Daniel Dumont

  • Garantir à tout citoyen un revenu minimum sans aucune condition. Telle est l'idée du revenu de base universel : un même montant quelle que soit la composition du ménage, que l'on soit riche ou pauvre et sans la moindre exigence d'effort en contrepartie. Bonne idée ? La proposition fait des adeptes de plus en plus nombreux, à gauche comme à droite. Lire la suite Ce petit ouvrage pédagogique poursuit un double objectif. Il familiarise d'abord le lecteur avec le concept de revenu de base universel, au sujet duquel les malentendus restent nombreux. Il expose clairement de quoi il s'agit, en quoi le revenu de base se distingue des dispositifs de sécurité sociale en place et quels sont les principaux arguments en sa faveur.

    Le livre s'engage ensuite dans le débat sur le bien-fondé de l'idée et y prend position. Concrète, la discussion est située surtout sur le plan des implications pratiques du revenu de base universel. Tout en soutenant que la proposition n'a rien d'absurde, l'auteur expose les raisons de son scepticisme persistant et formule des contre-propositions, alimentées par sa connaissance fine du droit de la sécurité sociale et de ses tourments.

    Le livre s'ouvre par une préface d'Olivier De Schutter, rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme et l'extrême pauvreté. Il se clôt par un échange entre Daniel Zamora Vargas (sociologue), opposant résolu au revenu de base, et Philippe Defeyt (économiste), promoteur de longue date de l'idée.

  • Le monde du travail connaît de profondes mutations. A la multiplication et à la croissance des formes d'emploi dites atypiques, s'ajoute désormais le recours de plus en plus courant au travail indépendant dans des fonctions auparavant assurées par des salariés.Au regard des catégories juridiques traditionnelles, un grand nombre des travailleurs de la « nouvelle économie » est indépendant. Leur situation ne rencontre en effet pas les critères de la subordination juridique, laquelle demeure la porte d'entrée par excellence du droit du travail. Il n'empêche que les situations de dépendance économique auxquelles ces travailleurs font souvent face poussent certains d'entre eux à vouloir agir collectivement, afin d'obtenir l'amélioration de leurs conditions de travail.Les travailleurs indépendants du XXIe siècle disposent-ils du droit de négociation collective ?Telle est la question, à l'évidence d'une grande actualité, au coeur du présent ouvrage. Pour l'instruire, une double démarche est déployée. Dans la première partie, les auteurs scrutent les corpus de droit supranational en vigueur (Organisation internationale du travail, Conseil de l'Europe, Union européenne), afin de les cartographier et de les articuler, à la recherche des droits syndicaux des travailleurs indépendants. Dans la seconde partie, des pratiques concrètes de mobilisation collective de travailleurs indépendants sont documentées, par le biais d'un certain nombre d'études de cas inscrites dans le contexte belge.L'ouvrage s'adresse à tous les juristes, en particulier de droit du travail et de droit de la concurrence, mais aussi aux économistes et sociologues du travail, préoccupés par la structuration des rapports de travail dans la « nouvelle économie ». L'approche par cas d'étude retiendra également l'attention des praticiens des ressources humaines.

  • Cet ouvrage recense une centaine de concepts classiques (âme, justice, travail, passions...) ou plus insolites (inceste, mort de Dieu, circulation, regard...).
    Chaque fiche se découpe en cinq parties :
    - Un « chapeau » recense les sujets pour lesquels l'utilisation du concept sera opératoire.
    - Une présentation historique situe le concept à l'époque de sa naissance et dans les étapes de son évolution. On y définit aussi son domaine d'application.
    - Des commentaires éclairent le sens et la place que lui ont donnés les principaux auteurs de la tradition philosophique, esthétique, religieuse ou littéraire.
    - Quelques citations donnent des références précises dans tous les domaines où s'applique le concept.
    - Des indications bibliographiques permettent d'approfondir ses connaissances sur le thème.

  • Comme c'est bien connu, le droit de la sécurité sociale souffre d'un manque d'harmonisation, de sorte que de nombreuses problématiques sont traitées de manière distincte dans les différentes branches du système.

    Dans ce contexte, ce second volume de Questions transversales en matière de sécurité sociale (le premier volume est paru en 2017) vise à examiner de manière comparative le sort réservé dans chaque secteur à trois questions transversales, toutes aussi complexes que d'un grand intérêt pratique. Il s'agit de l'influence de la composition du ménage sur le montant des allocations sociales, de la possibilité de cumuler une prestation de sécurité sociale avec d'autres ressources financières, et des exigences d'insertion professionnelle imposées en contrepartie de l'octroi de droits.

    Le livre couvre ainsi de manière panoramique les trois problématiques cruciales de la modulation familiale des montants, du degré de sélectivité des prestations et de la balance entre les droits et des exigences de contrepartie, au sujet desquelles il n'existait jusqu'ici pas de vue d'ensemble.

empty