Universite Grenoble Alpes

  • Jules Verne a été défini comme un "poète de la science". Les articles du volume apprécient la portée de cette formule : Comment Jules Verne transforme-t-il en mythe et en épopée les conquêtes scientifiques de son temps. Au sommaire :
    S. Vierne, «Lectures de Jules Verne : hier et aujourd'hui» ; J.-M. Margot, «Histoire des études verniennes» ; A. Tarrieu, «Petit rapport des ¦uvres de Jules Verne aux idées des stoïciens» ; L. Boia, «Les points cardinaux chez Jules Verne. Imaginaire et idéologie» ; R. Delambre, «La Chine de Jules Verne. Au miroir de la Fée électricité et de ses adorateurs» ; D. Henky, «Voyages dans les mondes connus et inconnus. Jules Verne ou le roman du possible» ; T. Santurenne, «Voyages imaginaires, violence réelle. Pour une approche anthropologique des romans de Jules Verne» ; I. B. Thompson, «Jules Verne's Glasgow (Scotland) in fact and fiction» ; L. Dupuy, «Ubiquité temporelle et imaginaire géographique. Voyage au centre de la Terrede Jules Verne» ; D. Roboly, «Jules Verne ou l'échec de l'utopie» ; W. Schnabel, Le sphinx des glaces (1897). On the Tracks of Arthur Gordon Pym of Nantucket» ; J.-P. Picot, «Science amusante et science délirante» ; T. Harpold, «The Providential Grace of Verne's Le Testament d'un excentrique» ; F. Calcagno-Tristant, «Approche sémio-cognitive des illustrations de dévoration dans le roman de Jules Verne Vingt mille lieues sous les mers» ; V. Tavan, «Le savant et la science chez Jules Verne. Rêverie fantaisiste et réflexion sociale ou la fantaisie du docteur Verne» ; T. Bartoldus et R. Junkerjürgen, «The most icy inscrutable creature known to science : an Englishman. Le tour du monde en quatre-vingts jours dans une adaptation musicale de 1988» ; P. Scheinhardt, «La mine et la cantatrice. Fantasmatique et fantasmagorie dans deux romans "fantastiques" de Jules Verne» ; G. Crippa, «Vérité de la fiction, fiction de la réalité. Science et inconscient chez Jules Verne et Georges Méliès».

empty