Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 14/02/2022

Mayare Bouhafs

  • Si la déconstruction des mots est au coeur du propos afin de saisir les sens plutôt, que l'essence de « la violence », l'ouvrage porte un regard sur un mot la « violence » en interrogeant la capacité que l'on puisse avoir pour ne pas être une victime. En effet, il est l'émanation du collectif APLP, créé en janvier 2015 comme résultante de la réponse pacifiée au double assassinat de Kévin et Sofiane le 28 septembre 2012 à Grenoble.
    Révélateur d'un bouillonnement réflexif de citoyens et de professionnels de l'action sociale grenoblois, ce collectif a pris la décision d'aller à la rencontre des gens afin d'avoir une conception du mot « violence » et pour comprendre sur quoi repose la violence. Questionner la « violence » ne se limite pas à en tracer les contours sémantiques, vécus sur un territoire donné.
    Tenter d'aller aux sources de ces différentes formes de violence offre non seulement des éléments de compréhension de ces violences, mais également participe à inventorier un répertoire d'action qui viendrait s'attaquer aux causes et plus seulement aux conséquences.
    Il faudrait préciser que cette volonté d'aller aux sources n'implique pas in fine une connaissance exclusive du réel. Elle peut contribuer à préciser des particularités mais ne saurait en faire un absolu. La particularité d'une telle approche est son refus de se penser en généralité tout en s'inscrivant dans ces complexités qui caractérisent les interactions des personnes dans une société. Pour finir cet ouvrage s'achève avec un chapitre qui analyse le lieu comme une arène traversée par différents intérêts et groupes d'intérêts. Ce qui ouvre sur des pistes d'actions pour construire des communs.

    Pour créer cet ensemble, le collectif a été à la rencontre de l'inconnu dans l'optique d'apprendre en faisant fi de la peur de l'inconnu. L'objectif : déconstruire les préjugés en essayant de lutter contre la violence en exaltant les merveilles de la non-violence.

empty