Isabelle Luciani

  • Long poème et petit livre, «Des Rendez-vous» inaugure la collection La Mer dangereuse, dédiée au désir et aux passions amoureuses - en reférence à la carte du Pays de Tendre qui représente les différentes étapes de la vie amoureuse et où la Mer dangereuse figure les passions.
    Ce premier fragment évoque les corps, les chavirements, la sensualité des gestes, les peaux qui se rencontrent, se répondent et qui ensemble, inventent une autre réalité. «Des rendez-vous» où l'on s'abandonne totalement, des fulgurances de l´amour fou où les corps se cherchent autant qu'ils s'éloignent jusqu'à chuter, et se relèvent finalement. Comme on se relève de l'enfance. Jamais tout à fait.

  • Extrait de la préface : Sur les sentiers tortueux d'Argol, dans une ligne de basse entortillée autour d'une mélodie affligée qui n'existe que pour vous. Tout y est violemment fluide, d'une aveuglante justesse. La volupté et la joie secrète de l'abandon derrière les paupières closes, les méandres de la rivière du corps, les noeuds inextricables, apaisement et inconfort enchevêtrés, l'étourdissement et la réparation, le paysage brusquement avalé par la seconde d'avant, ou celle d'après. C'est là que se tient IBL, je crois, dans ce non-lieu de non-dits où tout n'est que sensation, dans ce paysage qui est la demeure de chaque femme, de chaque homme, dans ce qu'ils se disent avec ou sans les mots, et qui ressemble à ce que se disent les arbres entre eux. On ne parle jamais mieux qu'à ceux qui ne sont plus là pour entendre. Quelle est la contenance d'un paysage ? La seconde d'avant ou d'après ne sait déjà plus. Aucun arbre ne cache la forêt.
    © Manuel Plaza

  • C'est peut-être dans ce parfum d'immuable que la pierre tenait ma poitrine au chaud. C'est peut-être le tien qui me gardait le plus au bord des intimes à la juste frontière des pudeurs où chaque don, chaque réserve s'accrochaient péniblement dans un présent inquiet. C'est peut-être nos ombres qui se parlaient entre elles obstinément, nos présences tenues en échec de toute tentative. Parce qu'elle est restée en moi si forte qu'une fois l'éternité à ta porte c'est bien droite que je suis venue poser la mienne sur ton lit, ma présence pour certitudes.

    Des mots pour dire l'absence, le vide, le manque mais aussi des mots pour habiller le présent, le désir, l'envie avec toujours une musique à portée des lèvres. Ce recueil de poésie est le premier de cette auteur connue pour ses cartes postales décalées.

  • Ce n'est qu'à partir de la publication des Vies de Jean de Nostredame que la France redécouvre les troubadours occitans. Plusieurs discours se constituent alors, dont celui produit par les humanistes français, repris sous forme édulcorée, dans les milieux mondains parisiens, et celui des érudits du Languedoc.

  • Dans la filiation d'une historiographie féconde depuis trente ans, éclairant la collection par la médiation des pratiques - pratiques savantes, sociales, économiques -, notre ouvrage se propose d'explorer une autre voie : la manière dont les expériences de l'objet d'art ou de connaissance, choisi, rassemblé, agencé, classé, étudié, participent à l'affirmation de soi et à l'émergence d'identités partagées, familiales, urbaines ou régionales.
    On cherchera ainsi à comprendre ce que l'expérience des objets dit de l'adhésion de l'individu à un certain nombre d'exigences sociales, et ce qu'elle dit d'aspirations exprimées ou refoulées, pas forcément congruentes aux rôles assignés. Au fil de quatorze études de cas, nous avons voulu mettre l'accent sur les tensions et les ambivalences, plus que sur les réussites. Le choix d'un temps long, du XVIe au XIXe siècle, privilégiant le XVIIIe siècle, donne à voir les différents types sociaux associés à l'étude et à la collection des objets.
    Le choix d'un ancrage méditerranéen, nous conduisant de la France méridionale - entre Toulouse et Monaco- à l'Italie n'a pas vocation à affirmer une spécificité méridionale de la collection. Il permet de construire, dans la cohérence d'un espace, une galerie de portraits, permettant de suivre in situ les processus de la collection à l'oeuvre.

empty