Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 14/02/2022

Hamid Zanaz

  • Avec ce nouveau livre, Hamid Zanaz nous invite à découvrir un autre visage féminin de la société arabe contemporaine. Celui des femmes modernes qui n'ont rien à voir avec ces fantômes en niqab qui envahissent les villes occidentales. Des voix savantes, militantes et critiques, qui se multiplient et qui constituent un apport féminin et séculier indispensable dans le débat culturel, scientifique et politique.
    Une quinzaine d'entretiens avec des intellectuelles engagées, parmi lesquelles: Faouzia Cham, physi-:cienne, professeur à l'université de Tunis; Abnousse Shalmani, cinéaste et écrivain franco-iranienne;
    Saïda Keller Messahli, universitaire marocaine, Elhm al Manea, politologue helvéto-yéménite ;
    Amel Grami, maître de conférences à la faculté de la Manouba en Tunisie; Raja ben Slama, psychanalyste et universitaire tunisienne; Zohra Brahim, universitaire marocaine; Sanaa el Agi, journaliste marocaine; Racha Tounsi, journaliste syro-tunisienne;
    Ramda Kassis, anthropologue et journaliste syrienne; Dlfa Youssef, psychanalyste et islamologue tunisienne; Mounia Senkeli, philosophe et universitaire tunisienne, Farah Kay, comédienne belgo-marocaine, ...
    Certaines de ces intellectuelles sont des spécialistes reconnues dans les études islamiques, domaine resté longtemps entre les mains des mâles musulmans. Mais toutes refusent catégoriquement l'application de la charia dans leur pays comme leur inféodation à l'archaïsme islamique.

  • A travers divers interviews accordés à des journalistes de la presse internationale et à quelques sites français, Hamid Zanaz nous donne les clés nécessaires à la compréhension de l'islamisme et son bras armé : le terrorisme. Ce spécialiste de l'islam déconstruit un mythe partagé en France par les médias et les politiques qui, par opportunisme et lâcheté, refusent de voir en l'islamisme l'ombre portée de l'islam.
    L'auteur passe au scalpel le slogan du « rien à voir », démontrant aux journalistes algériens, russes, suisses, arabes, kurdes, italiens l'impossibilité d'adapter le dogme islamique aux exigences des temps modernes. Une pensée à contrecourant du politiquement correct français. Les réponses d'Hamid Zanaz aux questions posées apportent un nouveau regard sur les problèmes posés par l'islam à la laïcité, aux droits de l'homme, à la démocratie, au rôle de la femme, à l'esprit critique...
    Au fil des interviews, l'auteur évoque nombre de questions brûlantes souvent esquivées ou censurées dans les débats médiatiques : l'islam peut-il être réformé ? La théorie du choc des civilisations est-elle fondée ? Est-il vrai que ce sont certains États arabes et d'autres pays musulmans qui islamisent les sociétés et enseignent l'intégrisme à l'école ?
    Peut-on se demander si le djihad guerrier, loin d'être une déviance de l'islam, n'en serait pas le coeur ? Qu'en est-il des « révolutions arabes » : manipulation ou mouvement populaire récupéré ? Qu'en est-il enfin de la menace islamiste pesant sur l'Europe, des porteurs de valises français de l'intégrisme terroriste ?
    À la différence de la plupart des chercheurs, l'auteur ne s'interdit pas de pointer dans l'islam les raisons endogènes qui facilitent l'apparition d'une religiosité violente.
    Ce livre, comme les précédents livres d'Hamid Zanaz, est un manifeste libertaire contre la doxa imposée par la gauche et la droite pour tout ce qui touche à l'islam et à ses dérives sectaires en France et en Europe. Un livre qui s'attaque à la racine du mal islamiste et dénonce les illusions des peuples comme les rassurantes explications des élites au pouvoir.

  • Le rapport Montaigne vient de rappeler l'importance croissante prise en France par les Frères musulmans et le danger que leur omniprésence fait peser sur nos institutions et nos libertés. Hamid Zanaz, une fois de plus, tire la sonnette d'alarme en montrant que l'invasion islamique touche toute l'Europe sous le regard complaisant d'une élite politico-culturelle tétanisée par sa mauvaise conscience et sa lâcheté, et qui semble accepter la mort programmée de notre civilisation. La France, la Suisse, la Belgique, la Suède, le Danemark, la Grande-Bretagne et la Norvège... sont aujourd'hui dans la gueule du loup, refusant de comprendre que l'islam ne cherche jamais à enrichir une culture ou s'intégrer à une civilisation. Son but final c'est de les supplanter avant de les éradiquer. Comment, dans ces conditions, ne pas avoir peur des menaces que fait peser l'islamisme au vu de la violence, des attentats et des meurtres devenus notre lot quotidien ?

  • L'intégrisme islamique est parmi nous, insidieux d'abord puis affirmé, revendiquant ses droits jusqu'au moment où, assez fort, il impose sa loi et punit ceux qui tendent de se dérober à sa tyrannie, comme on le voit dans certaines banlieues avec le voilement forcé des filles et les agressions contre celles qui s'y refusent.
    État dans l'État, nourrissant les communautarismes, refusant de se plier aux lois de la République, il proclame que c'est à la République de s'adapter à l'islam. Hamid Zanaz, issu de famille musulmane, connaît l'islam et ses avatars pour avoir vécu en Algérie où il a enseigné la philosophie à l'Université. Sa maîtrise de la langue lui donne accès à des textes savants et des articles habituellement inaccessibles.
    Écrivain et penseur libre, il dévoile le double visage de l'islam, ses complicités et ses stratégies. À l'heure des printemps arabes, on lira ici avec profit les propos d'un étudiant en médecine égyptien prêt à se débarrasser des vestiges de la civilisation pharaonique et qui considère que l'histoire commence avec l'islam. On découvrira aussi Al Quassimi, cheikh "repenti" du Wahhabisme, devenu l'un de ses critiques les plus radicaux.
    L'auteur montre qu'islamisme et islam visent en réalité le même but : imposer la loi musulmane partout dans le monde, l'un ouvertement, l'autre masqué. Ce livre est un cri d'alarme lancé par un homme courageux : ouvrez les yeux au lieu de pratiquer la politique de l'autruche, ne faussez pas le débat par des indignations de pacotille. Apprenez d'abord à connaître le péril qui guette la démocratie, la liberté de conscience et celle des femmes, et sachez déjouer les pièges et les mensonges car, selon la taqîya, mentir pour le bien de la religion n'est pas un péché en islam.
    Derrière l'affirmation d'une prétendue supériorité de l'islam sur tout pacte social et républicain, se profile l'avant-garde du djihad. Il est grand temps de le savoir.

  • En France, critiquer le christianisme est souvent de bon ton. Voire progressiste. Par contre, dès que l'on touche à l'islam ou à la religion juive, il en va tout autrement. Les accusations pleuvent, alors, drues. Islamophobie ! Racisme ! Antisémitisme !...
    Ben tiens !
    Dans ce paysage bétonné de la critique à géométrie variable du religieux, les libertaires, ces mécréants qui ont le « Ni dieu, Ni maître » tatoué à l'âme, font une fois de plus, une fois encore, désordre.Pour eux, toutes les religions, sans exceptions aucune, constituent des insultes à l'intelligence qu'il convient de combattre en tant que telles.
    Disons-le tout net : ce livre assassine l'idéologie islamique comme jamais encore.
    La critique y est sans insulte, mais radicale, totale, implacable, féroce.
    Elle a la précision du scalpel d'un médecin légiste autopsiant.un cadavre !
    Certaines bonnes âmes, de celles, « munichoises », qui tentent depuis toujours de passer entre le mur de la collaboration et l'affichette de la Résistance d'avant la 25e heure, ne manqueront pas de trouver le propos excessif.
    Que le diable les emporte !

    Critiquer l'islam, aujourd'hui, en France, relève du devoir pour tous les esprits libres et pour tous les révolutionnaires.
    Comme le dit l'auteur, il faut appeler un chameau un chameau, et, donc, ceux qui adhèrent à l'amputation, à la circoncision, à la flagellation, au statut inhumain des femmes., des obscurantistes religieux fascistes.

  • C'est avec un ton particulier, presque facétieux, mais non sans un professionnalisme et au contraire avec un souci de détail et de l'exactitude que "La mélancolie joyeuse" nous dresse le portrait philosophique complexe d'Emil Cioran. Une fine analyse qui explore avec justesse et humour les oxymores propres au philosophe - comme nous l'indique son titre, d'ailleurs - voire même les contradictions qui font toute la richesse de sa pensée, articulée autour du paradoxe entre Naissance et mort, entre Désir et Besoin, entre Nostalgie et Bonheur, entre Pessimisme et Humour.
    Peu importe le nombre de pages qui composent le livre que nous propose Hamid Zanaz. Son étude d'Emil Cioran est complète. Elle va directement à l'essentiel, ne se perd ni en conjonctures, ni en belles phrases vides de sens. Mieux, elle résume toute une pensée avec précision, avec exactitude. Et Hamid Zanaz nous livre un essai approfondi et intéressant, qui saura vous interpeller et vous offrir une nouvelle perspective sur ce grand penseur du 20ème siècle.

  • L'auteur décrit l'islamisation galopante des sociétés occidentales où des quartiers entiers quittent la communauté nationale et ses principes démocratiques. D'après l'auteur, sous couvert d'islamophobie et de racisme anti-musulmans, l'Occident ferme les yeux, creusant ainsi sa propre tombe.

  • Albert Camus nous avait prévenus : « Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde. » Tous ceux qui nient la réalité de l'islamisation rampante de l'Europe et, dans une moindre mesure, l'Amérique, sont en train d'ajouter au malheur de la laïcité déjà assez malmenée.
    Dire que les musulmans, dans leur majorité, n'ont aucun problème avec la laïcité et que seule une minorité intégriste pose problème, est non seulement une contrevérité, mais aussi une insulte à l'intelligence et à la culture des gens. Quels sont ceux, en effet, qui multiplient les demandes de dérogations en tout genre ? Des intégristes ou des musulmans ordinaires ou bien les deux en même temps ? En revanche, quand les Français, dans leur majorité, rejettent l'islam, sont-ils racistes ou clairvoyants ? La question est posée.

  • En France comme en Occitanie, critiquer le christianisme passe pour être progressiste. Par contre, dès que l'on touche à l'islam ou à la religion juive, il en va autrement. Les accusations d'islamophobie, de racisme et d'antisémitisme pleuvent drues. Dans le paysage bétonné de la critique à géométrie variable du fait religieux, les libertaires, ces mécréants qui n'ont «ni dieu ni maître» font, une fois de plus, désordre. Disons-le tout de go, ce livre s'oppose à l'idéologie islamique comme aucun livre ne le fît jusqu'à maintenant. La critique y est sans insulte, mais radicale, totale et implacable. Elle a la précision du scalpel entre les mains d'un médecin légiste autopsiant un cadavre. Certainement que quelques bonnes âmes, ne connaissant rien à l'islam, ne manqueront pas de trouver le propos excessif. Pour autant, pour les défenseurs des droits humains, pour les démocrates et les esprits libres, critiquer aujourd'hui l'islam en Europe et partout ailleurs, relève du devoir. Comme le dit si bien l'auteur, il est impératif d'appeler un chameau, un chameau. Donc, il convient de rappeler aux partisans de l'amputation, de la circoncision, d'un statut inhumain pour les femmes, etc.. ce qu'ils sont: c'est à dire des obscurantistes religieux et des fascistes.
    Hamid Zanaz est un citoyen du monde né arabe en Algérie. Jusqu'en 1989 il enseigna la philosophie (en arabe) à la faculté d'Alger. Condamné par les islamistes, il quitta l'enseignement pour travailler dans la presse indépendante. Il est actuellement réfugié en Europe et ce, depuis 1993.

    En França coma en Occitània, criticar lo cristianisme passa sovent per quicòm de progressista. Per contra, tanlèu que se tòca a l'islam o a la religion josiva, ne va autrament, bravament autrament. Las acusacions d'islamofobia, de racisme e d'antisemitisme plòvon espés. Dins lo païsatge betonat de la critica a geometria variabla del fach religiós, los libertaris, aquestes mescresents qu'an pas «ni dieu ni mèstre» fan, un còp de mai desòrdre. Diguem-o de tira, aqueste libre s'opausa a l'ideologia islamica coma cap de libre o faguèt fins ara. La critica i es sens insulte, mas radicala, totala e implacabla.
    A la precision de l'escalpèl entre las mans d'un medecin legista autopsiant un cadavre.
    D'unas bonas anmas, que coneisson pas res a l'islam, mancaràn pas de trobar lo prepaus excessiu. Pr'aquò, pels aparaires dels dreches umans, pels democratas e pels esperits liures, criticar d'uèi l'islam en Euròpa e endacòm mai relèva del dever. Coma o ditz tan plan l'autor, cal ben apelar un camèl, un camèl.
    Adoncas, cal dire e tornar dire dels partidaris de l'amputacion, de la circoncision, de la flagelacion, de l'estatut inuman de las femnas etc... çò que son : valent a dire d'escurantistas religioses e de faissistas.
    Hamid Zanaz es un ciutadan del monde nascut arabe en Argèria. Fins 1989, ensenhèt la folosofia (en arabe) a la facultat d'Argièr. Condemnat pels islamistas, quitèt l'ensenhament per trabalhar dins la premsa independenta. Es refugiat en Euròpa desempuèi 1993.

empty