Dominique Sourdel

  • Quelle est l'histoire des Arabes depuis le premier millénaire (avant l'Islam), en passant par la constitution d'un empire et jusqu'à la renaissance du monde arabe aux XIXe et XXe siècles ?
    En dépit des apparences, il n'est rien de plus malaisé à écrire que l'histoire des Arabes, dans la mesure où ce dernier terme, aujourd'hui d'usage courant pour désigner un vaste ensemble de populations arabophones, a recouvert dans le passé une réalité difficile à cerner. Ainsi, on ne peut le réserver aux seuls habitants de l'Arabie qui y vivaient avant l'apparition de l'Islam car une appellation aussi limitative ne permettrait de rendre compte que très partiellement de l'évolution à partir de laquelle naquit l'usage actuel, qui insiste sur les liens culturels et linguistiques unissant la Libye et le Maghreb aux pays du Proche-Orient arabe.

  • Le mot islam, qui désigne au sens propre une attitude religieuse de soumission à Dieu, caractérise la révélation monothéiste prêchée par Muhammad (ou Mahomet) en Arabie au VIIe siècle, et répandue au cours des temps sur toute une partie des terres habitées.
    Il s'applique aussi à la communauté formée par les adeptes de cette foi, et à la civilisation qui en est issue. Loin des idées fausses qui ont longtemps imprégné le monde non-musulman, cet ouvrage se propose de dégager les principes fondateurs du Coran et ceux de la Loi islamique. Quels sont les mouvements, la philosophie, les institutions, mais également l'activité intellectuelle et artistique que l'islam a produits ? Une synthèse essentielle à la compréhension du monde d'hier, d'aujourd'hui et de demain.


  • " lorsqu'on s'en tient à la période " classique " de l'islam, l'historien, sans rien récuser de l'étude des événements avec lesquels il se trouve d'abord confronté, doit apparaître comme l'homme de curiosités extrêmement diverses.
    c'est dire qu'il doit être un historien de la religion islamique en tant que telle et des doctrines à la fois théologiques, juridiques, politiques qu'elle recouvre, en même temps qu'un historien de la civilisation islamique, sous ses multiples aspects intellectuels et matériels et un historien du premier monde de l'islam, originellement composite, ainsi que des expansions et transformations ultérieures que ce monde, toujours plus divers, en vint ensuite à connaître.
    " de 612, début de la prédication de muhammad en arabie jusqu'à l'invasion mongole de 1260, le monde islamique s'est développé géographiquement en s'appuyant sur une religion monothéiste à caractère universaliste et conquérant, inspirant une civilisation dont le rayonnement s'étendit du maroc à l'inde, très différente des mondes européens, byzantins et asiatiques. l'invasion mongole eut pour conséquence de consacrer l'éclatement de ce monde en trois aires culturelles qui évoluèrent chacune selon leur propre rythme, sans étouffer pour autant la pérennité de nombreuses constantes culturelles dont l'explication profonde est à rechercher dans les réalités médiévales.


  • Quelle est l'histoire des Arabes depuis le premier millénaire (avant l'Islam), en passant par la constitution d'un empire et jusqu'à la renaissance du monde arabe aux XIXe et XXe siècles ? En dépit des apparences, il n'est rien de plus malaisé à écrire que l'histoire des Arabes, dans la mesure où ce dernier ternie, aujourd'hui d'usage courant pour désigner un vaste ensemble de populations arabophones, a recouvert dans le passé une réalité difficile à cerner. Ainsi, on ne peut le réserver aux seuls habitants de l'Arabie qui y vivaient avant l'apparition de l'Islam car une appellation aussi limitative ne permettrait de rendre compte que très partiellement de l'évolution à partir de laquelle naquit l'usage actuel, qui insiste sur les liens culturels et linguistiques unissant la Libye et le Maghreb aux pays du Proche-Orient arabe.

  • Le mot islam, qui désigne au sens propre une attitude religieuse de soumission à dieu, caractérise la révélation monothéiste prêchée par muhammad (ou mahomet) en arabie au viie siècle, et répandue au cours des temps sur toute une partie des terres habitées.
    Il s'applique aussi à la communauté formée par les adeptes de cette foi, et à la civilisation qui en est issue. loin des idées fausses qui ont longtemps imprégné le monde non-musulman, cet ouvrage se propose de dégager les principes fondateurs du coran et ceux de la loi islamique. quels sont les mouvements, la philosophie, les institutions, mais également l'activité intellectuelle et artistique que l'islam a produits ? une synthèse essentielle à la compréhension du monde d'hier, d'aujourd'hui et de demain.

  • "La renommée qui s'attache à la grande époque où se cristallisa la pensée politico-religieuse de l'islam dans sa pluralité et où certains musulmans veulent voir aujourd'hui l'âge d'or du sunnisme, fait briller d'un éclat particulier l'apogée que connut la puissance des Abbassides . Alors s'épanouirent les splendeurs d'un empire centralisé allant du Maghreb à l'Asie centrale, qui avait sa capitale en Irak et qui fondait son organisation sur l'unité de la civilisation islamique en dépit de la variété des peuples convertis peu à peu à la religion dominante.

    L'apparition de cet Etat impérial qui s'était substitué au royaume dit arabe des Omeyyades avait été due à l'action d'une famille ambitieuse qui se réclamait de la descendance du prophète de l'islam.

    L'Etat Abbasside ainsi organisé put-il bénéficier des chefs et des élites lui permettant de combattre les particularismes régionaux et l'influence des doctrines subversives ? Si l'histoire y répond en montrant un souverain de droit divin se résoudre à abandonner ses pouvoirs de décision, financiers et militaires pour tomber en 945 sous la tutelle de ses anciens officiers, l'oeuvre alors accomplie par les Abbassides auparavant n'en permit pas moins malgré tout à l'institution califienne de se maintenir sous le régime du sultanat." Texte de couverture Table des matières Introduction PREMIÈRE PARTIE LA CONSOLIDATION DIFFICILE DU NOUVEAU RÉGIME : D'AL-SAFFÂH A HÂRÛN AL-RASHÎD (749-809) Chapitre I - La prise du pouvoir Chapitre II - La pratique dynastique et la légitimité des Abbassides Chapitre III - La nouvelle capitale, Bagdad Chapitre IV - L'organisation et la défense de l'État Chapitre V - Les soutiens successifs de l'action des souverains Chapitre VI - Les califes et les milieux intellectuels et religieux DEUXIÈME PARTIE CRISES ET RÉTABLISSEMENT : D'AL-MA'MÛN A AL-MUKTAFI (809-908) Chapitre VII - Les tentatives de réforme d'al-Ma'mûn (809-833) Chapitre VIII - De Samarra à Bagdad : armée et révolutions de palais Chapitre IX - Pouvoir central et sécessions Chapitre X - Le retour au traditionalisme au cours du IXe siècle (849-908) TROISIÈME PARTIE DU RÈGNE D'AL-MUQTADIR A LA VENUE DU GRAND ÉMIR BOUYIDE (908-946) Chapitre XI - Les aléas du règne d'al-Muqtadir et la désintégration de l'empire Chapitre XII - Le gouvernement des vizirs et le triomphe des chefs militaires Chapitre XIII - Les califes face à la réflexion doctrinale Chapitre XIV - Le nouveau visage de l'empire et de la société Conclusion Notes Glossaire Bibliographie Tableaux et cartes Annexe Index des noms

  • Fondée en 1941 par Paul Angoulvent, traduite en 40 langues, diffusée pour les éditions françaises à plus de 160 millions d'exemplaires, la collection " Que sais-je ? ", est aujourd'hui l'une des plus grandes bases de données internationales construite, pour le grand public, par des spécialistes.
    La politique d'auteurs, la régularité des rééditions, l'ouverture aux nouvelles disciplines et aux nouveaux savoirs, l'universailité des sujets traités et le pluralisme des approches constituent un réseau d'informations et de connaissance bien adapté aux exigences de la culture contemporaine.

  • Inspiré par le livre sacré, le coran, dont le texte fut écrit, récité, commenté et conservé en arabe, le vocabulaire de l'islam est celui d'une loi qui définit dans la même langue les rites essentiels de la religion, mais aussi les règles de la vie sociale tout en avant aidé au développement des premières institutions gouvernementales.
    Ce vocabulaire, juridique et liturgique dès l'origine, devint également celui d'une mystique et d'une pensée philosophique exprimées en arabe avant de faire appel au persan et au turc. ce sont donc les termes traditionnels, avec leurs implications techniques toujours en usage, qui ont été ci-après choisis pour base tout en étant accompagnés de traductions et de notions en français propres à orienter le lecteur.

  • « La Bibliothèque Que sais-je ? » est une nouvelle série réunissant, autour d'un même thème, plusieurs volumes d'un même auteur ou d'auteurs différents initialement parus dans la collection « Que sais-je ? ».
    Avec cet ouvrage, le lecteur parcourra trois millénaires d'histoire.
    Éric Smilevitch retrace d'abord l'histoire du judaïsme en explorant la tradition hébraïque, qui enveloppe toutes les dimensions de la vie. Yves Bruley montre le rôle crucial du christianisme dans l'histoire mondiale, depuis le retournement religieux de l'Antiquité gréco-romaine jusqu'à nos jours. Dominique Sourdel se propose, loin des idées fausses qui ont longtemps imprégné le monde non musulman, de dégager les principes fondateurs du Coran et ceux de la Loi islamique. Enfin, Jean Baubérot interroge le protestantisme dans son rapport à une modernité qu'il a contribué à faire émerger et qui est à présent en crise.
    Une véritable Bible pour tous ceux qui souhaitent comprendre un phénomène mondial dont nos sociétés sont le théâtre depuis plusieurs décennies : le retour du religieux.

  • Islam : " soumission à dieu ", univers monothéiste irréductible aux autres mais aussi univers pluraliste dans les frontières historiques et religieuses fondatrices de sa légitimité.
    L'extrême diversité de l'islam, sensible aujourd'hui comme hier, demeure toujours confrontée à cette volonté de ressourcement constant par méditation de l'exemple de son prophète, c'est-à-dire de la sunna de muhammad, pierre de touche en milieu islamique, de la fugace notion d'orthodoxie. l'ambition du dictionnaire historique de l'islam est d'apporter une connaissance critique et historique des courants de pensée, des écoles théologiques ou mystiques, des institutions juridiques, de l'organisation administrative et militaire, des exigences culturelles, des histoires dynastiques, sans que soient oubliés les personnages majeurs ainsi que les pays et villes, évoluant au gré des invasions armées et des mouvements socio-politiques.
    Des tableaux généalogiques, des cartes et croquis complètent la construction de ce dictionnaire.

  • Inspiré par le Livre sacré, le Coran, dont le texte fut écrit, récité, commenté et conservé en arabe, le vocabulaire de l´islam est celui d´une Loi qui définit dans la même langue les rites essentiels de la religion, mais aussi les règles de la vie sociale tout en ayant aidé au développement des premières institutions gouvernementales. Ce vocabulaire, juridique et liturgique dès l´origine, devint également celui d´une mystique et d´une pensée philosophique exprimées en arabe avant de faire appel au persan et au turc. Ce sont donc les termes traditionnels, avec leurs implications techniques toujours en usage, qui ont été ci-après choisis pour base tout en étant accompagnés de traductions et de notions en français propres à orienter le lecteur.
    />

empty