Hugoniot

  • En huit chapitres : Rome gardait le cadavre ; la résistance à la romanisation ; l'armée romaine d'Afrique ; l'abondance africaine ; développement et prospérité des cités ; les cultes païens ; le christianisme africain ; royaume vandale et reconquête byzantine.

  • The world of speedy graphito

    , ,

    • Somogy
    • 24 Janvier 2018

    Olivier Rizzo alias Speedy Graphito expose depuis plus de trente ans son regard amusé et ironique sur le monde. Des murs peints aux expositions, ses oeuvres reflètent la mémoire de notre époque. L'histoire de l'art, le consumérisme, les nouvelles technologies... autant de sujets que de formes de représentations hautes en couleurs.
    Multipliant les styles et les médiums, il témoigne sans retenue, par sa créativité décapante, d'une liberté d'expression inspirée et joyeuse. Ses oeuvres, véritable journal de bord de son existence, résument son parcours de vie, son inlassable quête à représenter son aventure intérieure dans un monde en perpétuelle mutation.
    Désormais, c'est à ce livre que revient le rôle de dessiner les différents chapitres de l'oeuvre de Speedy Graphito et d'en faire une partie de votre histoire.
    Speedy Graphito... Une signature qui sonne comme un défi, un manifeste artistique. Rapide comme le geste vif et sûr d'un feutre glissant sur une feuille de papier, d'un coup de pinceau sur la toile ou encore de la main découpant et appliquant un pochoir.
    Rares sont les artistes qui peuvent présenter une telle boulimie de supports, de styles différents, une telle soif de créer. Speedy Graphito est de ceux-là, et son oeuvre prolifique de cesse de nous étonner, de nous questionner.

  • Ces quinze dernières années, les historiens du monde romain ont passé au crible de la critique le concept de romanisation. Toutefois, cette notion demeure, malgré ses limites, un outil d'analyse indispensable pour comprendre le fonctionnement et la durée de l'Empire romain. Les auteurs ont cherché à décrire comment ce concept peut être appliqué à l'Afrique du Nord, de la chute de Carthage à l'époque vandale et byzantine.Les Romains d'Afrique possédèrent leurs propres spécificités, différentes de celles des autres provinces, occidentales ou orientales. Cette diversité s'explique par le fait que le pouvoir impérial, après avoir conquis ces régions et mené une politique de colonisation au sens moderne de ce terme, s'appuya sur les élites locales. Mettant en oeuvre une politique de participation de ces élites, il permit aux Africains, du moins à une partie d'entre eux, de trouver une place au sein de ce système et de s'enrichir. Ces notables exprimèrent leur réussite sociale dans les cadres de la société romaine et contribuèrent à la « romanisation » du mode de vie de leurs compatriotes. Très tôt, la romanisation devint donc le fait des Africains eux-mêmes.Une autre composante de ce processus fut le christianisme. Les conversions nombreuses et la forte personnalité des Pères de l'Église africains firent de ces provinces les plus christianisées de l'Occident. Au IVe siècle, la schisme donatiste obligea l'Église d'Afrique à s'interroger. De ce fait, le christianisme, à l'origine hostile au polythéisme de l'Empire et de la vie civique, s'inséra dans la civilisation romano-africaine et fit office, lui-aussi, de vecteur de la romanité.Claude Briand-Ponsart est maître de conférences à l'Université de Caen. Auteur de plusieurs articles sur l'Afrique, elle a publié, avec Frédéric Hurlet, L'Empire romain d'Auguste à Domitien (Armand Colin, 2001) et a été responsable de l'édition des colloques L'Afrique du Nord antique et médiévale. Mémoire, identité et imaginaire (PUR, 2002) (en collaboration avec S. Crogiez) et Identités et cultures dans l'Algérie antique (PUR, 2005).Christophe Hugoniot est maître de conférences à l'Université François Rabelais de Tours. Ses travaux de recherche portent sur essentiellement sur l'Afrique romaine. Il a publié Rome en Afrique (Flammarion, 2000), et a coordonné, avec Silvia Milanezi et Frédéric Hurlet, la publication du colloque L'acteur dans l'Antiquité grecque et romaine (Presses universitaires François-Rabelais, 2004).
    Rome « à pas lents » : la province d'Afrique et les royaumes indigènes (146-44 av. J.-C.). Contrôler et administrer : l'Afrique romaine de la mort de César à la mort de Sévère Alexandre (44 av. J.-C.-235 apr. J.-C.). Les cités et la vie civique du Ier s. au IIIe s. Continuité et mutation des croyances : la religion en Afrique. L'économie africaine. Le IIIe s. entre apogée et réformes. Le contrôle de l'Afrique du Nord au IVe siècle. Les cités et la vie municipale tardive. Le christianisme africain au IVe siècle. Population, société et culture : une identité romano-africaine

  • Outil politique, les banquets des mondes proche-orientaux, grecs, celtes, étrusques et romains assoient les légitimités et fédèrent les sujets, les amis et les alliés. Ce livre en étudie des aspects particuliers tels que la réalité d'une commissatio romaine spécifique, le jugement porté sur l'ivresse ou encore l'imaginaire du banquet romain. Manières de table et figures de la commensalité, choix des mets et cadre des festins, tryphè royale et circulation des surplus sont présentés dans un dialogue entre les espaces culturels, en soulignant les héritages et les ruptures.

  • Maisons paysannes en Berry

    Jean-Yves Hugoniot

    • Royer editions
    • 1 Octobre 2004

    Maisons paysannes en Berry Par sa nature même évolutive car vivante, reflet des besoins et des habitudes culturales, l'architecture rurale est le pan le plus menacé de notre patrimoine bâti. C'est aussi l'un des plus attachants.
    Cette évolution a toujours été, l'architecture du monde rural étant sans cesse une juxtaposition d'éléments disparates, de dates variées liés cependant par la cohérence des matériaux très souvent extraits du terroir proche ou le savoir-faire des artisans sollicités.
    Plus grave, la désertification des campagnes, les regroupements de terres, la nécessité de plus grandes surfaces ouvertes induisent irrémédiablement une disparition des éléments ou,un détournement du bâti rural traditionnel. C'est cependant un ensemble de caractéristiques, d'attachements physiques au terroir alentours qui a fait le cadre de vie et le charme des campagnes berrichonnes depuis le XVIe siècle. Ainsi une large place est faite aux bâtiments communautaires, halles, fontaines, lavoirs. L'ambition, la philosophie si l'on veut de cet ouvrage fut une volonté de sélection, sélection par type de bâti lié à la structure de l'exploitation ou plus généralement à la structure de la société rurale ci sélection selon les terroirs très divers du Berry. Mon propos n'est donc pas d'être passéiste en refusant l'évolution mais de montrer après avoir parcouru en tons sens et pendant des années le Berry (départements du Cher et de l'Indre), de la Marche à la Sologne, du Boischaut au Pays Fort, de la Brenne aux confins de la Vallée de Germigny et du Bourbonnais, un certain nombre de bâtiments menacés ou non (certains ont maintenant disparu) représentatifs d'une cohésion, d'une diversité le tout reflet à des moments donnés d'une structure de l'économie rurale et d'une manière de cultiver. Par ses dimensions, sa disposition, son évolution, le bâtiment parle, de l'aisance ou de la pauvreté, de la vigne ou de la polyculture. La maison du journalier est bien évidemment différente de celle du maître de domaine et celle du vigneron de celle du propriétaire terrien de la Champagne. Pour éclairer l'illustration de nous avons voulu dominante et en quelque sorte justifier les choix, nous avons fait appel aux documents d'archives, contrats de constructions, document notariés, rapports divers, éclairant ou faisant rebondir les questions que l'on peut se poser en ce domaine. Ainsi de la carrière à l'environnement du village en passant par toutes les formes de construction rencontrées, je souhaite mettre à disposition du plus large public possible et sous une forme attractive les archives de l'architecture traditionnelle en Berry. Les essais de typologie de détail (fenêtres, portes, charpentes) ont la prétention de guider le visiteur dans ses essais de datation des bâtiments rencontrés et peut-être cet ouvrage aura-t-il quelques utilités pour les amateurs ou les professionnels qui souhaitent entreprendre avec le plus de respect possible la restauration de bâtiments ruraux. La sauvegarde des maisons paysannes du Berry demande que la mise aux normes modernes ou au goût du jour restent conformes avec le savoir-faire des maçons et l'esprit de leurs commanditaires qui entreprirent de les bâtir.

  • Saint-Amand-Montrond ; mémoires d'une ville

    Jean-Yves Hugoniot

    • Cercle genealogique du haut-berry
    • 30 Juillet 1998

    Jean-Yves HUGONIOT, universitaire, est conservateur du patrimoine de la ville de Saint-Amand-Montrond. Auteur de nombreuses publications archéologiques, historiques ou ethnologiques, on retiendra particulièrement « Maisons Paysannes en Berry » et « Chef-d'oeuvre de terre en Berry ». Il livre dans « Saint-Amand, Mémoires d'une ville » le fruit de vingt ans de fréquentation assidue des archives et du patrimoine saint-amandois, tantôt dépoussiérant un fait, tantôt débroussaillant des épisodes peu analysés de l'histoire de la ville.
    Saint-Amand-Montrond a 2000 ans d'existence - mais son site est fréquenté depuis 300 ou 400 000 ans, existence tumultueuse ou calme, studieuse, inventive ou frondeuse, jamais fade. Ebbes de Charenton s'est penché sur son berceau, Sully et le Grand Condé ont fréquenté les garennes de Montrond, des prédicateurs traquant le huguenot ont sillonné ses rues, les maçons et tailleurs de pierre se sont activés, elle est devenue Libreval. Puis plus près de nous, les imprimeries et les distilleries colportant le renom de la ville ont donné du travail à des générations d'hommes et de femmes. Ses fameuses foires d'Orval ont drainé des foules bigarrées s'enivrant de danses, du vin des tertes et des fêtes de la Belle Epoque ou se désolant des désastres climatiques et des répressions politiques. C'est cette vie grouillante que l'on retrouve au fil des pages et de la très abondante iconographie souvent inédite, à la fois livre d'histoire et guide attentionné du visiteur.

  • Terres de Saintonge

    Jean-Yves Hugoniot

    • Somogy
    • 27 Mars 2003

    Cet ouvrage entraîne le lecteur dans l'aventure de la poterie de terre en Saintonge, haut lieu de créativité durant 6500 ans. Bien plus qu'un simple vestige archéologique, la céramique est un objet de la vie quotidienne, de la naissance à la tombe ; c'est un véritable indicateur qui accompagne l'humanité dans l'évolution de sa technicité, de ses goûts, de sa culture.
    Pièces d'apparat, poteries à usage funéraire, domestique ou culinaire, la céramique témoigne, au fil des siècles, des rituels des hommes, de leur manière de vivre ensemble : immense inventivité des potiers du néolithique, qui créent des formes d'une grande beauté plastique et des décors typiques, marqués par la technique de l'empreinte sur vases, écuelles ou bols ; production de matériaux de construction tels que briques, tuiles ou éléments d'architecture dans les ateliers gallo-romains ; virtuosité des potiers du Moyen Âge, âges d'or des XVIe et XVIIe siècles, inventivité des formes et des décors jusqu'à nos jours. La céramique saintongeaise renseigne aussi les mouvements de population, la commercialisation des pièces et les influences artistiques. Très tôt, les potiers voyagent, échangent leur savoir-faire. Ce que fera également Bernard Palissy, le génial émailleur, dont les recherches dans son atelier de Saintes, ont à jamais modifié la technique des céramistes.
    Ouvrage de référence, avec près de 700 pièces reproduites, Terres de Saintonge permet de découvrir la richesse exceptionnelle de ce patrimoine, la créativité constante et la haute maîtrise des artisans du feu.

  • Sur la détermination des freins destinés à modérer le recul des affûts, par M. Hugoniot,...
    Date de l'édition originale : 1888 Ce livre est la reproduction fidèle d une uvre publiée avant 1920 et fait partie d une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l opportunité d accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les uvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

empty