Le Manuscrit

  • D'ash walat t.1

    Iris Ferreira

    « Notre richesse est invisible, elle ne nous sera jamais ravie. Notre force est inébranlable, elle est la vigueur des arbres, la puissance des torrents, l'énergie du vent.Notre vie n'a pas de fin, elle est celle de l'Univers.Notre corps est le monde entier, il ne peut être altéré.Ni la pauvreté, ni la faiblesse, la mort ou l'infirmité ne nous effraient. Nous serons toujours les enfants d'Ovaya, quel que soit notre walat. »

  • D'ash walat t.2

    Iris Ferreira

    Je marche en haut d'une muraille sans parapet surplombant la mer, contre laquelle d'énormes vagues se fracassent avec un bruit assourdissant. Soundesilak se profile à l'horizon.Un homme surgi de nulle part me barre la route. Je reconnais Varel.« Je ne veux pas de toi à Soundesilak ! me lance-t-il. Retourne d'où tu viens.- Tu ne m'empêcheras pas de rentrer chez moi.- Je suis le roi et te condamne à l'exil.- Tu es mort, Varel. Tu ne gouvernes plus. Laisse-moi passer et ne te mêle pas des affaires des vivants. » Il se met à rire. Cela me glace le sang.« Tu te trompes, cher neveu ! me dit-il sur un ton ironique. Mon règne ne fait que commencer ; le tien se termine. »

  • Au milieu du XXIe siècle, une dictature capitaliste sévit dans le monde entier. Khadidja, une jeune Tchétchène dont toute la famille a été assassinée par des soldats Russes, décide de combattre cette dictature. C'est pourquoi elle s'engage à quinze ans da

empty