Guy Bajoit

  • "L'objet de ce livre est de comprendre comment, à la faveur de la construction de l'État français par les onze premiers rois capétiens, l'Église de Rome s'y est prise pour imposer son projet de civilisation à l'ensemble des acteurs laïques qui composaient la société française d'alors. Il est aussi d'analyser en quoi consistait le modèle cultuel chrétien et comment l'Église en a fait une idéologie catholique."

  • Le projet de la sociologie est, par nature, subversif. Il consiste toujours, en effet, à faire voir aux acteurs ce qu'ils ne voient pas, soit parce qu'ils ont des raisons de (se) le cacher, soit parce qu'ils l'ignorent ou encore, parce qu'ils le censurent. Le sociologue est donc nécessairement engagé dans un combat contre l'idéologie et l'ignorance de l'acteur, mené au nom de la complexité du réel, pour contribuer à une connaissance un peu plus réflexive et lucide. Cette conception du travail du sociologue a un corollaire politique. En effet, l'idéologie et l'ignorance de l'acteur sont aussi des armes, dont il se sert pour cacher ou ignorer ses intérêts particuliers, lorsque ceux-ci sont contraires à l'intérêt général. Le combat du sociologue prend alors des allures plus politiques : il devient un combat contre la domination et l'aliénation sociales, au nom de valeurs comme la justice, la liberté, la solidarité. Dès lors, l'engagement du sociologue est forcément politique, mais d'une manière très spécifique. Il n'adhère jamais à l'idéologie d'un acteur, quel qu'il soit ; s'il y adhérait, il cesserait de faire de la sociologie.

  • "Cet ouvrage comporte deux parties, selon le double point de vue historique et sociologique. La première consiste à retrouver la trace de l'individu sujet de lui-même dans la longue histoire de la culture européenne depuis la Grèce archaïque : d'où vient cette conviction si impérative aujourd'hui ? La seconde, sociologique, consiste à analyser en profondeur l'histoire personnelle de neuf individus de notre société, pour tenter de comprendre ce qu'ils font pour échapper à la destinée sociale et essayer d'être davantage sujets et acteurs de leur existence personnelle."

  • Le but de cet ouvrage est de prsenter aux tudiants et chercheurs en sociologie et sciences humaines une thorie sociologique gnrale qui articule les six thories partielles dont l'auteur s'est servi et qu'il a contribu laborer au cours de sa carrire : celle des problmes vitaux de la vie commune, celle des relations sociales et de la socialisation, celle du sujet personnel, celle du sujet collectif, celle du changement culturel et celle du changement social et du dveloppement.

  • L'auteur part d'un constat : attentive aux changements cultu­rels, la sociologie contemporaine s'intéresse de plus en plus à l'individu en tant qu'il prétend être sujet et acteur de son existence personnelle, c'est-à-dire en tant qu'il cherche à se libérer du conditionnement social. Prenant au sérieux ce constat, l'auteur s'interroge d'abord sur la question de savoir ce qu'est, au juste, un acte libre. Ensuite, il cherche, dans l'existence de quelques individus, comment ils s'y sont pris pour être sujets (agir sur eux-mêmes) et acteurs (agir sur les autres) afin d'augmenter leur marge de liberté au cours de leur existence. En s'appuyant ainsi sur des analyses concrètes, il a été amené, d'une part, à construire un cadre théorique (qu'il appelle socio-analyse) et, d'autre part, à mettre en oeuvre une démarche méthodologique inspirée de la méthode psychana­lytique. Cette approche lui a permis de mettre au jour les ­raisons et les logiques qui ont incité ces individus à prendre en main leur destinée et à affirmer leur prétention à la liberté.

  • En quelques décennies, les sociétés occidentales ont connu des mutations si diverses et considérables qu'il y a tout lieu de se demander s'il ne faudrait pas les définir, en toute priorité, comme des sociétés de changement. Rien d'étonnant en tout cas à ce que la notion même de changement social, au-delà de l'approche détaillée des diverses mutations opérées, se soit imposée comme un objet majeur d'analyse et d'interrogation, et à ce que sa prise en compte soit aujourd'hui de rencontre obligée dans tout apprentissage des sciences sociales un tant soit peu axé sur le concret. D'où tout l'intérêt de la présente synthèse, qui ré-interroge les principaux concepts de la sociologie pour dégager la voie d'une approche théorique et pratique extrêmement efficace et ouverte du changement social. L'auteur procède, avec une constante clarté d'exposition, à une véritable remise en perspective de la matière sociologique, qui fait de cet ouvrage, de manière indissociable, à la fois un manuel d'introduction à la sociologie telle qu'elle a désormais à se pratiquer et à s'enseigner, et un outil de compréhension du contemporain dans sa nature si décidément évolutive.Outil privilégié de formation et d'ouverture au social pour les étudiants en sociologie et plus généralement en sciences de l'homme et de la société en général en SHS, ce livre s'adresse aussi aux acteurs sociaux, aux responsables associatifs et à tous ceux qui veulent garder prise sur l'évolution de la société.Guy BAJOIT, professeur émérite de sociologie à l'Université Catholique de Louvain-la-Neuve en Belgique, s'est intéressé, pendant plus de trente ans, à la problématique du changement socio-culturel et de l'action collective, tant dans les pays en développement que dans les sociétés industrielles.
    Position épistémologique. Le contrôle social. Le contrôle culturel. La gestion relationnelle de soi. Les logiques d'action sociale. Le changement socio-culturel.

  • Pour donner du sens au projet européen qui oriente aujourd'hui notre vie économique, politique et sociale, il faut analyser l'histoire de l'Europe occidentale. Et pour cela, il faut remonter à l'Antiquité grecque. Il est indispensable d'établir les faits historiques, mais il faut encore les comprendre, c'est-à-dire expliciter les raisons qu'ont eues les acteurs d'agir comme ils l'ont fait et de produire des sens culturels pour justifier ce qu'ils faisaient. La sociologie de l'histoire peut relever ce défi.

  • "Si vous ne comprenez plus le monde dans lequel vous vivez, mais que vous être pourtant convaincu que ceux qui le gouvernent le mènent « droit dans le mur », lisez ce livre. Vous y apprendrez ce qu'il faut faire pour empêcher cela. Cet ouvrage s'adresse à tous ceux qui sont indignés par ces comportements intolérables et prétend apprendre comment fonctionne le capitalisme néolibéral, afin de leur proposer une manière efficace de le combattre."

  • L'appel au sujet - entendez l'invitation faite à chacun de se comporter comme acteur dans la société - est bien une réalité dans les différents champs de l'activité humaine : dans la manière de concevoir l'éducation des enfants, en famille ou à l'école ; dans les relations de couple ; dans les rapports des gens au travail, au loisirs, à l'argent, à la consommation, à la santé, à la religion; dans leurs rapports à la loi, à la politique, à la chose publique, à l'ordre, à la déviance, à la marginalité, etc. Dès lors, il est important d'examiner comment la sociologie redéfinit ses concepts et ses théories, en adoptant ce nouveau regard sur la société, ce nouveau paradigme social.

empty