François David

  • Menteurs

    François David

    Dans la SE (Société Exemplaire) tout le monde doit se ressembler, tout le monde doit penser de la même façon. Il n'y a pas de place pour ceux qui contestent. L'Histoire du XXe a été revisitée, les camps d'extermination ont disparu. Noémie Lipsit, dont l'arrière-grand-mère a été déportée, ne croit pas à cette version officielle. Un livre sur le révisionnisme et sur les fakenews.

  • Noir/voir

    François David

    • Motus
    • 4 Octobre 2005

    Voici un livre différent et qui évoque les différences. Il le fait d'abord parmi les grands rires partagés d'un jeu dans l'obscurité, ensuite dans la surprise d'un renversement, puis du renversement de ce renversement.
    Il s'adresse à tous, réellement, sans exclusive. Dans ce refus de l'exclusion réside peut-être l'une des clefs de cet ouvrage qui porte à l'ouverture.
    Bien sûr, le livre est particulier par sa présentation, sa texture, ses écritures différentes (avec l'histoire en braille à la fin du livre), les approches qu'il propose de cette façon.
    Enfin le livre est singulier par son titre. On peut lire VOIR ou NOIR. L'espoir est que ces deux mots soient découverts ensemble, inséparables, d'un seul regard ou bien d'un seul toucher.
    Un livre noir et plein de lumières, mêmes insoupçonnées, les plus belles peut-être.

    PRIX de la NUIT DU LIVRE, nominé au Prix Baobab du Salon du livre jeunesse de Montreuil. et nominé pour le Prix Bernard Versele.

  • « Tous ces autoportraits ont été pris sans selfie, sans retardateur, sans filtre, sans trucage, sans vergogne »... sur son téléphone portable par François David qui s'interroge sur le hasard de l'effet-miroir, sur la découverte, dans l'image, de soi! Mais lequel ? Le soi intime, celui que les autres voient... Le questionnement est tour à tour ludique, profond, universel.
    Marie Morel, peintre, signe une belle préface.

  • L'homme

    François David

    • Motus
    • 1 Avril 2013

    L'HOMME est un livre vraiment singulier, tout en hauteur pour faire voir autrement et pour s'amuser des hommes qui se donnent de " grands " airs.
    C'est un livre qui se moque en effet gentiment des " grands " et qui rassure les " petits ", qui leur donne confiance.
    Un livre rempli d'humour, mais aussi de tendresse.
    Un livre plein de surprises et de renversements.
    Un livre qui joue avec les lettres, les mots et les couleurs.
    Un livre qui se joue de l'homme qui se la joue ou qui joue au " grand " homme.
    Alors : Un " grand " livre ? Surtout pas.
    Un livre à part qui parle aux yeux et au coeur des petits et des grands.
    Tout simplement.

  • Les idées du groupe de renormalisation développées pour la physique statistique dans les années 1970, en grande partie grâce au prix Nobel de physique Kenneth Wilson, ont entièrement renouvelé ce que l'on appelait la théorie relativiste des champs quantiques, née dans les années 1930 et développée sous la forme de l'électrodynamique quantique dans les années 1950. Un résultat de ce renouvellement est la théorie statistique des champs, une boîte à outils de tout physicien théoricien, de la physique des hautes énergies à la physique statistique.

    Ce livre, qui repose sur un enseignement de plusieurs années, notamment dans le parcours « Physique théorique » du Master 2 « Concepts fondamentaux de la physique », à l'École normale supérieure, est une introduction pédagogique à cet ensemble incontournable de notions. Il est destiné aux étudiants et aux chercheurs. La théorie statistique des champs repose sur la profonde analogie entre les fluctuations quantiques d'un système quantique en dimension d'espace D et les fluctuations thermiques d'un système classique en équilibre à une température absolue T dans un espace de dimension (D + 1), la constante de Planck h jouant le rôle de la température T.

    Ce premier tome développe l'aspect « quantique » de la théorie. La première partie du livre est consacrée à l'intégrale de chemin, qui permet de mettre en évidence d'une façon particulièrement claire cette correspondance entre les deux types de fluctuations, sans négliger des aspects avancés (bosons et fermions, états cohérents, spin). Dans une deuxième partie, l'auteur utilise l'exemple typique de la théorie en f4 pour un exposé détaillé de l'intégrale fonctionnelle, du développement perturbatif, des graphes de Feynman, de la renormalisation perturbative et du groupe de renormalisation en théorie des champs. Le deuxième tome sera consacré aux applications du groupe de renormalisation à la physique statistique, en particulier le calcul des exposants critiques. Seront aussi abordés des sujets reliés : modèle XY, polymères, chaînes de spin, mouillage et membranes, ainsi qu'une introduction à l'invariance conforme et à l'invariance d'échelle en taille finie.

  • Un enfant est un enfant.
    Toujours. Partout. Sauf en Esotie... Là-bas, tous les enfants ne sont pas des enfants. Certains sont des " chuchios ", des gamins sans parents ni famille. Ils bénéficient d'attentions et ils ont des droits : le droit d'aller pieds nus ; le droit de ne pas se rendre à l'école ; le droit de manger mal et pas toujours à leur faim. Manzado est un chuchio plein de ressources. Le jour, il propose aux touristes de porter leurs sacs.
    Le soir, pour passer le temps, il organise des courses de cafards dans une des chambres où il doit passer la nuit. Un jour, il trouve un chaton dans la rue, et en fait un champion...

  • Un texte plein d'humour qui joue endrement avec l'« angélique » et jeune narrateur. Et l'histoire évolue aussi par le jeu graphique sur les lettres et les chiffres, inséparable de l'histoire.


  • oh ! ils arrivent ! ils me poursuivent ! ils vont à toute vitesse, j'ai peur qu'ils courent plus vite que moi ! ils font de drôles de têtes ! ils rient ! au secours !.


  • Les Anglo-Saxons ont le don de captiver leur auditoire en commençant chaque discours par un opening joke censé briser la glace.
    Une fois le public conquis, ils peuvent en toute légèreté aborder des sujets plus délicats... De l'esprit d'à-propos (les meilleures réparties) au mauvais esprit (les railleries, voire les piques) en passant par l'esprit de chapelle (moqueries et chauvinisme) et l'esprit mal placé (histoires grivoises) ce petit manuel aussi chic qu'indispensable nous propose 80 bons mots drôles, piquants ou cocasses, à reprendre à son compte en toute occasion...

  • Dans un camp de concentration, soir après soir, une femme chuchote des histoires à l'oreille d'une enfant pour l'aider à oublier. Sur sa planche, Lila refuse de dormir de peur de retrouver, même dans son sommeil, les dangers qui la terrifient pendant ses journées. Pour l'aider à passer une nuit, et une nuit encore, Moune lui raconte des histoires que Lila ne veut pas entendre car elles finissent bien, alors que, dans ce camp, Lila n'ignore pas ce qu'elle risque.
    Pourtant, peu à peu, elle les écoute car elles lui semblent vraies et l'aident à comprendre, et donc à mieux supporter la situation dont elle est victime. Ces histoires parlent de racisme, d'injustice, mais en laissant toujours une place à l'espérance. Après des nuits et des nuits, Moune demande à Lila de ne pas pleurer lorsqu'on viendra l'emporter. Cependant Lila, qui pensait ne plus jamais avoir de larmes, ne peut les retenir lorsqu'elle se retrouve sans Moune.
    Et puis, une petite fille, Zoé, plus jeune que Lila, s'allonge sur la planche d'à côté et Lila va lui murmurer les histoires qu'elle prétendait ne pas avoir entendues. Et Zoé, quand elle sera libérée, contera elle à son tour les histoires que Lila lui aura contées.

  • Les parents d'Aurélie se séparent. Heureusement, elle a une confidente, sa chienne, Coquine. Mais pendant les vacances, Coquine s'enfuit, c'est le drame. Aurélie rend son père responsable. Pour renouer le dialogue avec sa fille, il n'a qu'une solution : retrouver la chienne.
    Pour aborder avec tendresse le thème délicat de la séparation.

  • Charlie

    François David

    « J'avais treize ans et jamais redoublé une classe. » Ainsi commence l'histoire de Luce - avant sa rencontre avec Charlie, « clochard de Paradis ». Leur amitié va durer le temps d'une année scolaire.
    Par la justesse de son écriture, François David porte un regard plein d'humanité mais sans concession sur les SDF que l'on croise tous les jours.
    À la fin de l'ouvrage, l'auteur, comme dans un jeu de miroir, interviewe la véritable Luce qui a inspiré cette histoire.

  • Deux nouvelles. Deux histoires de collégiens. Iahoo est chien d'aveugle. C'est lui qui guide José, élève de cinquième, et qui l'accompagne partout... même dans le bureau du proviseur.
    Nathalie attends son bus. C'est mercredi, elle se rend à son cours de danse.
    Comment un beau jour peut se transformer en cauchemar à cause de la bêtise et de la méchanceté de quelques-uns ? Et combien de temps faut-il pour l'oublier, se reconstruire et retrouver les beaux jours ?

  • Tes mots sur mes mots

    François David

    • Motus
    • 30 Juin 2011

    Le livre-objet se présente dans un très joli étui d'apparence de cuir noir. Lorsqu'on soulève l'étui, on voit d'abord apparaître, au verso de la couverture, un poème. Au-dessous, dans le réceptacle de l'étui, il y a des feuilles carrées, blanches seulement en apparence. En effet, en regardant mieux, on s'aperçoit qu'il y a quatre lignes d'un premier quatrain, inscrites comme en filigrane. Elles invitent à écrire des mots, les mots propres à chacun, mots doux ou mots du jour le jour, pense-bête pas bête, précieux compagnon, au-dessus des mots gravés dans le papier, se mêlant à eux, les masquant légèrement sans les faire oublier. Sous ce quatrain, un autre, et un autre, et un autre encore, en tout 132 petits quatrains, pour lire et pour (s ') écrire.

  • La clé du coeur

    François David

    • Motus
    • 8 Juin 2012

    « La clé du coeur » se présente comme un porte-clé dont le titre est gravé dans du métal (du zamak) ainsi que l'illustration en « 4ème de couverture ».
    A l'intérieur, un poème émouvant de six vers surgit, quand on ouvre le "livre-objet", sur un fond rouge.
    L'ensemble est présenté dans un bel étui dont dont la mousse a été moulée à la forme du poème-objet.

  • L'ivre objet

    François David

    • Motus
    • 1 Octobre 2008

    Dans ce livre-bojet, à la ressemblance d'une bouteille, un poème à lire en transparence et sans modération En le découvrant, le lecteur se retrouve "Ivre... de poésie" comme écrivait Baudelaire.

  • Mai 1968... La Sorbonne en folie, le Quartier latin en ébullition, les ordures débordant des poubelles. Entre pavés et chienlit, un commissaire de police teigneux et un détective privé sentimental mènent une enquête pour retrouver la fille d'un industriel kidnappée par un mystérieux groupuscule d'extrême droite. Ils croisent en route Daniel Cohn-Bendit, l'OAS, la mafia corse et l'ombre du général de Gaulle. Ils se retrouveront dans un face-à-face final à la Tarantino. Cela promet un joli mois de mai...

  • Fugue

    François David

    • Motus
    • 1 Janvier 1988

    Des poèmes si denses et brefs sur la brièveté du temps.

empty