Jean-Pierre Augustin

  • Que sait-on au juste de l'empreinte du sport dans l'espace géographique, de son rôle économique ou encore de la place qu'il tient dans l'organisation des sociétés et dans les représentations qu'elles se font d'elles-mêmes ? Pour répondre à ces questions, on trouvera dans cet ouvrage des approches et des modèles d'analyses inédits. Il est organisé en trois parties. La première est consacrée aux dynamiques spatiales des pratiques ; les auteurs y rappellent l'organisation institutionnelle des sports de compétition amateurs, l'édification massive d'équipements et de lieux sportifs et l'appropriation territoriale des sports de loisirs ; ils proposent ensuite des éléments d'analyse pour comprendre ces territoires sportifs et offrent enfin une réflexion sur la distribution spatiale des sports fédérés, illustrée par les exemples du football et du judo. La deuxième est centrée sur l'analyse des sports professionnels largement liés aux hiérarchies urbaines. L'examen des localisations de près de 200 équipes professionnelles souligne les logiques organisationnelles, le rôle des acteurs locaux et internationaux et le poids économique et démographique des villes. Ils comparent enfin le système français - avec ses spécificités - aux systèmes de ligues et de sports professionnels d'autres pays. La troisième partie aborde la problématique des sports de nature qui connaissent un développement croissant et posent de sérieuses questions d'interprétations, ces pratiques se situant à la croisée du sport, du loisir et du tourisme et intéressant de vastes espaces. Rédigé dans un style volontairement clair, l'ouvrage offre une synthèse méthodologique aux étudiants et aux spécialistes, mais il concerne surtout les responsables associatifs, les élus et les aménageurs. Saisi sous le double éclairage de la sociologie et de la géographie, le sport révélera ici à tous ceux qui s'y intéressent une dimension encore peu explorée.

  • le sport et les cultures sportives sont devenus l'un des mécanismes les plus efficaces de diffusion de pratiques que l'humanité ait jamais connus.
    la géographie du sport révèle les spatialités contemporaines. la mondialisation du sport polarise l'espace au profit des zones les plus développées, en particulier des grandes métropoles. accélérateur de la mondialisation, le sport est une dramaturgie contemporaine qui favorise la mise en scène inégale de cérémonies planétaires. mais il est aussi un organisateur territorial qui, par la diversité des cultures sportives, réactive le sens des rapports à l'espace.
    la géographie permet d'étudier les flux sportifs (localisations et diffusion) et l'aménagement de comprendre la mise en place des équipements ainsi que l'organisation des grands sites. l'ouvrage présente ainsi, à partir d'études inédites, les variations territoriales des pratiques sportives, leurs modèles spatiaux de répartition, et les principales tendances qui jouent un rôle dans le champ d'étude socio-spatial du sport.
    cet ouvrage de synthèse destiné aux étudiants, enseignants et chercheurs en sciences sociales s'adresse aussi aux municipalités, services de l'état, sportifs et responsables associatifs, c'est-à-dire à un large public concerné par la place et l'évolution du sport dans la société.

  • Les villes du Québec, comme celles de l'ensemble des pays occidentaux ont été marquées par plusieurs périodes distinctes de croissance économique, une assez rapide (1962-1975) et une plus lente (1976-1990), la relative reprise n'est, ensuite, pas continue et la crise de 2008 rappelle l'incertitude des conjonctures internationales. Dans ce contexte, le Québec ne fait pas exception dans la période succédant à la Révolution tranquille, mais les actions socio-économiques, culturelles et aménagistes des villes québécoises soulignent des particularités originales. Les auteurs de cet ouvrage, éminents spécialistes des villes québécoises, mettent en avant les spécificités urbaines de la province et traitent surtout de Montréal qui s'affiche comme le moteur économique et expérimental de la région. Ils évoquent et renforcent l'hypothèse d'une « École de Montréal », celle d'une « montréalité en formation ».

  • Les sites publics, ici les rues et les ponts, participent à la construction d'identités communes en s'inscrivant dans l'espace vécu et quotidien des groupes et des habitants. La rue peut être considérée comme l'essence de la ville, sa plus petite synthèse partielle. À la fois un système et l'élément de systèmes plus vastes, elle permet d'afficher l'urbanité. Les ponts sont aussi symboliques des villes, ils prolongent les rues, mais sont des métaphores du lien et s'ouvrent à bien d'autres rhétoriques où se mêlent l'idéel et le réel.Ce livre propose des lectures croisées sur les rues, symbole politique et identitaire, mais aussi marchandes et festives et sur les ponts qui les prolongent. Ces lectures prennent un relief particulier en raison des questions identitaires du Québec, mais sont largement transposables à l'ensemble des sites publics des villes en général.

  • Le sport n'est plus seulement un mode de loisir, une organisation institutionnelle ou un ensemble de techniques : il est devenu un enjeu économique et un gisement d'emplois.
    Accompagnant la progression des pratiques sportives et ludosportives, les métiers du sport ne cessent de se développer, même si nombre d'entre eux ont encore des statuts mal définis. on assiste ainsi à la création de nouveaux métiers - régis à la fois par les règles du marché et par une multitude d'organismes publics et privés-et à la professionnalisation accélérée d'un secteur longtemps limité par l'idéal olympique de l'amateurisme.
    Les perspectives qui s'ouvrent pour ces nouveaux métiers dépassent le simple cadre des pratiques pour venir répondre à des besoins émergents en termes d'organisation et de gestion. cet ouvrage fait donc le point sur les pratiques, métiers et formations liés au sport et analyse leurs évolutions. destiné à un vaste public, il s'adresse tout d'abord aux jeunes et en particulier aux étudiants, à qui il fournit une véritable synthèse sur le sujet.
    Il concerne également les responsables sportifs, les élus et les aménageurs, mais il se veut plus largement une introduction approfondie pour tous ceux qui désirent saisir les enjeux de la professionnalisation et de la formation aux métiers du sport.

  • Après une évocation historique de l'émergence d'une société de loisirs et des prémices de la professionnalisation de l'animation et du sport, cet ouvrage propose - au-delà de ses rapports annuels d'activités, colloques et études -, une réflexion approfondie sur la construction de l'emploi sportif en France, les structures professionnelles qui le sous tendent et les perspectives d'évolution autant que les interrogations liées à son devenir.
    Le bilan des projets de l'ONMAS (de 2002 à 2005) est inclus en fin de volume ainsi qu'une bibliographie sélective.

  • La francophonie est souvent associée à la langue et aux institutions culturelles classiques. Mais d'autres pratiques et notamment celles correspondant aux cultures sportives et aux jeux s'organisent progressivement autour d'événements qui proposent une version festive et participative. Elles sont une réponse à la recherche de cérémonies fusionnelles compensant les divisions, les conflits et l'individuation croissante de nos sociétés. Derrière les jeux de la francophonie au Canada se cachent d'autres enjeux sociaux et politiques, notamment autour de l'anglais et du français, les langues officielles du Canada.

  • LE COMTE, seul, marche en rêvant.
    J'ai fait une gaucherie en éloignant Bazile !... la colère n'est bonne à rien. - Ce billet remis par lui, qui m'avertit d'une entreprise sur la Comtesse ; la camariste enfermée quand j'arrive ; la maîtresse affectée d'une terreur fausse ou vraie ; un homme qui saute par la fenêtre, et l'autre après qui avoue... ou qui prétend que c'est lui... Le fil m'échappe. Il y a là-dedans une obscurité... Des libertés chez mes vassaux, qu'importe à gens de cette étoffe ? Mais la Comtesse ! Si quelque insolent attentait... Où m'égaré-je ? En vérité, quand la tête se monte, l'imagination la mieux réglée devient folle comme un rêve ! - Elle s'amusait : ces ris étouffés, cette joie mal éteinte ! - Elle se respecte ; et mon honneur... où diable on l'a placé !
    (Acte III, scène 4) Figaro Forcé de parcourir la route où je suis entré sans le savoir, comme j'en sortirai sans le vouloir, je l'ai jonchée d'autant de fleurs que ma gaieté me l'a permis ; encore je dis ma gaieté, sans savoir si elle est à moi plus que le reste, ni même quel est ce Moi dont je m'occupe : un assemblage informe de parties inconnues ; puis un chétif être imbécile ;
    Un petit animal folâtre ; un jeune homme ardent au plaisir, ayant tous les goûts pour jouir, faisant tous les métiers pour vivre ; maître ici, valet là, selon qu'il plaît à la fortune! ambitieux par vanité, laborieux par nécessité ; mais paresseux... avec délices! orateur selon le danger ;
    Poète par délassement ; musicien par occasion ; amoureux par folles bouffées ; j'ai tout vu, tout fait, tout usé.» (Acte V, scène III)

  • Le chef-d'oeuvre de Beaumarchais, suivi d'un parcours littéraire « La comédie du valet ». Dans une édition conforme aux nouveaux programmes de français du lycée, incluant notamment des prolongements artistiques et culturels et un dossier Nouveau bac.

    L'oeuvre.
    Suzanne et Figaro, le valet du comte Almaviva, préparent leur mariage. Mais le comte entend être le premier à profiter des charmes de la jeune fille.
    Dans cette pièce qui mêle l'émotion au rire, Beaumarchais - quelques années avant la Révolution française - dénonce l'injustice des privilèges accordés à la noblesse, lorsqu'ils sont fondés sur la seule naissance, et non sur le mérite.

    Le parcours « La comédie du valet ».
    10 textes clés pour étudier les différentes figures de valets dans la comédie classique.

    Le dossier.
    Toutes les ressources utiles au lycéen pour étudier l'oeuvre dans le cadre des nouveaux programmes :
    Un avant-texte pour situer l'oeuvre dans son contexte.
    Au fil du texte, la rubrique « Des clés pour vous guider ».
    Après le texte :
    - des repères sur l'oeuvre.
    - un groupement de textes complémentaires sur le procédé du monologue théâtral.
    - des sujets types pour l'écrit et l'oral du nouveau bac français.

    Des prolongements artistiques et culturels.
    Une sélection de 6 oeuvres, en lien avec la pièce et le thème du parcours, et des outils pour les analyser.

    Et un guide pédagogique.
    Sur www.classiques-et-cie.com. En accès gratuit réservé aux enseignants, il inclut tous les corrigés : des questionnaires au fil du texte, des sujets de bac, des lectures d'images.

  • «Un vieillard amoureux prétend épouser demain sa pupille ; un jeune amant plus adroit le prévient, et ce jour même en fait sa femme, à la barbe et dans la maison du tuteur. Voilà le fond, dont on eût pu faire, avec un égal succès, une tragédie, une comédie, un drame, un opéra, et cætera.».
    C'est ainsi que Beaumarchais lui-même présente Le Barbier de Séville qui en 1775 triomphe rapidement, puis connaît un succès durable : Marie-Antoinette elle-même jouera le rôle de Rosine en 1785 ; deux livrets d'opéra en seront tirés pour Paesiello et Rossini. C'est que fantaisie verbale et puissance dramatique offrent au spectateur une pièce dont l'action reste suspendue à un lien fragile - un mot ou un silence pouvant tout achever ou tout faire échouer - et c'est là le modèle de la comédie des deux siècles à venir.

  • Seize personnages, quatre-vingt-douze scènes, mille six cents répliques, une profusion de décors et de costumes... Pas de doute, Le Mariage de Figaro est bien la superproduction du xviiie  siècle  ! Si l'on ajoute à cela une bataille de cinq ans pour faire jouer la pièce et un auteur à la réputation scandaleuse, on comprend mieux le retentissement qu'a eu cette oeuvre jusqu'à nos jours.
    Et cependant, il y a tellement de meilleures raisons de lire Le Mariage de Figaro  ! Beaumarchais y donne libre cours à son génie, entre jalousie, désir, bons mots et coups de théâtre. Et sous son agréable apparence de comédie divertissante, la pièce nous entraîne, à la veille de la Révolution française, dans une importante réflexion sur les inégalités sociales, le rôle des femmes et le droit de chacun au bonheur. Bref, voici une pièce légère et profonde, qui fait rimer amour et humour le mieux du monde.
      *  Le texte intégral annoté *  Cinq questionnaires d'analyse de l'oeuvre *  Une analyse des personnages *  Un dossier «  Spécial Bac  » proposant deux sujets d'écrit et deux sujets d'oral *  Une présentation de Beaumarchais et de son époque *  Le genre de l'oeuvre et sa place dans l'histoire littéraire * Une rubrique «  Portfolio  » pour la lecture d'images * Un dossier Spécial bac sur le thème «  La comédie du valet  »  

  • Seul événement rassemblant plus de nations que l'ONU, les jeux Olympiques sont un véritable théâtre géopolitique dans lequel chaque acteur tente d'exister sur la carte du monde. Car si l'Olympisme est porteur des valeurs d'universalisme, d'excellence, de paix et de mélange des peuples, les JO restent bien les héritiers d'un siècle d'impérialisme occidental et n'évitent pas les dérives de toutes sortes et la reproduction des rapports de force internationaux.
    Ni tout à fait simulacre, ni tout à fait guerre, les luttes olympiques sont ainsi des rituels modernes où l'ordre mondial se donne à voir et se reproduit en paraissant se dissoudre.
    Cet ouvrage renouvelle l'analyse géopolitique de l'Olympisme en revisitant ses origines, son évolution et la domination politique et économique qui en résulte. Il dévoile aussi comment le monde est à la recherche de mythes contemporains, d'utopies porteuses de sens, de force et d'énergie à l'image de la flamme rallumée tous les quatre ans sur les ruines du temple d'Olympie. Mais la crise pandémique et le report des Jeux de Tokyo 2020 interrogent la pérennité de cette célébration et appellent à en inventer d'autres formes d'organisations.

  • - Des ouvrages spécialement conçus pour les nouveaux programmes de 1re : le texte intégral avec des notes et de nombreux encarts culturels pour une meilleure accessibilité.
    - Un dossier du lycéen complet et riche avec de nombreux outils : des repères, des clés d'analyse, des groupements de texte pour l'oral du BAC, des sujets de BAC traités, des lectures d'images et des outils de langue.
    Parcours associé : La comédie du valet.

  • La connexion intime entre ces trois pièces, c'est qu'elles annoncent - comme les trois coups au théâtre - la Révolution à venir. Pour la première fois, l'intelligence et l'intérêt bien compris prennent le pas sur les convenances qu'édicte la société de cour. «On n'obtient ni grand pathétique, ni profonde moralité, ni bon ni vrai comique, au théâtre , sans des situations fortes et qui naissent toujours d'une disconvenance sociale dans le sujet qu'on veut traiter [...] Les vices, les abus se déguisent en mille formes sous le masque des moeurs dominantes : leur arracher ce masque et les montrer à découvert, telle est la noble tâche de l'homme qui se voue au théâtre.» Préface du Mariage de Figaro.

  • « La comédie du Barbier de Séville est une des plus gaies et des plus claires du répertoire mondial ; d'emblée célèbre, elle l'est demeurée. Jean Bête à la foire n'est pas une comédie littéraire, et son charme ne peut guère toucher qu'un public informé des conventions propres au genre très particulier qui est le sien, celui de la "parade" ; aussi cette oeuvre mineure n'est-elle souvent appréciée que par les spécialistes. Il a pourtant paru souhaitable de l'inclure dans la présente édition, non seulement parce que la longue et complexe genèse du Barbier passe par le genre de la parade et que, dans des contextes différents, les problèmes de Jean Bête sont ceux d'Almaviva, mais aussi parce que l'esthétique d'une pièce comme Jean Bête, marginale pour les contemporains et méprisée au XIXe siècle, s'accorde singulièrement avec la sensibilité moderne. Un érotisme peu dissimulé, une liberté verbale poussée au paroxysme, une façon sévère de juger la société à travers la simplicité invraisemblable d'une intrigue stéréotypée, voilà qui donne pour nous à la parade le charme paralittéraire qui peut être aujourd'hui, par exemple, celui de la bande dessinée. »
    Jacques Scherer.

empty