse

    Frantz Baumann

    C'était mieux avant.


    Et si ce sentiment enfoui dans la conscience populaire n'était pas juste une vieille rengaine ? Et s'il était déjà trop tard pour faire marche arrière ? Inès de Viild en est convaincue, elle qui subit son époque plus qu'elle ne la vit, condamnée à errer dans un monde qui ne lui ressemble pas.


    C'était mieux avant.


    Et toujours ce clic dans sa tête, le clic mécanique d'une cassette audio en bout de piste dans un vieux walkman des années 80.

  • "Elle était là cette Marraine Tortue, couchée sur le dos, dans sa carapace cabossée qui semblait rétrécir de jour en jour. Il y avait autour d'elle de grands enfants qui auraient pu être ses filleuls. Ils l'arrosaient de temps en temps pour la rafraîchir et lui donnaient des petites gouttes magiques à base de « dodotorphine ». De temps en temps, on la mettait sur ses pattes toutes frêles. pattes de derrière uniquement, car elle était une Marraine, Marraine préhistorique soit. mais super. comme Nany. Et Parrain, son compagnon, l'avait bien compris."

empty