Maithe Valles-Bled

  • Catalogue de l'exposition organisée pour le 50e anniversaire du Musée Paul-Valéry de Sète Le musée a ouvert ses portes en 1970 dans le bâtiment qu'il occupe aujourd'hui face au Cimetière marin. Créé en 1891, le Musée des Beaux-arts de Sète prenait à cette occasion le nom de Musée Paul-Valéry.

    Mettant à l'honneur le poète, l'écrivain et le penseur qui est au coeur même de l'identité du Musée, l'exposition propose un regard exhaustif sur les relations qui, durant toute sa vie, ont uni Paul Valéry à la peinture.

    L'exposition se tiendra du 24 septembre 2020 au 10 janvier 2021 et présentera une centaine d'oeuvres de peintres du XIXe et du XXe siècle.

  • Consacrée à l'oeuvre de Louis Valtat, qui fut immédiatement repéré parmi les « fauves » par l'ensemble de la critique au Salon d'automne de 1905, ce catalogue d'exposition met en évidence le rôle qui a été celui de l'artiste, tout à la fois indépendant et pionnier du fauvisme depuis la fin du XIXe siècle. En permettant notamment de découvrir les deux plus importantes collections privées au monde sur ce peintre, ainsi que des oeuvres provenant d'institutions publiques et d'autres collections particulières, jamais exposées pour beaucoup d'entre elles, elle s'attache à réhabiliter l'oeuvre de l'artiste et à analyser les liens qui ont été les siens avec les peintres plus tardivement devenus fauves. Valtat n'occupe pas la place qui devrait lui revenir et qui mérite que soit reconsidéré son parcours entre 1895 et 1905, années durant lesquelles il élabore en solitaire une oeuvre qui s'inscrit totalement dans l'avant-garde. Il avait du reste retenu très tôt l'intérêt du marchand Ambroise Vollard qui signa avec lui un contrat d'exclusivité dès 1903 et lui organisa exposition personnelle. Si l'influence des Nabis (il rencontre Bonnard et Vuillard à l'académie Julian qu'il fréquente à partir de 1887) l'éloigne du pointillisme de ses premières oeuvres de jeunesse, c'est sa filiation avec Van Gogh et Gauguin qui, dès 1895, le situe indiscutablement comme un précurseur du fauvisme. Sa découverte avec le Midi de la France, où il séjourne pour la première fois en 1895, plusieurs années avant que les fauves ne s'y rendent à leur tour, joue un rôle essentiel dans l'évolution de sa gamme chromatique qui recourt très tôt à l'emploi de la couleur pure et à la virulence des contrastes colorés. Les oeuvres de cette période, généralement qualifiées de pré-fauves, ne peuvent manifestement qu'interroger quant à leur appartenance à part entière à un fauvisme qui sera repéré et identifié quelques années plus tard. Ce catalogue de plus de 250 pages, établis une chronologie commentée, réunissant des textes de plusieurs auteurs (conservateurs,historien de l'art et critique) spécialistes du fauvisme, et comportant une notice par oeuvre.

  • Une expérience singulière : 235 tableaux parmi les plus beaux et les plus importants du musée Paul-Valéry de Sète ; en regard 235 poèmes inédits venus du monde entier, une façon d'appréhender l'oeuvre et la faire résonner. Pour Baudelaire, les poètes deviennent naturellement, fatalement critiques. Ils ne sont ici ni historiens ni critiques d'art. Le poème n'est pas un savoir ou un commentaire mais une oeuvre d'art, une manière de voir le tableau autrement que par les clefs habituelles.

    Poésie et peinture avaient partie liée à l'âge classique : des images pour les yeux. Grâce aux 235 poètes qui ont répondu à la commande, le recueil a tout de l'inattendu, d'Adonis à James Sacré, de Jean-Luc Parant à Salah Stétié. Un corpus important de peintures du XVIIe siècle à nos jours où l'on trouve des toiles surprenantes rarement montrées, beaucoup d'oeuvres à thèmes sétois. Avec les indispensables données historiques. Avec une clef originale : la poésie.

    Catalogue re´alise´ dans le cadre de l'exposition pre´sente´e au muse´e Paul-Vale´ry (Se`te, He´rault) du 30 juin 2018 au 4 janvier 2019.

empty