Elisabeth Parmentier

  • En 1895, Elizabeth Cady Stanton réunit un comité de vingt femmes pour réécrire la Bible.  Elles découpèrent les passages qui parlaient des femmes, et les commentèrent selon leurs convictions.
    Que deviendrait une entreprise de réécriture de la Bible au XXIe siècle par les femmes? En profitant des découvertes en sciences bibliques et grâce aux questions critiques féministes, ce livre réunit à nouveau un comité de vingt femmes théologiennes, protestantes et catholiques francophones (québécoises, françaises, suisses), afin de s'emparer des thématiques majeures liées aux femmes et d'en offrir un commentaire à partir d'une dizaine de thèmes fédérateurs, en mettant en évidence comment les textes bibliques peuvent être lus à frais nouveaux.

  • Qui invoque et donne la bénédiction  ? Pour qui  ? En vue de quoi  ? Comment peut-on la considérer  ? A-t-on «  droit  » à une bénédiction, ou est-ce réservé à certaines personnes  ? Doit-on la mériter  ? Y a-t-il une «  force  » attachée à des paroles particulières, à des gestes, voire à des objets bénis? Où tombe-t-on dans les succédanés superstitieux, voire l'exploitation de la crédulité  ? À toutes ces questions et à bien d'autres, Élisabeth Parmentier tente de répondre, et de mieux cerner l'attraction exercée par cet étrange désir d'être béni.
     

  • Filles prodigues, les théologiennes féministes dilapident joyeusement l'héritage des pères pour le remplacer par leur propre création théologique. Leur envol provoque de vives polémiques au sein des Eglises car ces théologiennes mettent radicalement en question les fondements de la tradition chrétienne : Dieu Père doit partager le pouvoir avec Dieu Mère, Jésus-Christ n'est plus l'unique sauveur, etc... Est-ce là un chemin de renouveau pour la foi chrétienne ou sa perdition ? Cet ouvrage présente les théologies féministes dans leur pluralité pour montrer que les interrogations qu'elles posent ne sont pas des " questions de femmes ", mais renvoient aux grandes interrogations contemporaines : où est Dieu, comment le nommer et l'invoquer, à quoi sert la Bible, où va l'Eglise ? Ce travail comble une lacune dans la théologie francophone, où il n'existe pas de réflexion systématique sur les théologies féministes, fort peu connues car peu traduites en français.
    De plus, l'ouvrage propose un chemin original qui confronte les différentes visions théologiques, présente leurs enjeux fondamentaux, puis vérifie ce qui est acceptable par tous les partenaires, hommes et femmes, appelés à formuler une théologie en phase avec les grandes questions contemporaines.

  • La diversité actuelle des approches de la Bible crée parfois une forme de désarroi chez les lecteurs .
    Que penser des différentes méthodes exégétiques et quels sont leurs postulats ? Dans la première partie de cet ouvrage, l'auteur présente les principaux modèles d'interprétation biblique : traditionnel (la proclamation ecclésiale), historico-critique ( la quête de l'auteur et du texte dans son contexte), structuraliste/sémiotique (le texte tel qu'il se présente) , féministe (le parti pris en faveur du lecteur), narratif (le processus de communication entre texte et lecteurs).
    Chaque chapitre fait le point de la recherche sur un modèle et conclut par ses enjeux positifs et négatifs. Dans la deuxième partie, Elisabeth Parmentier propose quelques opinions de lecture destinées à permettre aux lecteurs de découvrir la Bible comme Ecriture vive.

  • La théologie pratique désigne une recherche contemporaine qui construit progressivement son objet en s'appuyant sur l'analyse critique des pratiques croyantes, définissant ainsi un lieu épistémologique propre : la communication du message évangélique via ses multiples expressions et versions dans le monde d'aujourd'hui.

    L'originalité de la présente entreprise réside dans la méthodologie suivie qui consiste à faire se croiser les regards de théologiens catholiques et protestants des deux Facultés de théologie de l'Université Marc Bloch de Strasbourg - faisant apparaître les liens qui ne cessent de se tisser entre la théologie et les sciences humaines dans la recherche universitaire, la formation professionnelle et la vie des Églises.

  • Après l'intérêt suscité par Une bible des femmes, voici une suite d'échos masculins. Avec B majuscule cette fois-ci? Oui, car la bible des hommes est déjà écrite: c'est la Bible! Tous les rédacteurs bibliques (jusqu'à nouvelle preuve) furent des hommes. Faut-il encore leur donner la parole alors qu'ils l'ont tant monopolisée?
    Oui, car les hommes aussi ont besoin de se découvrir pluriels et faillibles, libérés du rôle de «l'homme» figé pour l'éternité. Pour développer le dialogue contemporain au sujet des textes bibliques, c'est en tandem mixtes et oecuméniques que les auteurs ont exploré les diversités des masculinités dans la Bible, débordant bien des stéréotypes du genre masculin. Ces dialogues lèvent le voile sur les fragilités des douze apôtres pourtant modèles de l'Église chrétienne, l'apôtre Paul mère des croyants, Job pourtant père, mari et croyant idéal détruit, Samson perdu par sa virilité, David plus hésitant que royal, bien des paternités délicates, des maris chargés non de dominer mais d'aimer, des dirigeants dont la bonne moralité ne suffit pas...
    Le regard de ces spécialistes en sciences bibliques et en théologie montre que le masculin fut une quête délicate, et qu'il ne peut être un bastion à défendre.

  • Le récit biblique de la visite de Jésus aux deux soeurs Marthe et Marie peut paraître choquant pour les personnes qui se dévouent au service des autres. En effet, il attribue la «bonne», voire la «meilleure part» à Marie qui écoute Jésus assise à ses pieds, pendant que sa soeur s'occupe de l'accueil et de l'intendance.
    Que devient alors le service du prochain tant prôné dans les évangiles ?
    Voici un inventaire des commentaires et des interprétations qu'a connu ce passage de l'Évangile depuis sa première rédaction. Si certains Pères de l'Église voient en Marthe l'icône de la vie active et en Marie celle de la vie contemplative, d'autres voient en Marthe l'intériorisation réussie de la foi qui ne contredit point la vie active.
    Aujourd'hui, les analyses féministes s'attardent à dépasser la simple opposition de deux modèles de vie chrétienne pour parvenir à déchiffrer le sens de la «diakonia», c'est-à-dire du service comme attitude fondamentale de la vie chrétienne. Des débuts du christianisme aux interprétations contemporaines, vingt siècles de lecture ininterrompue redonnent au texte un nouveau souffle.

  • Étudier les rapports entre famille(s) et société(s) sur une durée aussi longue et des espaces aussi vastes et diversifiés peut paraître une gageure.

    Il faut tout d'abord prendre la mesure de la distance, en termes de vocabulaire et de notions, qui nous sépare des familles des Ve-IIe s. avant notre ère dans les mondes grec, romain ou italien, malgré des étymologies en apparence suggestives mais qui, parfois, peuvent induire en erreur. Il faut ensuite tenter d'appréhender la diversité géographique, culturelle et sociale des modèles et des pratiques de la famille, en les contextualisant dans leur moment historique précis, à partir de sources qui, dans le monde grec comme dans le monde romain, requièrent un décryptage rigoureux et critique, du fait, le plus souvent, de leur écriture postérieure à la période étudiée.
    Ces fondements assurés, les candidats pourront aborder avec profit les dimensions civiques et identitaires, politiques et économiques, sociales et (inter)culturelles, d'un sujet aussi passionnant que pluriel.

    Ce manuel propose donc des outils en prise directe avec la préparation des concours :
    - une présentation des épreuves et de leur esprit assortie de conseils.
    - un tableau approfondi de tous les types de sources à connaître, accompagnés pour chacun des clés de lecture spécifiques (en incluant le monde étrusque, objet de développements spécifiques).
    - des synthèses sur les thématiques essentielles.
    - des exemples de dissertations et de commentaires de documents intégralement rédigés.
    - un glossaire.
    - des repères chronologiques à la fois généraux et propres à l'histoire de la famille.

  • La confrontation des christologies de théologiens contemporains catholiques et protestants sous l'angle de l'oecuménisme.
    L' ouvrage est le fruit de conférences données dans le cadre de l'école théologique du soir qui, depuis trente ans, réunit les facultés de théologie catholique et protestante de l'université de Strasbourg.
    Grâce à dix « tandems » de théologiens catholiques et protestants, les auteurs ont élaboré une sorte de radiographie de la christologie du XXe siècle.

empty