Jean-Claude Marcade

  • Les racines russes de nicolas de staël, sa formation d'architecte, l'influence du sud sur son oeuvre, les ferments de son exceptionnelle recherche recherche poétique et plastique.

  • Malévitch

    Jean-Claude Marcade

    • Hazan
    • 28 Septembre 2016

    Jean-Claude Marcadé a publié en 1990 la première monographie au monde sur Kasimir Malévitch (1878-1935), fondateur du suprématisme, l'abstraction la plus radicale du XXe siècle. Appelé à dominer la réflexion théorique et conceptuelle des arts plastiques pendant plusieurs décennies, le Carré noir sur fond blanc de 1915 continue, encore aujourd'hui, d'interpeller le monde des arts. La présente édition, fondée sur celle de 1990, la complète et l'actualise à la lumière des études malévitchiennes qui ont paru depuis vingt-cinq ans. Entretemps, à la faveur de la chute de l'URSS en 1991, se sont ouvertes les archives et les très riches réserves, non seulement des musées de Moscou et de Saint-Pétersbourg, mais également de plus de vingt autres musées de la Fédération de Russie.
    Un des apports majeurs de la nouvelle monographie de Jean-Claude Marcadé est de révéler l'importance de la composante ukrainienne dans la personnalité humaine et artistique de Malévitch, que ce soit à travers la nature, le mode de vie quotidien, la gamme colorée, les amitiés (en particulier avec le compositeur ukrainien Roslavets), l'hyperbolisme ou l'humour de l'écriture (dans tous les sens du terme). La période post-suprématiste, entre 1927 et 1934, est en particulier replacée dans le contexte russo-ukrainien. Lors de sa « réukraïnisation », Malévitch propose ses propres solutions picturales face aux mouvements de l'avant-garde ukrainienne des années 1920, le spectralisme de Bogomazov et le néo-byzantinisme de Mykhaïlo Boïtchouk. À travers la peinture, il proteste en outre contre la politique menée à partir de 1928 par le pouvoir stalinien qui installe la Terreur en Union Soviétique. En Ukraine, en 1932-1933, la collectivisation forcée s'est accompagnée d'un génocide par la faim, le holodomor, qui entraîna la mort de plusieurs millions de victimes. Enrichie d'un grand texte biographique inédit, la monographie comporte, en annexe, des essais qui traitent des rapports de Malévitch avec Natalia Gontcharova et Larionov, avec Picasso, Mondrian, Chagall, et un essai sur le caractère utopique et visionnaire de sa pensée théorique et picturale. L'appareil de notes intègre les découvertes récentes et la littérature abondante qui a été publiée sur l'artiste. L'iconographie utilise les fonds de musées de la province russe, ainsi que le fonds de l'ancienne collection du grand critique d'art soviétique Nikolaï Khardjiev, dont les oeuvres se trouvent en partie au Stedelijk Museum d'Amsterdam, en partie dans des collections privées. Une chronologie et des extraits de textes inédits de Malévitch complètent une monographie qui fera date.


  • Une fresque des différents mouvements artistiques de l'avant-garde russe (Néoprimitivisme, cézannisme, fauvisme russe, cubofuturisme...) les restituent dans leur complexité contextuelle.


  • Calder

    Jean-Claude Marcade

    Né en 1898 aux Etats-Unis, Calder s'est installé en France en 1926. Il a toujours élaboré des objets à partir de matériaux hétéroclites non "nobles" et se refusait à toute sculpture clinquante. Ustensiles de cuisine, personnages et animaux animés en bois, ou en fil de fer, mobiles plus ou moins monumentaux, bijoux et dessins constituent une oeuvre vaste et variée. Il est mort en 1976.

  • Une fresque des différents mouvements artistiques de l'avant-garde russe (Néoprimitivisme, cézannisme, fauvisme russe, cubofuturisme...) les restituent dans leur complexité contextuelle.

  • Catalogue officiel de l'exposition « De Chagall à Malevitch, La révolution des Avant-gardes » au Grimaldi Forum de Monaco, du 12 juillet au 6 septembre 2015, dans le cadre de l'Année de la Russie qui se déroulera à Monaco tout au long de l'année 2015. Cette exposition sera un des événements marquants de cette célébration. De par l'ampleur du sujet traité, cette exposition réunira, des oeuvres majeures de grands créateurs qui, entre 1905 et 1930, illustrent les avant-gardes en Russie : Altman, Baranov-Rossiné, Bourliouk, Chevtchenko, Dymchits-Tolstaïa, Ender, Exter, Filonov, Gabo, Gavris, Gontcharova, Kandinsky, Klioune, Klucis, Koudriachov, Larionov, Lébédev, Lentoulov, Lissitzky, Machkov, Malevitch, Mansourov, Matiouchine, Médounetski, Mienkov, Morgounov, Oudaltsova, Pevsner, Popova, Pougny, Rodtchenko, Rozanova, Souïetine, Stenberg, Stépanova, Sterenberg, Strzeminski, Tatline, Tchachnik, Yakoulov. Le caractère exceptionnel de cette exposition repose sur le prêt de 150 oeuvres en provenance de Russie, jusqu'à présent figées dans les collections des galeries nationales (le Musée d'Etat russe à St-Petersbourg, le musée Pouchkine et la Galerie Nationale Tretiakov à Moscou, etc) qui viendront s'ajouter à ceux de différents grands musées européens, dont le Centre Georges Pompidou à Paris .L'exposition réunira plus de 150 oeuvres majeures. Le catalogue réunit également des essais de spécialistes sur les avant-gardes, ainsi que des notices et bibliographies sur les artistes et les différents mouvements de cette époque. Coédition Grimaldi Forum de Monaco/Editions Hazan.

empty