Henri Nick

  • Après la bataille de la Somme, le pasteur Nick, veuf depuis le début de l'année 1917, rejoint le 1er corps d'armée et participe en avril à la grande offensive du Chemin des Dames. Henri Nick et son ami l'aumônier catholique Achille Liénard se portent alors au plus près des combattants à Craonne, sous la tranchée du Balcon... Ses lettres nous permettent de découvrir son quotidien et celui de ses cinq enfants réfugiés à Marseille. Le pasteur Henri Nick (1868-1954) est l'une des grandes figures du Christianisme social protestant. Pendant plus de cinquante années, il fait de l'évangélisation populaire dans le faubourg lillois de Fives. Conscient de l'importance du milieu dans la construction d'individualités libres, il se préoccupe aussi bien de la misère sociale que de la situation morale de celles et ceux qui fréquentent le Foyer du peuple. De sensibilité socialiste, sans être un pacifiste radical, il soutiendra les revendications des objecteurs de conscience dans les années trente puis assistera des familles juives persécutées durant la Seconde Guerre mondiale. Il sera reconnu « Juste parmi les Nations ».

  • Réveil et christianisme social ; correspondance, 1886-1897

    ,

    • Labor et fides
    • 24 Août 2013

    Le protestantisme français doit beaucoup à Elie Gounelle et à Henri Nick, deux figures majeures parmi les réformés français du XXe siècle. Elie Gounelle lança le mouvement des « Solidarités » à Roubaix en 1896 avant de devenir, avec Wilfred Monod, le chef de file du Christianisme social. Henri Nick se consacra à l'évangélisation pendant plus de cinquante ans au « Foyer du peuple » qu'il avait fondé parmi les ouvriers de Fives, à Lille. Mais avant tout cela, ces deux hommes furent camarades d'études puis pasteurs non loin l'un de l'autre; ils poursuivirent leur collaboration et leur amitié dans le Nord de la France. Au travers de 168 lettres échangées par Gounelle et Nick durant leurs années d'études et leurs ministères cévenols, nous rencontrons toute une génération d'étudiants en théologie et de pasteurs, le plus souvent issus du Réveil, qui découvrirent les dimensions sociales du message biblique.

  • Pourquoi Dieu n'intervient-il pas pour empêcher cette guerre ? Cette question, sous diverses formes, tenaille les croyants dès la déclaration de guerre. Henri et Hélène Nick, chrétiens sociaux pacifistes, aspirent à un monde réconcilié, prémices du Royaume de Dieu. Ils vivent ce temps de guerre comme un échec. S'ils adhèrent à l' « Union sacrée », la question essentielle demeure : comment témoigner de leur foi en un Dieu d'amour au milieu du cataclysme ?Henri Nick s'engage comme aumônier dès août 1914 ; il a 46 ans !Sur le front, il retrouve des jeunes hommes qui, la veille encore, fréquentaient le Foyer du peuple de Fives, oeuvre d'évangélisation populaire qu'il a fondée en 1901. Rapidement, il poursuit auprès d'eux son ministère de pasteur et d'aumônier avec le soutien de sa famille réfugiée à Marseille qui, de son côté, assure aussi le lien avec certains réfugiés du Nord. Ce document exceptionnel par sa richesse, l'est aussi par les personnalités atypiques d'Henri Nick et de son épouse. À une époque encore marquée par un anticléricalisme virulent, il illustre l'action essentielle d'un homme d'église au front et la capacité de réflexion et d'action d'un chrétien engagé face aux catastrophes de ce monde.

empty