Lobstein

  • Essai sur la nutrition du foetus , par J. Frédéric Lobstein,...
    Date de l'édition originale : 1802 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Observations anatomico-physiologiques sur la circulation du sang dans l'enfant qui n'a pas respiré ... par Jean-Frédéric Lobstein,...
    Date de l'édition originale : 1803 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Planete cendrillon

    Lobstein

    • Amalthee
    • 31 Janvier 2011

    Représentation légendaire, le soulier de vair de Cendrillon entraîne des personnages aux points de vue différents dans des situations mystérieuses autant qu'inimaginables et les confronte aux réalités des systèmes d'actualité.

    L'Éternel et l'Univers. Le Néant et « l'Être ». Au début, il y eut le verbe. Il décida de faire l'homme à son image. D'où lui venait cette image ? Avait-il une apparence humaine ? Question absurde. L'homme et l'humain ont la même apparence. Et comment décida-t-Il de l'apparence de l'homme ? Tout ceci nous conduit à la recherche de nos origines et des mystères de l'univers infini et insondable.

    L'infini. L'infini et son immensité inconnue, son néant étincelant et énigmatique. Sommes- nous une fantaisie de cette immensité créatrice insondable ? Et si le génétisme créateur qui se traduit par un simple mot que nous appelons « la vie » était également la définition réelle et unique, indispensable à la continuité éternelle de l'infini Univers, depuis la nuit des temps ?

  • Catalogue officiel de l'exposition L'heure bleue de Peder Severin Krøyer au musée Marmottan Monet du 28 janvier au 25 juillet 2021.

    Le musée Marmottan Monet présente, du 28 janvier au 25 juillet 2021, la première exposition monographique jamais consacrée en France à l'un des plus grands maîtres de la peinture danoise Peder Severin Krøyer (1851-1909). Contemporain de Vilhelm Hammershøi (1864-1916), Peder Severin Krøyer est au plein air ce que son contemporain fut à la scène d'intérieur. Plus de soixante chefs-d'oeuvre provenant du musée de Skagen - dépositaire d'un des premiers fonds mondiaux de l'artiste - du musée de Göteborg mais aussi des musées de Copenhague, Aarhus, Alkersum/Föhr, Lübeck, Kiel, Budapest et Paris mettent à l'honneur ce remarquable interprète de l'heure bleue, ce phénomène météorologique qui précède le crépuscule et se déploie surtout aux lointains bords de mer septentrionaux. Cette exposition est placée sour le haut patronage de la Reine Margrethe II du Danemark.

  • L'objet de ce catalogue est l'étude des soixante-quatre aquarelles illustrant les Fables de la Fontaine par Gustave Moreau (1826-1898) à la demande d'Antony Roux (1833-1913), l'un de ses principaux collectionneurs. Jamais exposées depuis 1906, trente-cinq d'entre elles reviennent aujourd'hui au musée Gustave Moreau, où elles ont été créées dans ce qui était alors l'atelier de l'artiste.
    Cette publication, qui rend compte dans le plus grand détail de la genèse de cette extraordinaire série, est une avancée majeure dans la connaissance de l'artiste. Grâce à un sujet populaire s'il en est, on découvre un Moreau rare et inédit, tout en lumière et en simplicité, qui sut, après Jean-Jacques Grandville et Gustave Doré au XIXe siècle, renouveler de manière magistrale l'illustration de ces chefs-d'oeuvre de la littérature française.

  • Les artistes, les lieux, le vocabulaire..., de ce mouvement pictural.

  • Henri Manguin (1874-1949) appartient, comme Henri Matisse ou Albert Marquet, au groupe de jeunes peintres baptisés «Fauves» au Salon d'automne de 1905. Ses harmonies chromatiques témoignent très tôt d'une inventivité rare et d'une audace qui accompagnent - ou parfois précèdent - celles de ses contemporains. Désigné par Guillaume Apollinaire comme «le peintre voluptueux», il rend hommage au bonheur de vivre et reste fidèle à l'expression d'une sensualité heureuse.
    Ce catalogue est consacré aux premières années de la carrière de Manguin, depuis ses débuts parisiens jusqu'à la Première Guerre mondiale, période à laquelle il réside en Suisse, à l'abri des conflits. L'accent y est mis sur les années fauves où les thèmes arcadiens, paysages méditerranéens, scènes de la vie de famille et natures mortes disent l'exaltation de l'artiste qui s'épanouit au sein d'une nature édénique.

    Édition publiée sous la direction de Marina Ferretti Bocquillon avec la collaboration de Corinne Currat, Charlotte Hellmann, Dominique Lobstein et Jean-Pierre Manguin.
    Coédition Gallimard/Musée des impressionnismes Giverny.

  • L'exposition du Musée de Giverny consacrée à Henri Manguin fera l'objet d'une campagne de communication importante, en particulier dans la région parisienne.
    Henri Manguin est le sujet de très peu de livres actuellement.

  • Claude Monet, le plus célèbre des peintres impressionnistes, fut aussi le plus secret de leurs collectionneurs. Les chefs-d'oeuvre qu'il a réunis tout au long de sa vie constituent pourtant un ensemble aussi rare qu'exceptionnel. Pour la première fois, le musée Marmottan Monet lève le voile sur cette passion privée et organise, du 14 septembre 2017 au 14 janvier 2018, une exposition inédite intitulée "Monet collectionneur" dont cet ouvrage rend compte mais surtout qu'il complète.
    Signés Delacroix, Corot, Boudin, Jongkind, Manet, Renoir, Caillebotte, Cézanne, Morisot, Pissarro, Rodin ou encore Signac, peintures, dessins, sculptures révèlent une part cachée de la vie de Claude Monet. L'ouvrage reconstitue cette collection présentant des oeuvres conservées dans les plus grands musées mais aussi au sein de prestigieuses collections particulières. Il offre l'occasion unique de découvrir ce qui fut le panthéon sentimental et artistique du chef de file des impressionnistes.
    Une exposition et un livre événement !

  • Cette femme de conviction, grande voyageuse, a mis la femme et l'enfant au coeur de son ?uvre. Cette Américaine très Française est parfois opposée à Berthe Morisot, qu'elle appréciait et dont elle possédait plusieurs tableaux.  Degas la remarqua au Salon de 1874 et lui proposa de rejoindre le groupe impressionniste. Elle n'acceptera que plusieurs années plus tard, à la demande insistante de Pissaro.
    Forte personnalité (il en fallait pour une femme à la fin du XIXe souhaitant vivre de son art), elle s'est engagée pour défendre Dreyfus et les Suffragettes.

  • En 1890, Claude Monet achète la maison de Giverny pour "en faire un jardin de fleurs". Là sont nés les immenses et magnifiques Nymphéas de Monet qui racontent la magie de l'eau, de la lumière et de la couleur.
    Le jardin ouvre ses portes au public le 1er juin 1980. 7 000 visiteurs sont attendus, il en viendra 70 000 ! Les photographies de Jean-Pierre Gilson rendent hommage à ce jardin et en dévoilent des aspects méconnus, suivant le cycle des saisons. Le lecteur se laissera charmer par la diversité des espèces représentées : coquelicots, tulipes, rosiers, clématites...
    Enfin, Dominique Lobstein, à travers des lettres fictives, fait revivre l'histoire de Giverny et de tous ceux qui ont partagé la vie et l'oeuvre de Claude Monet.

  • Un panorama de l'oeuvre du peintre espagnol, emblématique du courant impressionniste et connu pour ses scènes de genre alliant réalisme et lyrisme, ainsi que pour ses scènes de plage.

  • Monet et Londres

    Dominique Lobstein

    • A propos
    • 1 Septembre 2004

    Monet et Londres retrace le parcours londonien de l'artiste, très largement négligé dans la multitude d'ouvrages parus sur l'artiste.
    De petit format, avec un texte de qualité, accessible, largement illustré et dans une mise en page très actuelle, l'ouvrage est rythmé par un découpage en 5
    chapitres. Il propose des repères chronologiques et de courts tableaux décrivant le contexte de l'époque.
    Il s'adresse aux curieux d'art, et plus spécifiquement au très large public des non-historiens d'art.
    L'auteur, Dominique Lobstein, est chargé d'études documentaires au Musée d'Orsay. Il a publié plusieurs ouvrages sur la période impressionniste.



  • « Un matin, l'un de nous manquant de noir se servit de bleu : l'impressionnisme était né. », Pierre-Auguste Renoir.

    On se souvient de la raillerie restée fameuse du journaliste Louis Leroy qui donna, en 1874, à l'impressionnisme son nom de baptême : « Que représente cette toile ? Voyez au livret. - Impression, soleil levant. - Impression, j'en étais sûr. Je me disais aussi, puisque je suis impressionné, il doit y avoir de l'impression là-dedans. » C'est en grande partie sous la plume des écrivains, critiques d'art - Baudelaire, Duret, Huysmans, Mirbeau, Maupassant, Zola. - et artistes eux-mêmes que l'impressionnisme s'imposa, à l'encontre de toute notion d'école ou d'ambition esthétique commune, comme un chapitre majeur de l'histoire de l'art. Si défenseurs et détracteurs s'évertuèrent à voir dans les recherches menées par les artistes dits impressionnistes - Manet, Monet, Renoir, Bazille, Pissarro, Degas, Morisot. - une révolution artistique, ces derniers aspiraient à s'inscrire dans une tradition picturale.
    À travers cette sélection d'écrits, on pénètre un contexte artistique et intellectuel, mais également un univers de confrérie, un réseau de personnalités unies par des liens d'amitié (ou d'inimitié).
    L'ambition de ce petit livre est de revivifier notre perception d'un mouvement paradoxalement perçu comme plaisant et consensuel. Il s'agit de faire revivre le climat d'effervescence de cet épisode qui inspira les émotions les plus diverses, de l'encensement à la polémique, et d'apprécier les enjeux de cette entreprise, qui ouvrit de fait la voie aux grands courants artistiques du XXe siècle, du cubisme à l'abstraction, avec des héritiers comme Kandinsky, Pollock ou Rauschenberg.

  • Jean Geoffroy est né à Marennes en 1853. Très tôt, avec ses parents, il part pour Paris où il reçoit une solide éducation artistique. À partir de 1875, il travaille pour l'éditeur Jules Hetzel, participe à l'illustration de nombreux ouvrages destinés à la jeunesse et réalise plusieurs affiches publicitaires. Sous le nom de Géo, il participe régulièrement aux Salons qui accueillent avec succès ses peintures et ses aquarelles.
    Représentant du courant naturaliste, il met ses sujets principaux, l'enfance et la famille, au service de la jeune troisième République et de ses idéaux, se faisant un héraut des réformes scolaires lancées par Jules Ferry ou Ferdinand Buisson. Dès lors, son art se met dans les pas de l'Histoire, celle qui prônait les vertus nationales à travers l'exaltation de l'école républicaine et la mise en place d'un système de santé pour tous. En peignant, sans pathos, le quotidien, voire l'intimité, des humbles, Geoffroy devient un passeur d'idées sociales aussi important pour les historiens que pour les historiens d'art.
    En son temps, la réception de son oeuvre fut enthousiaste et il bénéficia de nombreux achats et commandes de l'État et de collectionneurs. La ville de Saintes reconnut très tôt cet enfant du pays, puisque dès 1893, elle lui acheta son Compliment, un des chefs-d'oeuvre du musée de l'Échevinage.
    « [Les artistes] qui persistaient à lier technique et sujet, utilisant concurremment dessins et couleurs pour évoquer l'Histoire ou le quotidien, le paysage ou la nature morte, et transmettre une impression ou un sentiment, se sont trouvés mis au ban de l'art. [...] Depuis les années 1980, sous les effets conjugués du marché de l'art et de l'inauguration du musée d'Orsay, les anciens diktats ont été reconsidérés et l'importance de bien des artistes dits académiques a été remise en valeur », dit Dominique Lobstein dans son Introduction. Ainsi, Géo a bénéficié de cette nouvelle attitude et ses créations ont été redécouvertes par les musées, tel celui de Moulins, dès 1977, et les collectionneurs privés. Tous ont généreusement accepté de participer à cette première rétrospective qui fait le point sur la vie et l'oeuvre de l'artiste et illustre avec plus de 120 oeuvres tous les aspects d'une création originale et sensible.

  • Recherches et observations sur le phosphore ; ouvrage dans lequel on fait connaître les effets extraordinaires de ce remède dans le traitement de différentes maladies internes, par J.-F.-Daniel Lobstein,...
    Date de l'édition originale : 1815 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.
    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Journal d'un fou

    Priam Lobstein

    Jean est un étudiant passionné de philosophie mais également d'écriture. Enfermé dans une extra-lucidité qui le rend imperméable à un grand nombre d'émotions, il décide de s'engager dans l'armée afin de faire face à la peur de mourir. John, son instructeur, lui apprend la rigueur et la discipline avec sévérité et Jean, de son côté, le sensibilise à la réflexion, à la philosophie. Un instant d'hésitation et une mission tourne au drame. Les quelques survivants sont rapatriés à Paris. Jean retrouve sa petite vie d'auteur inconnu, sa compagne, et il se questionne : peut-il écrire tout en vivant comme les autres ? Peut-il créer tout en étant heureux, en couple ? Doit-on nécessairement vivre en solitaire pour produire ne serait-ce qu'un peu d'introspection ? John, enfermé dans sa chambre d'hôpital répondra à ces questions et Jean s'apercevra avec effroi que les rôles ont été inversés : John est devenu le professeur. Mais, qui sont John, Jean et l'auteur du journal ? Qu'est-ce qui les lie ?

empty