Corinne Baujard

  • "Comment valider les acquis buissonniers des professionnels, des étudiants et des élèves ? L'apprentissage par l'expérience suppose une multitude de savoirs informels et non formels, souvent inconscients. Dès 2002, la validation des acquis de l'expérience (VAE) permet de reconnaître aux adultes des savoirs professionnels, l'expérience personnelle des jeunes qui ne sont ni en formation, ni en éducation, ni en emploi reste encore largement ignorée, voire niée."

  • Au moment où le management aimerait parfois se penser comme un art, l'art recourt chaque jour davantage au management. La liaison est parfois tumultueuse, toujours source d'interrogations sur les mutations sociétales.

    Musées et management : vers la mondialisation culturelle traite de questions actuelles et essentielles : soutien des pouvoirs publics à la culture, concurrence des financements publics et privés, omniprésence du monde numérique, éducation culturelle et apprentissage, diversité des comportements et des attentes dupublic.


    Au siècle du management, la valorisation de l'innovation permanente, de la performance et du divertissement bouleverse la relation traditionnelle entre l'art, la culture, le savoir et l'intérêt général. L'institution muséale s'inscrit dans une mondialisation culturelle qui met au défi de préserver sa principale justification : offrir à l'humanité une connaissance indispensable de son histoire qui dépasse les mutations technologiques et les choix économiques, financiers, sociaux ou politiques.

  • Les Musées de France ont pris une place de plus en plus importante au sein des pratiques culturelles et touristiques. De nouveaux modes d'accès à la culture - désormais mondialisée - encouragent une gouvernance patrimoniale qui tente de conjuguer convergence numérique et transformation des usages dans l'espace muséal.


    Le défi est désormais de concilier tradition et modernité, art et divertissement, délectation et consommation. Le musée physique (in situ) qui expose les oeuvres se prolonge par des dispositifs numériques au sein même de ses murs (cartels, audioguides, interactivités, sons, vidéos...) et la multiplication de sites Internet en ligne, publics ou privés. Le « musée virtuel » en vient à rejoindre le « musée conservateur ».


    La numérisation du patrimoine modifie-t-elle l'institution ? Le musée conservateur des siècles passés privilégie aujourd'hui la fréquentation du public et la diversification des modes de financement pour accroître ses moyens. Le musée virtuel en devient une extension, mais aussi parfois un concurrent. Dès lors que la mission de service public est confrontée au marché, la relation de l'institution à son patrimoine s'en trouve affectée. Autrement dit, la capacité à transmettre un héritage culturel aux futures générations s'inscrit désormais au coeur des débats sur l'avenir des musées.

  • Les pratiques de formation connaissent une profonde mutation. Elles sont confrontées aux transformations de l'entreprise, à l'influence des NTIC, mais également à la mobilité professionnelle ou géographique des salariés. Assurer la cohérence des choix managériaux en matière de e-learning devient un enjeu de la formation tout au long de la vie professionnelle. Le défi est considérable dans la mesure où les compétences susceptibles d'être mobilisées par les individus constituent désormais un atout majeur pour toute organisation.
    À partir d'une démarche inductive adaptée de la Grounded Theory, cet ouvrage propose une série d'entretiens réalisés auprès d'organisations les plus diverses. Ces témoignages font apparaître que tout projet d'apprentissage numérique ne peut être créateur de valeur pour l'entreprise que s'il est construit sur une stratégie s'appuyant autant sur la dimension humaine que sur la technologie. Plus que jamais, la gestion des savoirs en temps réel est une exigence critique pour les entreprises internationales.

  • Les pratiques de formation connaissent une profonde mutation. Elles sont confrontées aux transformations de l'entreprise, à l'influence des NTIC, mais également à la mobilité professionnelle ou géographique des salariés. Assurer la cohérence des choix managériaux en matière de e-learning devient un enjeu de la formation tout au long de la vie professionnelle. Le défi est considérable dans la mesure où les compétences susceptibles d'être mobilisées par les individus constituent désormais un atout majeur pour toute organisation. À partir d'une démarche inductive adaptée de la Grounded Theory, cet ouvrage propose une série d'entretiens réalisés auprès d'organisations les plus diverses. Ces témoignages font apparaître que tout projet d'apprentissage numérique ne peut être créateur de valeur pour l'entreprise que s'il est construit sur une stratégie s'appuyant autant sur la dimension humaine que sur la technologie. Plus que jamais, la gestion des savoirs en temps réel est une exigence critique pour les entreprises internationales.

  • La stratégie des organisations accorde désormais un rôle central à la formation, tout particulièrement au e-learning.
    Confrontées à l'émergence de savoirs sur la transformation organisationnelle, les entreprises souhaitent rationaliser le déploiement de la nouvelle technologie auprès de centaines ou de milliers de salariés et s'affranchir des contraintes de temps et d'espace auxquelles l'apprentissage est traditionnellement soumis.
    À partir d'une, démarche inductive, adaptée de la Grounded Theory de B. Glaser et A. Strauss, une série d'entretiens a été réalisée auprès d'organisations les plus diverses, par la taille ou le secteur d'activité. Il apparaît que le e-learning peut constituer un instrument d'investigation des pratiques managériales et contribuer à l'alignement de la formation sur les orientations stratégiques. Sa réussite dépend autant de la prise en compte des interactions entre l'entreprise et son environnement que de la dimension humaine propre à tout outil.

  • Les organisations créatives et culturelles sont marquées par un développement sans précédent et témoignent d'un intérêt croissant pour les échanges économiques et touristiques, notamment au plan international. Les secteurs créatifs, tels que l'art, le design, la publicité, l'artisanat, la mode, les musées, les bibliothèques, la gastronomie ou encore l'architecture, constituent des leviers essentiels pour le patrimoine et le développement des territoires.

    Cet ouvrage étudie les organisations créatives et culturelles sous un angle économique et managérial dans un contexte récent de recul des financements publics. Il traite de questions longtemps négligées par le monde académique (mutation de la demande, attractivité touristique, défis architecturaux, créativité territoriale, digitalisation, médiation éducative et thérapeutique) et prend ainsi la mesure de la complexité d'activités émergentes dans notre société. Il offre un ensemble de stratégies originales et innovantes autour des organisations créatives et culturelles, qui renouvellent les espaces et l'environnement tout en respectant l'ancrage culturel et artistique du patrimoine.

empty