Elisabeth Combres

  • «Tu ne dois pas mourir, Emma !» Cachée derière un fauteuil, la fillette n'a rien vu de l'assassinat de sa mère, mais a tout entendu. En avril 1994, la folie meurtrière explose au Rwanda. Pas un habitant tutsi ne doit être épargné. Pourtant, Emma en réchappe. Car la vie réserve aussi des moments de grâce, des rencontres déterminantes...«Après avoir publié un texte documentaire qui explique le génocide des Tutsi, j'ai voulu écrire "au plus près". Ce roman dit le combat d'une enfant victime de cet événement impensable, inhumain, qui pourtant nous concerne tous» Elisabeth Combres.

  • Quand Joséphine rend visite à Armand dans la maison de retraite où il termine ses jours, elle a la haine au ventre. Toute une vie, privée de sa soeur jumelle, Juliette, assassinée par ce salaud, à l'âge de quinze ans. C'était en 1946. Il était alors le petit ami de Juliette... Après vingt ans de prison, une vie de remords, Armand a payé. Mais pas assez pour Joséphine qui s'est construite sur ce manque criant, recluse sur sa douleur. Aujourd'hui, elle a besoin de savoir, de connaître enfin toute la vérité sur les circonstances de la mort de Juliette, avant qu'Armand ne soit plus là pour parler...

  • De l'Amazone au Zambèze, en passant par le Mississipi et la Volga, parcourez les fleuves du monde en 22 portraits. Découvrez les milieux naturels qu'ils traversent et les construction conçues par les hommes pour exploiter leurs richesses ou les préserver.

    Avec des photos étonnantes qui illustrent tous les visages du fleuve, des textes clairs pour comprendre la vie et les activités des hommes au bord du fleuve, une fiche d'identité pour situer le fleuve et en connaître les caractéristiques et un tracé détaillé qui suit le cours du fleuve et les paysages qu'il traverse.

  • Pour Virgile et Yourcenar, en passant par Rabelais, Hugo, Giono, Duras, London, Neruda ou encore par Kerouac, la nature est une véritable source d'inspiration. Quelle soit magnifiée, apaisante, violente ou angoissante, ils la vivent et nous la retranscrivent selon leur courant littéraire mais surtout selon leur propre sensibilité. L'art sait mettre en lumière la beauté de la nature et, notamment la littérature qui nous fait voyager dans des univers très particuliers.
    Albert Camus et ses paysages nord-africains, Jack London et sa nature dominante en Alaska, Jim Harrison et ses milieux apaisants et sauvages, ou encore George Sand qui décrit si bien la terre, les jardins, les oiseaux... Réunis dans cet ouvrage, 50 grands écrivains nous font vivre LEUR nature, selon leur courant littéraire mais surtout selon leur propre sensibilité. La fine analyse d'Elisabeth Combres, accompagnée d'extraits méticuleusement sélectionnés pour chaque auteur, ainsi que les 50 portraits réalisés, à l'aquarelle, par Titwane, nous aident à mieux comprendre leurs univers...
    Et à plonger dans leur somptueuse écriture.

  • La vie d'un homme libre, en dehors des conventions: le premier écologiste au monde ! Henry David Thoreau (1817-1862) est l'inventeur du "nature writing", genre littéraire centré sur l'observation de la nature et de la notion de "désobéissance civile", mode d'action qui inspira Gandhi et Martin Luther King. À la fois philosophe, auteur et naturaliste, il dédia sa vie à la nature, préférant fuir la société et ses injustices pour marcher pieds nus dans la forêt. Dans Walden ou la vie dans les bois, son oeuvre la plus célèbre, il raconte comment il a vécu deux ans dans une cabane au bord d'un lac, il y prône un retour à une vie simple, loin des questions économiques qui préoccupent tant les hommes. Henry David est également une ?gure engagée qui milita toute sa vie pour l'abolition de l'esclavage aux États-Unis et appela à désobéir face à un pouvoir injuste.

  • Des écrivains, philosophes, géographes, scientifiques, militants associatifs, hommes et femmes politiques qui, de la révolution industrielle à nos jours, luttent pour la protection de la nature et la justice climatique. Par leurs écrits et leurs actions, ils nous aident à comprendre le réchauffement climatique, l'effondrement de la biodiversité, la pollution des océans, de l'air et des sols, tous les mécanismes qui contribuent à une prise de conscience de l'urgence environnementale.

  • L'oeuvre de William Shakespeare (1564-1616) témoigne de sa proximité avec la nature. Ses pièces dans lesquelles abondent les fleurs et les oiseaux précipitent les spectateurs dans des scènes de chasse et de fauconnerie, ou au coeur de tempêtes et de crues mémorables. Il cite des végétaux près de huit cents fois dans son oeuvre : fleur, arbre, champignon... La nature y est omniprésente.

    Une chose est sûre, Shakespeare connait les plantes. Il aime les observer, les jardiner, créer des vergers et des parterres de fleurs, très prisés à l'époque élisabéthaine. S'il sait, dans le monde réel, tirer profit des végétaux, il met dans ses pièces des plantes bien moins faciles à domestiquer...

    Shakespeare crée un univers où les êtres humains sont intimement liés à la nature. C'est elle qui dicte leurs actions et leurs comportements et c'est d'elle que dépend l'avenir de l'humanité.

    « Et cette vie qui est nôtre, loin du séjour des hommes, trouve un langage aux arbres, des livres dans les ruisseaux qui courent, des sermons dans les pierres et le bien en toute chose. »

  • Jules Verne (1828-1905) grandit entouré d'eau, sur une île de la Loire, au bord d'un quai, son quotidien est imprégné de vie portuaire et la mer infuse son imaginaire.
    Dans ses romans, il met en scène des ingénieurs, des explorateurs, des chercheurs : botanistes, mathématiciens, astronomes, chimistes. Tous partent à la découverte de la planète, dans des zones aux frontières du réel dans des régions où la nature grandiose et inviolée se révèle être un extraordinaire objet d'étude et un fabuleux réservoir de ressources.
    Ses personnages utilisent d'incroyables machines, comme le Nautilus du capitaine Nemo. Mais plus qu'un inventeur, Jules Verne est un esprit curieux, capable d'absorber des connaissances en quantité puis de les malaxer et de les digérer pour créer de grandes épopées humaines.


    « Cette opération reportera le Pôle actuel à peu près sur le soixante septième parallèle, et [...] ce déplacement de vingt-trois degrés vingt-huit minutes suffira pour que notre immeuble polaire reçoive une quantité de chaleur suffisant à fondre les glaces accumulées depuis des milliers de siècles ! ».

  • Enfant, Victor Hugo (1802-1885) imagine la forêt noire comme un lieu de ténèbres, peuplé de spectres.
    Poète de la nature et de la mort, il cherche l'insondable sous la surface, les signes de l'au-delà, la présence de Dieu. Il pensait que l'esprit humain était trop petit pour embrasser l'univers, mais qu'il pouvait percevoir l'infini dans l'horizon et dans les toutes petites choses, dans les beautés de la nature et dans ses horreurs.
    Il décrit ce qu'il voit comme personne. Selon lui, il faut savoir lire la nature entre les lignes...

    Elle se révèle à qui sait rêver, voir autrement, reconnaître les analogies, changer d'angle et d'échelle. Victor Hugo, qui voyait l'univers dans une feuille et ne pouvait se résoudre à tailler ses arbres, a dit en vers, en prose et en croquis que le monde n'existe que si on lui donne du sens.


    « Il me semble mon ami que ces choses-là sont plus que des paysages.
    C'est la nature entrevue à de certains moments mystérieux où tout semble rêver, j'ai presque dit penser, où l'aube, le rocher, le nuage et le buisson vivent plus visiblement qu'à d'autres heures et semblent tressaillir du sourd battement de la vie universelle. »

  • Le flot continu d'images de violence et de conflits crée cette impression étrange que la guerre est quotidienne, naturelle, inéluctable.
    Pourquoi la guerre ? Comment la paix ? raconte l'histoire de la guerre et explique les mécanismes en jeu. Il met ainsi en lumière le cynisme souffrances et surtout l'espoir des conflits, la générosité de ceux qui apaisent les et la volonté qu'il faut aux hommes, jour après jour, pour construire la paix. Voir : une sélection de 72 photos dont la force et l'humanité arrêtent le regard, créent l'émotion, éveillent la curiosité ou la prise de conscience.
    Comprendre : des textes documentés et accessibles expliquent en profondeur l'histoire de la guerre et ses enjeux actuels économiques, politiques ou culturels. Agir : des pistes concrètes, à l'échelle individuelle ou internationale, pour aider les jeunes à construire une paix durable pour demain.

  • Al-Qaida, CAC 40, chiites, FMI, Intifada, libéralisme, OGM, permis de polluer... Une grande part du discours des médias reste inaccessible aux jeunes. Parce que l'histoire récente est peu abordée dans les programmes scolaires. Parce que le flot rapide des informations et des images « en continu » n'autorise pas de mise en perspective. Parce que les débats scientifiques, les rapports de force internationaux, les mécanismes politiques, économiques et sociaux sont de plus en plus complexes. Sensibles aux injustices et aux problèmes du monde, les jeunes ont pourtant une grande soif de comprendre.
    Aussi clair que passionnant, ce dictionnaire apporte aux jeunes lecteurs des clés pour donner du sens à l'information, développer leur sens critique et participer au débat citoyen. Mais c'est aussi un outil pédagogique qui aide les parents et les enseignants - et tous les citoyens - à répondre aux questions que soulève l'actualité.

empty