Francis Hammond

  • Une visite illustrée du château de Versailles, du jardin et de ses dépendances : l'Orangerie, le petit Trianon, la grande écurie ou encore le hameau de la reine.

  • À l'abri des regards, un grand nombre de demeures historiques sont devenues des résidences d'ambassadeurs en poste à Paris. Ce sont des lieux d'histoire et de patrimoine fermés au grand public. Bienvenue en France nous a ouvert les portes de ces demeures aux particularités uniques. Que ce soit un hôtel particulier du XVIIe siècle, un palais Belle Époque ou une demeure au style résolument contemporain, ces résidences rivalisent en beauté et en collections d'art. L'art de la diplomatie s'y exerce, porté par un art de vivre au raffinement accompli.
    De la Chine au Pérou en passant par l'Égypte et la Pologne, Alain Stella et Francis Hammond nous invitent à pénétrer au coeur des plus prestigieuses chancelleries et résidences d'ambassadeurs à Paris. Des tapisseries d'après des cartons de Goya parent les salons feutrés de la résidence de l'ambassadeur d'Espagne. Sur la rive droite de la Seine, à la résidence du Japon, Jean Prouvé et Charlotte Perriand ont signé un décor aux lignes minimalistes qui n'est pas sans l'appeler le style épuré de la maison japonaise traditionnelle. Sur la rive gauche, le palais d'Eugène de Beauharnais, résidence des ambassadeurs d'Allemagne, conserve intact, depuis Joséphine, le faste du style Empire.
    De superbes photographies, spécialement réalisées pour ce livre, nous dévoilent les secrets de ces trésors artistiques et architecturaux insoupçonnés.
    Inédit , cet ouvrage divulgue l'intimité de lieux exceptionnels et rend hommage aux représentations étrangères qui s'emploient à redonner vie à ce précieux patrimoine commun. Aussi, aujourd'hui, les ambassades se posent-elles en dignes héritières de ces hôtels particuliers qui, au fil du temps, ont tant contribué au rayonnement culturel et artistique de Paris.

  • Conçue par l'architecte de Louis XV, Ange-Jacques Gabriel, et bâtie entre 1751 et 1787, l'Ecole militaire de Paris était destinée à former un corps d'officiers d'élite aux défis techniques et tactiques. Elle accueillit les gardes impériales, royales et républicaines. L'ouvrage présente la cour d'honneur, le corps central, la chapelle, les escaliers d'honneur et les décors intérieurs.

  • Depuis la création du pavillon élevé par Le Vau pour Louis XIV, Trianon fut pour la famille royale une oasis en marge de la vie politique, loin des rituels de la monarchie. Louis XV y donna libre cours à sa passion pour la botanique et y créa un petit château de campagne extrêmement raffiné, exemple rayonnant de l'excellence artistique française. Marie-Antoinette y développa à son tour l'art des jardins, puis Napoléon et Louis-Philippe y trouvèrent un refuge paisible.
    À quelques minutes de Versailles mais loin des contraintes de la cour, le domaine de Trianon devint un idéal de beauté et de paix, qui a su conserver son attrait d'origine. Entouré de jardins qui comptent parmi les plus précieux de France, il nous transmet une idée de ce que Talleyrand appelait le « plaisir de vivre ».
    Jacques Moulin raconte le développement du lieu et son importance dans le contexte politique et culturel de l'époque, tandis qu'Yves Carlier évoque les riches collections de mobilier. Anecdotes et récits se succèdent, appuyés par un somptueux reportage photographique inédit, mené par Francis Hammond.

  • Au lendemain de la Libération, alors que les fêtes, bals costumés et dîners fastueux se multiplient, James Viaene décide de se vouer au dur métier de chef et commence son apprentissage dans les plus grandes maisons du Tout-Paris. Il fait ses gammes dans la maison du duc et de la duchesse de Windsor à Paris et à Gif-sur-Yvette. Ensuite, il apprend au côté des chefs les plus réputés et devient chef à son tour dans la maison de nombreuses personnalités, telles Georges Wildenstein, ou Jean de Souza-Lage, qui sont aussi de fins gourmets. Dans ces maisons, le raffinement extrême, l'exigence absolue et l'harmonie sont les maîtres mots.
    Il se créé entre le chef et son employeur une relation privilégiée empreinte de respect, d'échange et de confiance.
    En 1970, James Viaene entre à la résidence de l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris, lieu diplomatique d'exception, où l'art de recevoir tient un rôle central. C'est dans cette merveilleuse demeure historique, lieu idéal pour la mise en scène de ses recettes les plus appréciées, qu'il termine sa carrière.
    Dans cet ouvrage richement illustré, James Viaene livre ses souvenirs, ses anecdotes divertissantes et ses recettes favorites, parmi lesquelles le fameux boeuf Wellington servi à la reine Élisabeth II, le thé « typiquement anglais » et le pot-au-feu inspiré de ses souvenirs d'enfance.

  • Cet ouvrage met à l'honneur l'hôtel de Monaco, actuelle résidence de l'ambassadeur de Pologne et un des plus beaux hôtels particuliers de Paris.
    Bâti par Brongniart en 1774-1776 pour la princesse de Monaco, cet hôtel parisien a été conçu comme un vaste pavillon à l'italienne. Le vestibule, les grands salons, la salle à manger et les appartements privés sont décorés de façon luxueuse. « Peut-être les plus beaux de tout le Faubourg Saint- Germain » disait la marquise de Breteuil à propos des salons de l'hôtel de Monaco.
    L'ouvrage évoque la passionnante histoire de cette demeure et de ses nombreux habitants. Haut lieu de faste et de mondanité, ses propriétaires y reçurent fréquemment des écrivains tels Balzac ou Musset, et Frédéric Chopin y donna un de ses premiers concerts en 1832. Aujourd'hui un lieu de travail et de diplomatie, l'hôtel perpétue cette tradition en tant que centre de culture et d'échanges franco-polonais, à travers la promotion des arts, de la littérature et de la musique.

  • « Je fus toujours une bonne fourchette, ce qui ne m'a pas fait de mal » Ceux qui ont connu Claude Monet, et ont eu le privilège de s'asseoir avec lui devant une table bien garnie, évoquent l'attrait du peintre pour les bonnes choses.
    Les recettes de cuisine pratiquées dans sa maison de Giverny sont révélatrices d'un art de vivre familial et bourgeois mais aussi d'un véritable art de recevoir : goût pour les produits de qualité, plaisir d'accueillir, de donner et d'échanger...
    Pour la gastronomie, le peintre était aussi un maître.
    Cet ouvrage propose 80 recettes des carnets de cuisine de Claude Monet.

  • A l'abri des regards, un grand nombre de demeures historiques sont devenues des résidences d'ambassadeurs en poste à Paris.
    Ce sont des lieux d'histoire et de patrimoine fermés au grand public. "Bienvenue en France" nous a ouvert les portes de ces demeures aux particularités uniques. Que ce soit un hôtel particulier du XVe siècle, un palais Belle Epoque ou une demeure au style résolument contemporain, ces résidences rivalisent en beauté et en collections d'art. L'art de la diplomatie s'y exerce, porté par un art de vivre au raffinement accompli.
    De la Chine au Pérou en passant par l'Egypte et la Pologne, Alain Stella et Francis Hammond nous invitent à pénétrer au coeur des plus prestigieuses chancelleries et résidences d'ambassadeurs à Paris. Des tapisseries d'après des cartons de Goya parent les salons feutrés de la résidence de l'ambassadeur d'Espagne. Sur la rive droite de la Seine, à la résidence du Japon, Jean Prouvé et Charlotte Perriand ont signé, un décor aux lignes minimalistes qui n'est pas sans rappeler le style épuré de la maison japonaise traditionnelle.
    Sur la rive gauche, le palais d'Eugène de Beauharnais, résidence des ambassadeurs d'Allemagne, conserve intact, depuis Joséphine, le faste du style Empire. De superbes photographies, spécialement réalisées pour ce livre, nous dévoilent les secrets de ces trésors artistiques et architecturaux insoupçonnés. Inédit, cet ouvrage divulgue l'intimité de lieux exceptionnels et rend hommage aux représentations étrangères qui s'emploient à redonner vie à ce précieux patrimoine commun.
    Aussi, aujourd'hui, les ambassades se posent-elles en clignes héritières de ces hôtels particuliers qui, au fil du temps, ont tant contribué au rayonnement culturel et artistique de Paris.

  • James Viaene began his culinary career after the French Liberation, in the midst of a post-war cultural revival of sumptuous dinners, balls, and galas. He started as an apprentice in some of Paris's greatest restaurants and later was hired at the Parisian residence of the Duke and Duchess of Windsor. He went on to train under a series of renowned cooks, and became a chef in his own right in the kitchens of eminent public figures such as Georges Wildenstein, Jean de Souza-Lage, and Michel David-Weill. Each successive kitchen challenged Viaene to adapt to new, extremely high standards, catering to both experimental and traditional tastes but always displaying a perfect mastery of presentation. Over time, a special relationship blossomed between the chef and each of his employers, built on respect, trust, and the exchange of ideas.
    In 1970, Viaene entered the British Ambassador's residence in Paris, a unique locale where the chef plays a central role and a delicious meal could create the perfect atmosphere for successful diplomacy. For over forty years, the historic residence, which had once belonged to Pauline Borghese before being purchased by the Duke of Wellington, provided the perfect setting for serving Viaene's best-loved recipes.
    In this richly illustrated volume, James Viaene recounts his memories, amusing anecdotes, and favorite recipes from throughout his reign in the historic kitchen. From the famous Beef Wellington served to Queen Elizabeth II, to "typically English" tea, and the pot-au-feu inspired by his childhood memories, each dish is enhanced by the Residence's legendary silver service, which remains today one of the treasures of the British Embassy in France.

  • Le plus grand château du monde recèle encore mille et un secrets insoupçonnés, y compris pour les plus fins connaisseurs. Versailles a souvent été minutieusement décrit depuis le règne de Louis XIV mais, dû à leur fragilité ou leur état de conservation, de nombreux appartements du palais ainsi que leurs dépendances sont inaccessibles au public.
    Des salons les plus connus aux jardins, en passant par le domaine du Trianon ou le hameau de la Reine, ces lieux renferment autant de détails inouïs, transformés au gré de la lumière et de l'ombre. Du crépuscule d'une soirée d'été au voile de brume d'un matin d'hiver, Versailles révèle de multiples facettes. Versailles, Invitation Privée dévoile ces moments qui demeurent habituellement insaisissables aux visiteurs.
    Pour cet ouvrage, le Château de Versailles donne carte blanche à Francis Hammond.
    Photographe anglais spécialisé dans la décoration intérieure et l'art de vivre, il capture loin de la foule l'ambiance et la lumière exceptionnelle de ces lieux connus et méconnus. Le boudoir de Marie-Antoinette, les coulisses du théâtre de la Reine ou encore l'Orangerie une belle journée d'hiver, Versailles, Invitation Privée est richement illustré et fera revivre ce théâtre d'une magnificence inégalée, lieu de secrets, de mystères et d'une beauté immuable qui continue à fasciner les visiteurs.

empty