Istvan Monok

  • Le royaume de Hongrie, jadis l'une des grandes-puissances européennes, disposait, au début du 16e siècle d'un cadre institutionnel de la culture comparable à ceux des États occidentaux. La Bibliotheca Corviniana, la collection du roi Mathias Corvin avait sans doute été l'une des bibliothèques plus importantes de l'époque. La conquête ottomane fit écrouler le pays : les établissement bibliothécaires soit s'anéantirent, soit se dotèrent, grâce au succès de la Réforme, de contenus tout nouveaux. Les églises protestantes (luthérienne, calviniste et antitrinitarienne) réussirent à créer de nouvelles institutions dans ce pays qui devint, à la fin du 16e siècle, majoritairement protestant. L'église catholique ne récupère ses positions perdues qu'au début du 18e siècle. Notre livre se propose de fournir une synthèse de ces deux siècles du point de vue de l'histoire des bibliothèques et de l'histoire de la lecture.
    Dans la période en question, la formation de l'élite intellectuelle de la Hongrie se déroule surtout en Italie, dans les principautés allemandes et aux Pays-Bas. On peut donc dire que le visage intellectuel du Bassin des Carpates fut déterminé par les maisons d'édition actives auprès des grandes universités de ces régions (Wittenberg, Heidelberg, Leyde, Padoue, Rome), par les grandes villes relativement proches de la Hongrie (Augsbourg, Cracovie, Vienne, Graz, Venise), et enfin par les libraires des grands centres de livre, tels Paris, Lyon, Francfort sur le Main et Leipzig.


    István Monok, directeur d'Études de l'École des Hautes Études Károly Eszterházy (Eger, Hongrie) et à l'Université de Szeged (Hongrie), éditeur une série des sources d'histoires de la lecture en Hongrie, auteur des monographies d'histoire de la bibliophilie, des bibliothèques et de la lecture.

empty