Langue française

  • Le tour de l'oie

    Erri De Luca

    «Une fois interrompue la série des naissances, j'étais un rameau sans bourgeon ou, comme dit un de mes amis pêcheurs : un rocher qui ne fait pas de patelles.
    Je te parle à toi ce soir qui n'est même pas celui-ci. C'est un soir.
    Toi, tu es là, plus vrai, plus proche et consistant que le plafond. Je te parle à toi et non à moi-même.
    Je le sais parce qu'avec moi je parle napolitain.» Un soir d'orage, un homme - qui ressemble beaucoup à l'auteur - est assis à une table, chez lui. Éclairé par le feu de la cheminée, il est en train de lire un livre pour enfants, Pinocchio. Dans la pénombre, une présence évanescente apparaît à ses côtés, qui évoque le profil du fils qu'il n'a jamais eu. L'homme imagine lui raconter sa vie : Naples, la nostalgie de la famille, la nécessité de partir, l'engagement politique. À travers cette voix paternelle, ce fils spectral assume progressivement une consistance corporelle. La confession devient confrontation, la curiosité se transforme en introspection, le monologue évolue en dialogue, au cours duquel un père et un fils se livrent sans merci.

  • Impossible

    Erri De Luca

    On part en montagne pour éprouver la solitude, pour se sentir minuscule face à l'immensité de la nature. Nombreux sont les imprévus qui peuvent se présenter, d'une rencontre avec un cerf au franchissement d'une forêt déracinée par le vent.
    Sur un sentier escarpé des Dolomites, un homme chute dans le vide. Derrière lui, un autre homme donne l'alerte. Or, ce ne sont pas des inconnus. Compagnons du même groupe révolutionnaire quarante ans plus tôt, le premier avait livré le second et tous ses anciens camarades à la police. Rencontre improbable, impossible coïncidence surtout, pour le magistrat chargé de l'affaire, qui tente de faire avouer au suspect un meurtre prémédité.
    Dans un roman d'une grande tension, Erri De Luca reconstitue l'échange entre un jeune juge et un accusé, vieil homme «de la génération la plus poursuivie en justice de l'histoire d'Italie». Mais l'interrogatoire se mue lentement en un dialogue et se dessine alors une riche réflexion sur l'engagement, la justice, l'amitié et la trahison.

    Laurent Natrella et Denis Podalydès jouent avec talent les rôles du juge et de l'accusé, et nous emportent dans un récit vivant et poétique.

  • Quelque part dans les Alpes italiennes, un chamois domine sa harde depuis des années.
    D'une taille et d'une puissance exceptionnelles, l'animal pressent pourtant que sa dernière saison en tant que roi est arrivée, sa suprématie est désormais menacée par les plus jeunes. En face de lui, un braconnier revenu vivre en haute montagne, ses espoirs en la Révolution déçus, sait lui aussi que le temps joue contre lui. A soixante ans passés, sa dernière ambition de chasseur sera d'abattre le seul animal qui lui ait toujours échappé malgré son extrême agilité d'alpiniste, ce chamois à l'allure majestueuse.
    Et puis, face à ces deux forces, il y a la délicatesse tragique d'une paire d'ailes, cette "plume ajoutée au poids des ans". Titre disponible chez Gallimard, collection "Du monde entier".

  • Comme chaque été, l'enfant de la ville qu'était le narrateur descend sur l'île passer les vacances. Il retrouve là le monde des pêcheurs, les plaisirs marins.
    Sur la plage, une rencontre avec une fillette l'amène à réfléchir au sens du verbe « aimer ». Il découvre aussi la cruauté lorsque trois garçons jaloux le passent à tabac.
    Erri De Luca nous enchante avec ce récit d'initiation où déjà perce l'homme qu'il deviendra.

  • Écouter un livre est une autre façon de lire.
    Bien plus qu'une nouvelle collection de livres audio, "Écoutez lire" vous invite à découvrir ou à redécouvrir des oeuvres littéraires sous un nouvel angle. Les textes des plus grands auteurs "classiques ou contemporains" sont lus ou joués par des comédiens de renom et de talent.
    À la maison, en voiture ou dans les transports, des romans à écouter comme de la musique.

    «Si l'homme qui lit de vive voix lit vraiment... alors les livres s'ouvrent grand et la foule de ceux qui se croyaient exclus de la lecture s'y engouffre derrière lui» (Daniel Pennac, "Comme un roman").



    L'identité graphique livre/CD
    Le livre audio est un complément qui part du livre et ramène à lui : les couvertures traduisent cette interaction.

    Un environnement sonore d'une grande richesse
    Mise en scène, bruitages, musiques composées parfois spécifiquement pour l'oeuvre, chaque élément sonore est étudié afin de créer une atmosphère unique, mettre l'oeuvre en valeur et susciter l'imagination de l'auditeur.

    Le contenu du livret
    Pour chaque titre, le livret de 4 pages contient : une biographie de l'auteur, un résumé de l'oeuvre, une analyse de l'oeuvre (genèse, contexte, personnages)

    Un prix très attractif
    Dans un souci d'accessibilité,le prix conseillé se situe dans la moyenne des produits culturels, et du livre en particulier.

    Certains textes sont présentés dans leur version intégrale, d'autres dans une version abrégée, revue par l'auteur.

  • Et il dit

    Erri De Luca

    'Il était de ceux qui saisissent une phrase là où les autres n'entendent que du vacarme. Par la gorge tendue d'un lion, dans une rafale, dans une avalanche, dans un coup de tonnerre, il reconnaissait le son d'une voix. Tout en l'écoutant, il la lisait aussi, écrite et couchée. Celui qui voit un fleuve regarde le sens dans lequel il coule, vers où il descend selon le courant. Mais l'avenir d'un fleuve est à sa source. Lui regardait du côté de l'origine du vent.' Un homme est retrouvé, épuisé, au bord d'un campement. Alpiniste courageux devenu vagabond, sa disparition avait fait perdre espoir à tout un peuple dont il était le guide. On découvre son histoire, l'ascension difficile, lorsque soudain, face à la muraille, sa voix se met à résonner : 'Je suis Adonài (Yod) ton Elohìm.'...
    Erri De Luca revient aux sources des Dix Commandements.

  • Première heure

    Erri De Luca

    Tous les matins, la tête vide et lente, j'accueille les paroles sacrées.
    Pour moi, les comprendre ce n'est pas les saisir, mais être rejoint par elles, être calme au point de se laisser agiter par elles, dépourvu d'intention au point de recevoir la leur, insipide au point d'être salé par elles. Ainsi, suis-je devenu un hôte chez moi des paroles de l'Ecriture sainte. Je restitue en désordre une infime partie du don de pouvoir la fréquenter. Erri De Luca

  • Coffret de quatre volumes vendus ensemble

  • Avec Gianmaria Testa et Gabriel Mirabassi

  • E Napoli, goude ar brezel, e vev un emzivad yaouank bet kemeret dindan divaskell ar porzhier don Gaetano. Un den mat ha brokus eo don Gaetano ha tomm eo e galon ouzh ar paotrig. Hemañ a zesko digantañ darvoudoù ar brezel, c'hoari 'r c'hartoù, bitrakiñ, traoùigoù ar vuhez pemdeziek hag ar garantez.
    Donezonet eo don Gaetano pa 'z eo barrek da lenn e pennoù an dud. Gouzout a ra eo prederiet ar paotrig gant skeudenn ur plac'h yaouank damwelet gantañ a-dreñv he frenestr pa oa-eñ o c'hoari mell-droad er porzh. Bloavezhioù war-lerc'h, pa zistroio ar plac'h yaouank en do ezhomm ar c'hrennard skoazell digant don Gaetano...

    À Naples, durant l'après-guerre, un jeune orphelin vit avec Don Gaetano, qui l'a pris sous son aile. Don Gaetano est un homme bon et généreux et il est très attaché au petit garçon. Ce dernier apprendra beaucoup de lui : l'histoire de la guerre, jouer aux cartes, bricoler, ainsi que l'amour. Don Gaetano a le don de lire dans les pensées des gens. Il sait que le jeune garçon est troublé par une jeune fille qu'il a brièvement aperçue à sa fenêtre, alors qu'il jouait au ballon dans la cour. Des années plus tard, lorsque la jeune fille rentrera à la maison, l'adolescent aura besoin de l'aide de Don Gaetano.

  • Dans Sur Face, Martin d'Orgeval capture les détails lyriques des surfaces quotidiennes, petits miracles visuels que nous pourrions autrement manquer. Qu'il s'agisse de peinture éclaboussée sur une route, d'un pare-brise recouvert de terre, d'un tas de neige étouffée ou de délicates formes de papier plié définies sous une forte lumière, d'Orgeval met l'accent sur l'accumulation patiente, selon les mots d'Erri De Luca, d'une « collection de visions ». qui révèle l'extraordinaire dans le mondain. « Mais où voit-il ces choses ? » poursuit De Lucca, « A quel endroit ces photographies existent-elles ? Je parcours ce monde depuis plus longtemps que lui et je n'ai jamais trouvé ce genre de choses - rien qui me rappelle ce que ces surfaces montrent. Ce sont des déclarations de la matière qui se révèlent à lui, disant : Je suis ceci. Pourtant, cela ne se dit qu'à lui, à la prunelle de ses yeux. »

  • "Les sculptures de Zaric nous invitent à découvrir un univers dans lequel l'homme et l'animal se métissent. Cet anthropomorphisme est mis au service d'une oeuvre qui évoque, la fragilité, l'amour, la méditation, l'espoir, le déracinement, la vanité, l'éros. Emprunt d'une force qui puise aux sources des mythologies et de l'esthétique antique, Zaric livre un miroir du monde plein d'humour grinçant et enchanteur." Pierre Starobinski

  • La valeur particulière de ce dialogue tient à ce que ses deux auteurs ont, l'un, Erri de Luca, récemment risqué la prison pour défendre le droit à l'usage d'un mot : « sabotage », et l'autre, José Bové, fait de la prison en 2002 parce que la justice lui refusait le terme « démontage festif » au profit de « saccage » dans son action contre le McDonald's de Millau, temple de la malbouffe. Rétablir la vérité des mots, relier une parole juste à des actes justes : voilà bien le sens de cette élégante leçon dispensée par le très grand écrivain italien et le fameux député européen. Non pas donc un ennième discours « sur » la justice et la désobéissance, mais bien une incarnation, par le langage, de ces deux grands thèmes éternels, auxquels s'ajoute évidemment l'écologie.

  • En leurs divers agencements esthétiques, narratifs et imaginaires, avec aussi leurs frontières formelles ou en déplacement, la littérature et la poésie expriment - pour le dire beaucoup trop simplement - le bonheur, le malheur ou parfois l'indifférence de la présence humaine dans le monde. En ce sens, la fiction peut être l'alliée cognitive des sciences humaines et sociales qui espèrent donner du sens à l'Histoire, sans céder trop au présentisme qui écrase le temps long de la pensée. Alliées, elles constituent les perfectibles pivots humanistes de l'éducation scolaire, ainsi que de l'enseignement et de la recherche universitaires, cet irremplaçable patrimoine inscrit dans l'héritage humaniste des deux modernités de la Renaissance et des Lumières.
    Les textes de ce recueil sont issus des 49e Rencontres Internationales de Genève.

    Www.rencontres-int-geneve.ch/

  • L'heure H Nouv.

    Sara et Sebastiano vivent leur amour à l'ombre de l'entreprise de sidérurgie Italsider. Ils luttent pour un avenir juste et équitable où les ouvriers ne travailleraient plus à la pièce, ne seraient plus exploités et où les usines seraient un lieu de travail, de droits et non de mort. Ils font partie d'une des plus importantes formations de la gauche extraparlementaire italienne, active de la fin des années 1960 à la première moitié des années 1970. Leur militantisme tumultueux se déroule dans les rues de Tarente, accompagné jour après jour par les articles du quotidien Lotta continua, organe officiel du groupe politique du même nom. La voix de leur protestation s'élève haut et fort avec celle d'une foule d'autres jeunes, jusqu'au moment fatidique, attendu depuis toujours, jusqu'à ce que sonne l'Heure H.
    Un aperçu brutalement réel de l'Italie des luttes ouvrières à travers le filtre d'un des quotidiens politiques les plus influents de ce pays.

empty