Jean-Marie Gueulette

  • L'assise et la présence ; la prière silencieuse dans la tradition chrétienne

    Jean-Marie Gueulette

    • Librairie generale francaise
    • 10 Avril 2019

    Après nous avoir fait découvrir la tradition méconnue de la prière silencieuse chrétienne dans son Petit traité de la prière silencieuse, Jean-Marie Gueullette nous fait découvrir plus avant ce patrimoine à travers les écrits et témoignages de ceux qui l'ont pratiquée.
    Ce parcours thématique (et non chronologique, ce qui aurait été plus fastidieux), nourri des paroles des plus grands mystiques de la Chrétienté, constitue une véritable initiation à la vie intérieure et à la relation avec l'Infini.

  • L'amitié ; une épiphanie

    Jean-Marie Gueulette

    • Cerf
    • 22 Janvier 2004

    S'appuyant sur une analyse anthropologique des différences entre amour et amitié, Jean-Marie Gueullette montre comment il est possible d'accorder une place importante à l'amitié dans la vie chrétienne.
    Lorsque le Christ est reconnu comme le Tiers entre amis, l'amitié devient une communion ouverte sur la présence de l'autre, le pauvre sans pour autant tomber dans l'illusion vague d'une amitié avec tous. Il s'agit également de découvrir les racines théologiques d'un mode de relation au Christ, moins connu, mais tout aussi fécond, que la mystique nuptiale. Une telle approche chrétienne permet de réhabiliter une expérience humaine riche et cependant discrète et pudique.
    Elle donne également à réfléchir sur les implications anthropologiques et théologiques des discours tenus sur l'amitié par les chrétiens : la grâce perfectionne-t-elle l'amitié humaine au point d'en faire une épiphanie de l'amitié de Dieu pour nous ? Le Christ a-t-il été un ami pour Lazare et pour le disciple bien-aimé afin de donner un exemple moral ? L'évocation de l'amitié dans le Nouveau Téstament ne sert-elle pas plutôt à révéler la proximité de Dieu avec les hommes ?

  • La mémoire chrétienne, une mémoire sélective

    Jean-Marie Gueulette

    • Cerf
    • 21 Février 2017

    Par son enracinement dans la Tradition, la théologie chrétienne est porteuse d'un paradoxe : elle cherche toujours à assumer les expressions de la foi qui ont été produites au long des siècles, par sa référence constante à la Tradition, mais cette manière d'assumer l'ensemble de la tradition ne la dispense cependant pas de procéder, comme toute mémoire, à des sélections. Selon les époques et les cultures, en fonction des questions majeures du moment, influencées par ce que portent chaque époque, chaque culture dans laquelle la foi se développe, les communautés ou les théologiens portent leur attention préférentiellement sur tel auteur ou sur telle époque de l'histoire chrétienne, et oublient d'autres étapes de l'élaboration théologique.
    Un auteur du passé , une dimension de la foi qui se trouvent au coeur de la théologie et de la prédication à un moment de l'histoire peuvent en avoir quasiment disparu quelques générations plus tard. Fruit d'un laboratoire de recherche mené par les enseignants de la faculté de théologie de l'Université catholique de Lyon, cet ouvrage analyse les raisons et les conséquences théologiques de ces sélections, à partir de quelques études de cas sur des auteurs de l'époque contemporaine.
    La sélectivité n'étant pas le propre de la mémoire chrétienne, il était nécessaire de solliciter aussi l'apport de la philosophie et de la psychanalyse, et de comparer le rapport chrétien à la Tradition avec l'approche d'une autre mémoire sélective, qui est celle de l'islam à l'égard du christianisme. La diversité de ces travaux permet d'étudier la relation que la mémoire chrétienne entretient, comme toute mémoire, personnelle ou collective, avec l'identité.

empty