Fanette Mellier

  • Matriochka

    Fanette Mellier

    Matriochka présente une série de 16 poupées gigognes qui rétrécissent au fil des pages jusqu'à atteindre quelques millimètres seulement. Dans ce livre miniature, Fanette Mellier joue avec les limites de l'imprimabilité et nous invite à la nano-exploration d'une famille de figurines multicolores qui évoquent des personnages de notre imaginaire collectif. Impression 6 tons direct + or à chaud. Couverture toile gaufrée.

  • Inspiré par la vogue pour les cahiers de coloriages mais aussi déçu par la qualité souvent médiocre des dessins proposés, Semiose éditions a eu l'envie de faire appel à des artistes confirmés pour dessiner spécialement des motifs à colorier pour les enfants - et les grands enfants, évidemment ! Chaque dessin est une création originale et véhicule une histoire, un trait d'esprit, dans un goût partagé pour l'humour, l'absurde et l'imaginaire.
    La valeur pédagogique du coloriage n'est plus à démontrer : en exprimant leur libre talent pour la couleur, les enfants observent et se familiarisent avec la manière dont un dessin est construit. Ces albums " color me " s'inscrivent dans la plus pure tradition du cahier de coloriage : petit format (A5), pelliculage brillant de la couverture sur papier cartonné, dessin en ligne claire. La série a débuté en octobre 2016 et s'enrichit régulièrement de nouveaux albums.
    Oh la belle verte ! Oh la belle bleue ! Joie des feux d'artifice qui explosent dans le ciel et retombent en pluie de paillettes. La magie toujours vive de la pyrotechnie est condensée dans ce cahier tout feu tout flamme, dessiné par la graphiste Fanette Mellier. Fusées et bouquets, chandelles et soleils, feux de Bengale et fontaines fusent et s'illuminent. Dans cet album conçu comme une petite oeuvre d'art, vos couleurs seront forcément éclatantes dans la nuit noire du papier.
    Alors, parez à faire feu... allumez la mèche !

  • Le papillon imprimeur reproduit une collection de papillons dont les ailes polychromes créent un mystérieux nuancier. Le processus d'impression rend chaque exemplaire unique, et les pages détachables permettent de combiner 12 papillons de jour et 12 papillons de nuit tous différents en un battement d'ailes. Dans chaque exemplaire se cache un papillon phosphorescent visible la nuit !

  • Première page, on découvre une forme, ici un rond, qui peu à peu, "entre" dans la reliure, jusqu'à disparaître dans le livre, en son milieu. Mais ce n'est pas fini, voici un objet qui ressort du livre, ici un ballon, empruntant au premier sa forme, mais désormais habillé de couleurs.
    À l'instar des livres créés par Bruno Munari et Katsumi Komagata, cette collection de six titres sollicite la curiosité des enfants pour l'image et déplie des mondes à leur intention. Une impression en tons directs et une fabrication soignée servira ces livres magiques.

  • Dans la lune

    Fanette Mellier

    Dans la lune reproduit un cycle lunaire aux formes simples et épurées. En combinant 8 encres de couleur, Fanette Mellier propose une avancée sensible dans la lunaison : croissante, la lune diffuse une subtile palette de blancs colorés; décroissante, sa face cachée se révèle par un jeu de surimpressions. Cette transcription oscille entre contrainte technique et expérimentation, science et pure poésie. Les 30 lunes sont celles du mois de novembre, date de parution de l'ouvrage.

  • Aquarium

    Fanette Mellier

    Aquarium nous invite à une promenade magique parmi 12 bassins parsemés d'espèces graphiques insolites. Face à la lumière, formes et couleurs fusionnent à travers le papier translucide et en un mouvement, les compositions abstraites deviennent un véritable théâtre aquatique.

  • Un album graphique qui joue avec la forme ovale.

  • Au soleil

    Fanette Mellier

    Jumeau dizygote de l'ouvrage Dans la lune, paru en 2013, Au soleil retranscrit un cycle solaire journalier en 6 tons directs. Fanette Mellier propose d'apprécier le rayonnement de la lumière, dans une logique d'expansion de la couleur : du bleu matinal au pourpre du couchant, les halos du soleil imprègnent l'atmosphère de teintes incandescentes.

  • Les robots, les machines connectées prennent une part crois-sante dans notre vie. De nombreux logiciels sont créés afin qu'elles acquièrent une forme d'intelligence et d'interactivité avec nos besoins et nos envies. De Frankenstein à Metropolis, 2001, L'Odyssée de l'espace jusqu'à la récente série Real Humans. la machine et son potentiel dramatique sont des sujets chéris par la littérature et le ciné-ma.
    Laure Limongi s'inscrit dans cette tradition en s'inspirant des dernières recherches en matière de robotique et de linguistique. Son récit s'ancre dans un futur proche qui aura su créer des androïdes intelligents. Il raconte l'histoire de l'un de ces robots ingénieux, Silvio, qui, au contact de celle qui n'aime pas être appelée sa « propriétaire » ou son « maître » - et qui semble un double de l'écrivain -, apprend à comprendre le monde dans lequel il évolue. Ses goûts l'amènent à s'intéresser à la linguistique. Constatant qu'une grande partie des langues créées par les humains disparaissent, il décide de mémoriser les données existantes sur les langues éteintes, de sauver les langues en voie de disparition, et de créer un langage.
    À la fois un magnifique design abordable, subtile et ludique, à offrir et à s'offrir, ce livre protéiforme est aussi un moment puissant de littérature interrogeant sur la condition humaine, le futur d'une société où les robots pourraient devenir des êtres à part entière.

  • Dans cette première monographie, John Deneuve se plait comme à son habitude à « pointer le nonsens, à introduire le désordre dans des situations organisées ».
    Elle met en scène non sans humour, le quotidien et le banal en essayant d'ouvrir le champ à un passage où la situation prend alors plusieurs sens.
    Depuis quelque temps, elle a resserré sa pratique vers le dessin et la peinture. Sa démarche y est illustrée par le jeu graphique de construction et de déconstruction et se traduit plastiquement par un choix de couleurs vives et la présence de formes suggestives, des formes pleines et charnues, habitées, opposées à des formes géométriques élémentaires.
    Se référant souvent à l'enfance, ce rapport n'est ni chronologique ni autobiographique.
    En réalité, il s'agit pour l'artiste de projeter des éléments de l'enfance dans l'espace adulte. Et ainsi d'inviter le spectateur/lecteur à trouver une issue à un spectacle qui « l'intranquilise » et crée un espace désorienté, proche de l'absurde.
    À l'instar des surréalistes, elle utilise l'écriture automatique. En résulte un univers drôle, coloré et fantaisiste.

empty