Giulia Marino

  • Réalisé entre 1953 et 1959, l'ensemble de la Caisse centrale d'allocations familiales de la Région parisienne (CAF) a été un événement architectonique à part entière. " Edifice pionnier ", " premier mur-rideau intégralement suspendu ", " premier immeuble tout plastique ", la CAF du XVe arrondissement fut reçue comme le bâtiment de tous les records. Objet d'une longue et violente controverse politique s'agissant de sa sauvegarde, la CAF a été, au cours des années quatre-vingt-dix, un cas juridique inédit : inscrite à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques (ISMH) en 1998, la tour Lopez a été déclassée par un jugement du Conseil d'Etat en 2002. Partiellement démoli et radicalement transformé, l'ensemble de la rue Viala est devenu le symbole de la difficile reconnaissance patrimoniale de l'architecture moderne et contemporaine. Destin inéluctable du patrimoine récent ou incapacité profonde à le reconsidérer ? La CAF est un cas d'étude exceptionnel ; cet ouvrage retrace l'histoire architecturale et technique de cette réalisation emblématique, de la genèse du projet d'origine à la documentation minutieuse de sa matérialité, jusqu'à la prise en compte de son histoire récente - polémique et controversée. La reconnaissance de la valeur historique de l'objet construit - architecturale, technique, sociale -, et la perspective de sa conservation guident l'étude. Monographie d'un édifice remarquable et essai sur les enjeux culturels de sauvegarde de l'architecture du XXe siècle, cet ouvrage propose une démarche historiographique fondée sur la connaissance exhaustive de l'objet construit et suggère en même temps des pistes méthodologiques pour l'élaboration du projet de conservation.

  • Avanchet-Parc à Genève est une cité hors du commun. C'est une belle histoire aussi, l'histoire d'une collaboration réaliste entre les syndicats, les associations patronales et un promoteur privé qui, pour répondre à une crise du logement qui perdure, unissent leurs forces pour réaliser un ensemble pour 7000 habitants - 2033 appartements - avec une très grande mixité sociale.
    À son inauguration en 1977, la cité Avanchet-Parc a été saluée comme «l'opération la plus importante dans l'extension de l'agglomération urbaine». Tout est mis en place pour contraster l'effet de «monotonie» contesté aux grands ensembles qui sont sortis de terre dans les Trente glorieuses: implantation en étoile avec perspectives fuyantes, enveloppes enrichies par des jeux volumétriques du plus bel effet, mise en couleur spectaculaire, aménagements extérieurs splendides.

  • Achevée en 1957, la Nouvelle buvette de la Source Cachat à Évian-les-Bains est à classer parmi les icônes du XXe siècle. Le bâtiment est issu de la collaboration fructueuse entre un architecte expérimenté, Maurice Novarina, un constructeur, Jean Prouvé, et un ingénieur-architecte, Serge Ketoff. Le résultat de cette aventure collective est un «objet technique» de valeur exceptionnelle. OEuvre architecturale d'indéniable originalité, parfaitement intégrée d'ailleurs dans le paysage de la ville thermale d'Évian, elle cache une série de dispositifs techniques ingénieux.
    Issue d'une étude historique et matérielle conduite par le laboratoire TSAM de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne sur la base de documents inédits, cette première monographie richement illustrée de la buvette d'Évian témoigne de son importance dans l'architecture des années 1950.

  • La notion de confort physiologique - hygrothermique, mais aussi lumineux et acoustique - est à relever parmi les impératifs majeurs de la production architecturale du XXe siècle. Dissimulés, incorporés, ou alors exposés, voire littéralement mis en scène, les dispositif du confort occupent une place prépondérante dans le projet d'architecture.

    L'ouvrage se propose de restituer la centralité des réseaux, paradoxalement "encombrants" mais "invisibles", dans l'architecture moderne et contemporaine. Venant d'horizons disciplinaires très divers, les auteurs retracent ici tant les raisons culturelles que les enjeux matériels du "projet du confort".

    Egalement, quelques réalisations emblématiques récentes sont présentées par leurs propres concepteurs. Par un juste équilibre entre la sauvegarde du patrimoine moderne et les nouveaux paradigmes d'économie d'énergie, elles démontrent l'actualité de la notion de confort dans sa nouvelle acception intégrant désormais la "durabilité". Les installations techniques sont au coeur de ces réflexions.

    Avec les contributions de : Patrick Aeby, Daniel Bosshard, Federico M. Butera, Vanessa Fernandez, Emmanuelle Gallo, Franz Graf, André Guillerme, Dean Hawkes, Pierre-Edouard Latouche, Giulia Marino, Matteo Mariotti, César Martin Gomez, Eric Monin, Reto Mosimann ,Rolf Mühlethaler, Heinz Müller, Ignacio Paricio, Virginie Picon-Lefebvre, Eduardo Prieto, Margarida Quintâ, Giulio Sampaoli, Stefan Schmidlin, Nathalie Simonnot, Meritxell Vaquer.

empty