Jean Attali

  • Retours de mer

    Jean Attali

    • Dilecta
    • 12 Juin 2014

    Retours de mer traite des rapports des hommes avec la mer, comme tendus entre deux pôles. Le premier, dramatique et tragique, évoque les combats qui firent des mers et des océans le théâtre de compétitions et de conquêtes (liens commerciaux, colonisation, immigration) ; il dresse face à face la grandeur de l'exploit et la fureur prédatrice. Le second pôle est élégiaque ; il chante, entre passé et présent, le poème des « retours » depuis les horizons traversés. Il évoque les mythes à travers lesquels l'humanité a formé toute une part de son expérience du temps et de l'espace. En un mot, il s'agit de conter une histoire des relations de Dunkerque et plus largement de l'Occident avec le monde, de voyager à travers les continents, de l'Océanie aux Amériques, du Maghreb au Groenland, de l'Afrique de l'Ouest au Moyen-Orient et à l'Asie du Sud-Est.
    Retours de mer est le catalogue de l'exposition du même nom qui se tient du 5 octobre 2013 au 31 janvier 2015 au musée des Beaux-Arts de Dunkerque. Tous deux conçus par le philosophe et commissaire d'exposition Jean Attali, le catalogue s'émancipe de l'exposition en ce qu'il ne suit pas la même progression mais s'articule autour de l'acronyme GUSTAVE :
    1) Gustave : oeuvres et réflexions autour de Courbet 2) Ultima ratio regum : abordages et batailles navales, pirates et corsaires (Surcouf, Jean Bart, le marin et peintre Louis Garneray.) 3) Salammbô : Flaubert et autres développements du mythe 4) The Tempest : catastrophes naturelles et effroi, sous l'égide de Shakespeare 5) Au large : le mur des objets océaniens, bercé par les vers du poète américain Charles Olson (arrangement par l'artiste Jean-Luc Poivret) 6) Vaca : pirogues, navigation et cosmogonie océanienne 7) Enrique Ramirez : la traversée d'un porte-conteneurs de Valparaiso jusqu'à Dunkerque Le livre propose également un aperçu de l'exposition « La Cinquième Île » (musée des Beaux-Arts de Dunkerque, à la sortie de « Retours de mer ») de l'artiste lilloise Laura Henno, qui a photographié des migrants à La Réunion et à Calais.
    L'ouvrage est accompagné d'un CD de la pièce Entre les vagues, composée par Mathieu Chauvin, véritable paysage sonore qui accompagne le visiteur à travers les salles.

  • Comment comprendre l'architecture ? Comment rendre compte de ce qui est à la fois expérience perceptive, projet artistique, décision d'urbanisme et choix politique ? Philosophie et esthétique traitent peu de cet art, encore moins quand il s'agit de la production contemporaine et de créateurs comme Loos, Le Corbusier, Mies van der Rohe, Louis I Kahn, Aldo Rossi, Peter Eisenman, Rem Koolhaas.
    Le plan et le détail de Jean Attali, entreprise audacieuse pour donner la philosophie du nouvel esprit architectural, déconstruit et remodèle toutes les convictions et les notions sur lesquelles se fonde le travail de l'architecte : la valeur du plan, la construction du cadre de l'habitat, l'insertion du bâti dans le tissu urbain, la relation de l'architecture et de l'urbanisme, le rationalisme technique, l'invention du détail.
    Il s'agit d'un livre fortement documenté, au regard et au ton neufs, sur des thèmes peu abordés et des artistes de première grandeur.

  • « Le 10 mai 1981, nous vivons intensément, rue de Solférino, ce qui va devenir un moment très particulier pour la France : le premier gouvernement de gauche depuis 1936. Je suis pris dans l'euphorie de l'instant que j'espère depuis bientôt dix ans, dont d'autres rêvent depuis bien plus longtemps... Serons-nous à la hauteur des espoirs des quinze millions d'électeurs qui ont voté pour François Mitterrand ?
    Pour beaucoup, le 10 mai 1981 évoque davantage qu'une simple alternance : un ensemble considérable de réformes institutionnelles, culturelles, sociales et économiques. Comme on n'en avait pas vu en France depuis 1945, grâce au Programme commun de la gauche. Des réformes dont le pays bénéficie toujours.
    En ce jour très sombre de février 2021, où tant de drames et de menaces s'accumulent sur le destin de tant de gens, sur mon pays, sur l'Europe, sur l'humanité, sur la vie même, je commence à écrire ce récit. Les idéaux d'autrefois ont explosé ; en France en tout cas, l'espérance de la gauche s'est, au moins provisoirement, effondrée.
    C'est aujourd'hui, au crépuscule de ma vie, que l'envie me vient de me retourner vers le joli mois de mai 1981. Non par nostalgie, quarante ans plus tard, mais parce qu'il faut se souvenir de ce dont on a de bonnes raisons d'être fier. Et parce que le fil de cette histoire retrouvée nourrit la promesse de jours plus heureux encore.
    Je vous invite à une promenade dans mes souvenirs, à une chevauchée au gré des moments qui marquent un parcours. Pour éclairer le présent et l'avenir. ».
    J. A.

  • Nul ne se souvient aujourd'hui du sort des juifs en Algérie lors de la Seconde Guerre mondiale, des camps de concentration ouverts en l'absence de tout Allemand par Vichy et de leur maintien après un débarquement américain honteux. Le récit de cette période trouble nous dit beaucoup des identités de la France et de l'Algérie actuelles.
    « Voici le récit d'un épisode incroyable, trop souvent censuré, de l'histoire de France, de l'histoire de l'Algérie et de celle de la Seconde Guerre mondiale.

    C'est d'abord l'histoire des Juifs d'Algérie qui reçurent, en 1870, la citoyenneté française et qui subirent ensuite des discriminations plus intenses encore que partout ailleurs en France. C'est aussi l'histoire du premier débarquement de troupes anglo-américaines en terre de France pendant la Seconde Guerre mondiale. Un épisode qu'on ne commémore pas parce qu'il met en scène des vichystes proaméricains, des Américains pétainistes, des résistants maréchalistes, se battant les uns contre les autres.

    C'est enfin une histoire bien plus vaste, parce que les dirigeants français craignaient que permettre aux Juifs d'être français n'ouvre le même avenir à tous les Algériens. Cela concerne tous ceux qui réfléchissent aujourd'hui, où que ce soit dans le monde, à ce qu'est une citoyenneté, une nation, une identité. ».
    J. A.

  • Une histoire de l'information et de ceux qui la font des origines à nos jours, et jusqu'aux enjeux de demain.
    « Depuis toujours, l'homme a besoin de savoir ce qui le menace, ce qui nuit aux autres ou les sert. Et pendant longtemps, seule une poignée de puissants, souverains, religieux, marchands, ont eu le monopole de l'information, de sa fabrication à sa circulation. Une information libre, diffusée par des médias accessibles à tous et établie par des professionnels cherchant la vérité est le fruit d'une histoire récente, inattendue, fascinante. Et elle est à présent terriblement menacée.
    Comment distinguer le vrai du faux, l'information de la distraction ? Quel rapport entre informer, convaincre, enseigner, distraire ? Comment la démocratie résistera-t-elle aux formes de censure et de surveillance ? En quoi le déluge actuel et à venir d'informations, vraies ou fausses, influera-t-il sur notre façon de gérer les grands problèmes d'aujourd'hui et de demain ? Les réseaux sociaux, outils de surveillance généralisée, qui font de chacun le journaliste de lui-même, seront-ils balayés par une vague technologique plus puissante ? Les journalistes seront-ils remplacés par des automates ou resteront-ils des acteurs irremplaçables de la démocratie ?
    Tels sont les sujets de ce livre. Encore une fois, comme pour tous les autres domaines dont j'ai tenté jusqu'ici de prévoir le devenir, celui des médias, vertigineux, ne peut être imaginé et maîtrisé qu'en remontant très loin dans son histoire, ou plutôt ses histoires. Ses passionnantes histoires. ».

    J. A.

  • Jacques Attali nous raconte ici les modes de production de nos aliments, les arts de la table, la cuisine moléculaire, la manière de nourrir 9 milliards d'hommes demain - autant de perspectives économiques, politiques, culturelles, sociologiques, démographiques pour comprendre l'avenir.
    « Que mangeaient les hommes il y a dix mille ans ? Comment et où sont apparus le feu, l'agriculture, l'élevage ? Que mangeaient les rois ? Comment mangeaient leurs peuples ? Comment s'expliquent les interdits alimentaires de chaque religion ? Qui mange des insectes ? Pourra-t-on nourrir sainement dix milliards d'humains ?

    Cette vaste fresque révèle comment nous sommes passés d'une nourriture variée, naturelle et abondante à des produits alimentaires industriels, poisons pour l'homme et la nature. Elle nous dévoile la puissance immense de l'industrie agroalimentaire. Elle nous raconte aussi les liens méconnus entre la nourriture et la conversation, entre l'alimentation et le pouvoir, entre ce que nous mangeons et la géopolitique.

    Comprendre cette histoire est fondamental, si l'on veut prendre en main sa propre alimentation, manger sain et bon ; et sauver la nature, dont dépend la survie de l'humanité. ».
    J. A.

  • A` un an de la pre´sidentielle, Le´gende s'empare de la figure de Coluche pour questionner, a` travers l'agitateur, notre actualite´, qu'elle soit politique ou sociale.
    Symbole d'un art populaire par excellence, Coluche est peu a` peu passe´ du personnage burlesque et emble´matique (le nez, la salopette) a` un statut d'ico^ne politique, parfois subversive, avec ses 16% d'intention de vote lors de la campagne pre´sidentielle de 1981.
    Mais re´duire Coluche a` son image de trublion serait une erreur. Fondateur des Restos du Coeur qui ont distribue´ plusieurs milliards de repas depuis leur cre´ation, il fut aussi une ico^ne de cine´ma, comme l'atteste son César du meilleur acteur pour le film Ciao Pantin. Un personnage romanesque dont la pre´sence sce´nique, a` l'honneur ici gra^ce a` des photos saisissantes, ne saurait cacher totalement les fe^lures du clown triste, fantasque et bouleversant, que fut Michel Colucci.

  • Pour garantir la survie de l'humanité, menacée comme jamais par la crise née de la pandémie du Covid-19 et de sa gestion, il faut faire naître une nouvelle économie de la vie. Regroupant tous les secteurs économiques qui se donnent pour mission la défense de la vie, ce nouveau paradigme est le seul en mesure d'assurer un avenir souhaitable à l'humanité.

    « Après une enquête planétaire, auprès des meilleures sources, souvent confidentielles, j'ai découvert bien des choses sur les causes et les conséquences de cette pandémie.

    Certains dirigeants, commettant des erreurs sincères ou mentant à leur peuple, ont, en imitant la Chine, conduit à la mort prématurée de plusieurs centaines de milliers de personnes et coûté plusieurs milliers de milliards à l'économie mondiale. Suivre à temps l'autre voie, celle de la Corée du Sud, aurait coûté beaucoup moins d'argent, épargné des milliers de vies et protégé des centaines de millions de travailleurs.

    De tout cela, et de bien d'autres choses que nous aura apprises cette pandémie, en bouleversant nos vies, il faut tirer les leçons. Pour se préparer à ce qui vient : une crise économique, philosophique, idéologique, sociale, politique, écologique stupéfiante, presque inimaginable ; plus grave en tout cas qu'aucune autre depuis deux siècles.

    Pour ne pas faire souffrir les enfants d'aujourd'hui de la pandémie à 10 ans, de la dictature à 20 ans et du désastre climatique à 30 ans, il faut passer au plus vite de l'économie de la survie à l'économie de la vie. Elle regroupe tous les secteurs qui se donnent pour mission la défense de la vie et dont on constate tous les jours, très pragmatiquement, l'importance vitale, comme : la santé, la gestion des déchets, la distribution d'eau, le sport, l'alimentation, l'agriculture, l'éducation, l'énergie propre, le numérique, le logement, la culture, l'assurance.

    Parce qu'il n'y a pas de vie possible si on n'agit pas tout de suite, dans l'intérêt de toutes les vies, d'aujourd'hui et du futur. Si on ne comprend pas que seul le temps des hommes a de la valeur. Que de passionnants combats à mener ! ».
    J. A.

  • L'essentiel de la culture pour la réalisation de soi.
    « Une vie bonne, libre, épanouie le sera davantage si on la traverse en ayant la chance de fréquenter aussi souvent que possible les plus grands chefs-d'oeuvre de la création humaine. Ils constituent un formidable moyen de découvrir les autres, le monde et soi-même.
    Aussi m'est-il venu l'idée d'oser dresser une liste des principaux romans, essais, films, oeuvres musicales, tableaux, monuments, sculptures et sites de toutes les cultures. J'ai mis plusieurs décennies à établir cet inventaire. C'est une immense joie que de partager cet essentiel humble et subjectif auquel chacun devrait avoir accès. Un essentiel à portée de tous. Un essentiel qui surprendra, quelle que soit sa culture d'origine.
    Et maintenant, lisez, écoutez, regardez, vivez ! ».
    J. A.

  • Histoires de la mer

    Jacques Attali

    • Pluriel
    • 3 Octobre 2018

    "On ne raconte jamais l'histoire des hommes vue de la mer. Et c'est pourtant là que l'essentiel se joue. C'est en lien avec la mer que se sont faites l'essentiel des innovations ayant bouleversé les sociétés humaines. C'est par la mer que circulent, depuis des millénaires, idées et marchandises. C'est en s'assurant le contrôle des océans que les empires se sont hissés au sommet de leurs ambitions.
    C'est quand ils perdent le contrôle des mers qu'ils déclinent. A l'avenir, c'est encore par et grâce à la mer que surgiront les plus grandes superpuissances. L'importance de la mer devrait donc s'imposer à nous, d'autant plus qu'on commence à comprendre son rôle écologique fondamental et la gravité des menaces qui risquent de la condamner à brève échéance. Nous devrions tout mettre en oeuvre pour la protéger.
    Pourtant, il n'en est rien. Que peut-on faire ? D'abord, raconter l'histoire de la mer depuis les premiers instants de l'univers jusqu'à après-demain, prendre conscience de son rôle dans la perpétuation de la vie et dans l'histoire de l'humanité. De ne plus être à son égard dans une attitude de consommateur, mais de partenaire, respectueux et émerveillé".

  • Le 2 octobre 2018, le PDG d'une des plus grandes firmes de la Silicon Valley est assassiné dans sa suite de l'hôtel de Crillon à Paris. Porte close, fenêtre fermée de l'intérieur. Le mystère est total. A-t-il été tué par un de ses collaborateurs ? Par un concurrent ? Par les services secrets ? Quels noirs desseins nourrissait le fondateur de Boromir Technologies, le numéro un mondial de la prévision technologique, économique et géopolitique, en tentant un rapprochement avec une petite entreprise française produisant des drones militaires ? La nouvelle enquête époustouflante de la commissaire Fatima Hadj explore les dangers d'une humanité devenue esclave de ses prouesses technologiques.
    Ce thriller plonge le lecteur du côté sombre de l'intelligence artificielle. Virginie de Kerautem, Aujourd'hui en France. Un polar dans l'air du temps. Julie Malaure, Le Point.

  • « Voici le moment d'une pause. Avant d'aller plus loin. Qu'ai-je voulu dire en 80 romans, essais, pièces de théâtre, biographies, mémoires ? Ai-je fait oeuvre d'écrivain ? Mes concepts et prévisions ont-ils été, sont-ils, utiles ?

    Frédéric Taddeï a bien voulu se prêter à la lecture rigoureuse, exigeante et critique de l'intégralité de mes livres, d'en chercher les conclusions, d'y déceler les failles, et d'en décrypter le lien avec mon action. J'ai aimé lui répondre. Parce que rien n'est pire que le narcissisme et rien n'est plus salutaire, pour soi et les autres, qu'un exercice d'autocritique ».

    Jacques Attali

  • Devenir soi

    Jacques Attali

    • Pluriel
    • 30 Septembre 2015

    « Dans un monde aujourd'hui insupportable et qui, bientôt, le sera bien plus encore, il est temps pour chacun de se prendre en main, sans attendre indéfiniment des solutions miraculeuses. Il ne s'agit pas de résistance, ni de résilience. Mais de devenir soi.

    De Gandhi à Steve Jobs, de Bouddha à Picasso, ils sont nombreux, ceux qui se sont libérés des déterminismes et des idéologies, pour choisir leur destin et changer le monde.

    Aujourd'hui, mille trajectoires humaines, célèbres ou anonymes, donnent le signal d'une nouvelle Renaissance. Toutes incitent à réfléchir au chemin que chacun peut emprunter, pour choisir et réussir sa vie.
    Où que vous soyez, qui que vous soyez, agissez comme si rien ne vous était impossible.
    Ayez le courage d'agir. Prenez le pouvoir sur votre vie ! »

  • En raison de sa position particulière dans l'espace scolaire et de sa dépendance aux influences sociales, politiques, culturelles, le champ de l'EPS traduit depuis 1945 et avec une sorte d'effet de loupe les tensions et les débats relatifs qui ont soutenu l'exigence générale de démocratisation. D'où l'importance particulière que revêt, pour la discipline mais aussi au-delà, le présent travail d'historiens, devenu un « classique » depuis sa première parution en 2004.
    À travers une triple analyse, institutionnelle, politique et culturelle, les auteurs du présent ouvrage précisent les facteurs qualitatifs et quantitatifs de cette démocratisation. Ils apportent une attention soutenue aux grandes problématiques : apprentissage de la citoyenneté, socialisation, égalité des chances, diffusion des savoirs.
    Le livre a été soigneusement mis à jour pour cette quatrième édition en intégrant les effets des transformations dues aux réformes et changements sociaux (Covid-19, etc.) du premier quart du XXIe siècle.

  • Présentation d'une centaine d'expériences architecturales à travers l'Europe qui ont pour but de sensibiliser les enfants à l'environnement bâti.

  • Au xiie siècle, à Cordoue, avant d'être torturé et pendu, un artisan juif eut le temps de révéler à son neveu comment obtenir le livre « le plus important à avoir jamais été écrit par un être humain ». Lancé dans cette quête à travers l'Europe et le Maroc, Maïmonide croise un jeune musulman, Averroès, entraîné dans la même recherche. L'un et l'autre - qui deviendront des géants de la pensée - sont poursuivis par un groupe mystérieux bien décidé à tout faire pour les empêcher d'aboutir : la Confrérie des Eveillés. La plupart des personnages de ce roman ont vraiment existé. La plupart des événements politiques et personnels auxquels ils sont confrontés ont eu lieu. Tout donne à penser qu'en ce moment crucial de l'histoire du monde, le plus grand des penseurs juifs et le plus grand des philosophes musulmans ont dialogué exactement comme ils le font ici. Tout, enfin, dans l'Histoire, s'est toujours déroulé et se déroule encore exactement comme si le complot évoqué dans ces pages avait vraiment existé. Comme si les « Eveillés » étaient encore parmi nous, porteurs d'un secret essentiel pour l'avenir de l"humanité, mais à jamais perdu. A moins que...

  • Juillet 2018 : l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Italie, la Belgique sont touchés par une terrible vague d'attentats. En Asie, les grandes puissances se disputent des îlots surplombant de vastes gisements sous-marins de métaux rares. Partout les tensions diplomatiques exacerbées font craindre une troisième guerre mondiale.
    En France, alors que le pays semblait épargné, on découvre des cadavres calcinés et suppliciés. Lorsqu'un mystérieux correspondant annonce l'imminence d'une catastrophe, c'est la   panique. Le président de la République demande que l'enquête soit confiée à une jeune et brillante commissaire, Fatima Hadj. Elle a vingt jours pour arrêter l'auteur de ces assassinats barbares. Sinon...
    Une enquête trépidante dans un futur proche et chaotique, terriblement vraisemblable.
        Avec sa maestria habituelle, Jacques Attali trousse un thriller efficace où il convie la géopolitique mondiale et la basse politique hexagonale.  Thierry Gandillot, Les Échos.

  • « Plus de dix ans après la crise de 2007, rien n'est réglé. Partout, on a retardé les solutions politiques, économiques, technologiques : plus de monnaie, plus de dette, plus de procrastination, plus de promesses ! Avec l'espoir que le progrès technique, la croissance ou la Providence résoudront tout...
    La question n'est pas de savoir si une prochaine crise va éclater, mais quand, et quels seront le déclencheur et le déroulement. Qu'elles soient financières, écologiques ou géopolitiques, ou qu'elles s'enchaînent par un effet de domino, ces crises trouveront leur source dans la priorité donnée au flux sur le stock, à la consommation sur l'épargne et l'investissement, au plaisir sur le patrimoine. J'en imagine ici les différents scénarios probables à court terme et leurs conséquences dévastatrices au niveau planétaire.
    L'heure n'est toutefois ni au pessimisme ni à la résignation, mais à l'action positive. C'est aussi l'objet de ce livre que d'aider chacun à se protéger de ces crises qui s'annoncent, et même à en tirer le meilleur. On peut avoir le sentiment que tout cela est hors de portée. Cela ne l'est pas. Cela pourrait le devenir, dans vingt ans, si l'on n'a rien fait d'ici là. Si on agit, je suis convaincu que le siècle à venir peut être prodigieux de paix, de bonheur et de sérénité pour tous. »J. A.

  • " J'ai appris à devenir curieux - c'est-à-dire, en fait, amoureux du judaïsme, de son histoire, de sa façon de penser, de ce qu'il dit du monde, de ce qu'il permet aussi de penser, de comprendre, d'imaginer, J'aime aussi la façon dont il accueille toutes les critiques et dont il doute sans cesse de lui-même. J'aime la façon dont il me fait réfléchir, comme beaucoup d'autres grandes cosmogonies, aux grands invariants du monde ; j'aime encore les histoires de tant de personnages de la Bible et de l'histoire, fidèles à leur foi jusqu'à la quitter ou paraître le faire ; j'aime enfin ces petites histoires qu'on appelle juives, éclairantes autodérisions. Enfin, et peut-être surtout, j'apprécie dans le judaïsme qu'il ne soit pas jaloux, mais tolère bien d'autres amours. "

  • Jacques Attali raconte ici l'incroyable histoire des cinquante prochaines années telles qu'on peut les imaginer à partir de ce que l'on sait aujourd'hui de l'histoire et de la science. Il dévoile la façon dont vont évoluer les rapports entre les nations, dont les bouleversements démographiques, les mouvements de population, les mutations du travail, le terrorisme, la violence, les changements climatiques, l'emprise croissante du religieux vont affecter notre quotidien.Il montre enfin qu'il serait possible d'éliminer la pauvreté, de faire profiter chacun équitablement des bienfaits de la technologie et de préserver la liberté de ses propres excès comme de ses ennemis, de laisser aux générations à venir un environnement mieux protégé, de faire naître, à partir de toutes les sagesses du monde, de nouvelles façons de vivre et de créer ensemble.

  • De « Diaspora » à « Talmud », de « Golem » à « Yahvé », de « Philon d'Alexandrie » à « Theodore Hertzl », de « Baal Chem Tov » à « George Steiner », Jacques Attali, en bon historien mais aussi en conteur, trace les contours d'une importante religion de l'humanité. « J'ai appris à devenir curieux - c'est-à-dire, en fait, amoureux du judaïsme, de son histoire, de sa façon de penser, de ce qu'il dit du monde, de ce qu'il permet aussi de penser, de comprendre, d'imaginer.
    J'aime aussi la façon dont il accueille toutes les critiques et dont il doute sans cesse de lui-même. J'aime la façon dont il me fait réfléchir, comme beaucoup d'autres grandes cosmogonies, aux grands invariants du monde ; j'aime encore les histoires de tant de personnages de la Bible et de l'Histoire, fidèles à leur foi jusqu'à la quitter ou paraître le faire ; j'aime enfin ces petites histoires qu'on appelle juives, éclairantes autodérisions.
    Enfin et peut-être surtout, j'apprécie dans le judaïsme qu'il ne soit pas jaloux, mais tolère bien d'autres amours. » J.A.

  • Vivement après-demain

    Jacques Attali

    • Pluriel
    • 13 Septembre 2017

    Quand les incapables qui gouvernent les Etats et gèrent les marchés ne pourront plus masquer les enjeux importants derrière de fausses urgences, quand on aura tant emprunté aux générations suivantes pour financer le superflu des plus riches qu'elles seront assez enragées pour se venger, quand la violence du climat rejoindra celle des armes pour nourrir le désespoir des chômeurs et des déclassés, alors des révolutions auront lieu.
    Le moment approche : une crise économique, financière, écologique, politique, se met en place qui pourrait bientôt balayer notre civilisation. Et pourtant, notre monde a tant de moyens de s'en sortir ! Tant de ressources humaines, morales, culturelles, technologiques qui ne demandent qu'à s'exprimer, au service du bien. Encore faudrait-il avoir le courage d'affronter maintenant tous les enjeux et se décider, enfin, à ne pas reporter sur les générations futures le paiement des turpitudes du présent.
    Qui osera ?

  • Ce livre est le fruit d'une démarche inédite qui veut rendre audible la parole de tous, et singulièrement celle des jeunes générations, qui demandent une « révolution positive ». Pour cela, 50 000 citoyens du monde entier ont répondu à une consultation. Sous l'égide de Positive Planet, intellectuels, syndicats, entreprises et experts en ont extrait la substantifique moelle : l'économie doit être orientée au service des générations futures, le souci de la préservation de l'environnement prévaloir et la volonté d'améliorer les conditions de vie de toutes et tous affirmée. Ces orientations ambitieuses se déclinent sous la forme de vingt propositions concrètes avec l'horizon et les moyens de leur mise en oeuvre. Tests de vulnérabilité pour parer aux conséquences du changement climatique, financement d'une couverture maladie universelle, renforcement de l'Organisation internationale du travail, instauration d'une charte éthique pour une intelligence artificielle au service de tous... Toutes sont possibles et portent la promesse d'un monde durable et solidaire.

empty