Henry-Claude Cousseau

  • Ce livre prend comme point de départ, l'oeuvre de Giuseppe Penone, l'arbre/sculpture Gravité et Croissance, installée à Francfort devant la Banque Centrale Européenne en 2014. Il ouvre une réflexion sur l'un des aspects essentiels des recherches de l'artiste, considéré comme l'un des chefs de file du mouvement italien Arte Povera?: la Nature, prétexte à une confrontation et un basculement poétique avec notre réel.

  • Les dessins de Jean Hélion de sa période abstraite relevaient d'un objectif et d'une fonction encore traditionnels. Ceux qui vont suivre durant la décennie des années 40, (après la Figure tombée de 1939), ouvrent soudainement sur une tout autre perspective et nous amènent à considérer l'oeuvre de leur auteur d'un point de vue nouveau qui éclaire l'originalité de son propos. Dès lors en effet le dessin opère sous l'empire usuel du trait et de la ligne. Se faisant cerne pour circonscrire la forme, il se fait aussi l'instrument d'un devenir pictural différent, non pas en le préparant, en l'ébauchant, comme c'est par définition la nature du dessin, mais, renversant l'orthodoxie classique, en vassalisant en quelque sorte la peinture, en la soumettant à n'être que la conséquence de son choix, en réduisant sa finalité à son propos. Au-delà de cette prise de pouvoir par le dessin, dans une étape ultérieure et ultime, de contenue qu'elle était jusqu'alors par les contours du dessin, la peinture s'emparant de son rythme et trouvant dans ce dialogue un nouveau sursaut, deviendra à son tour dessin, se fera dessin à l'oeuvre. Dessin ou dessein ?

  • Le geste affectueux du Centaure et Faune d'Auguste Rodin en couverture de ce volume, placé sous le signe de la " naissance de la modernité " en hommage à Jacques Vilain, résume le propos du livre : Un dessin à l'encre et à la gouache de Rodin, connu par cette lithographie d'Auguste Clot, en tête d'un recueil d'essais offerts au charismatique ancien directeur du musée Rodin ; un motif très ancien revisité par un artiste emblématique des tensions, à la fin du xixe siècle, entre la grande tradition et la rupture, entre l'antique et l'actuel, entre héritage et création ; deux êtres hybrides, mi-divins, mi-humains - et leur geste de conciliation - qui annoncent la paradoxale unité d'un volume éclectique, comme le veut le genre.
    Quarante essais originaux concernant tous les domaines abordés par Jacques Vilain dans sa carrière : architecture et arts décoratifs, dessin, peinture et sculpture, mais aussi les travaux et missions menés par lui à la tête d'un des grands musées nationaux, qui en ont fait un établissement exemplaire. Dix-huit hommages, enfin, à l'homme de goût et d'esprit, à l'amoureux de la beauté et de la table, au conservateur général du patrimoine au grand style.

  • Ceux qui connaissent déjà les écrits de Henry-Claude Cousseau retrouveront dans L'Oeil des mots son regard de Janus à double pupille, tourné simultanément vers l'extérieur et vers l'intérieur, à l'affût de ce qui rayonne des oeuvres d'art contemporaines et des mots qu'elles font naître.
    Nul n'a porté si loin la recherche de la sincérité, de la clarté et de la transparence dans la confrontation d'une oeuvre et des émotions raisonnées. Pour ceux qui ne l'ont pas encore lu, il se dévoilera comme un écrivain captivant dont les essais réunis ici sur Gaston Chaissac, Jean-Baptiste Huyhn, Annette Messager, Marc Couturier, Emmanuel Saulnier, Philippe Cognée, Daniel Dezeuze, Giuseppe Penone, Mrinali Mukherjee, ou les portraits de Cindy Sherman, de Jean-Michel Albérola, de Robert Groborne, de Joël Kermarrec, de François Bouillon ou de William Christie sont autant de victoires sur l'"aveuglante ostentation" du réel.

  • Catalogue de l'exposition au cabinet des dessins Jean Bonna des Beaux-Arts de Paris, présentant sept séries de dessins par François Bouillon, artiste et professeur de dessin avancé à l'Ecole des beaux-arts. Cet ouvrage fait suite aux volumes consacrés à Joël Kermarrec, Annette Messager et Giuseppe Penone dédiés au dessin contemporain.

empty