Points

  • Le travail créateur ; s'accomplir dans l'incertain

    Pierre-Michel Menger

    • Points
    • 17 Avril 2014

    Si l'activité artistique est bien un travail, ses logiques échappent largement à la manière dont la sociologie et l'économie ont l'habitude d'en rendre compte. Des différences considérables de succès peuvent-elles résulter de différences minimes de talent ? Le génie est-il soluble dans l'analyse sociologique ? Comment expliquer l'attrait exercé par des carrières aléatoires qui exposent la plupart de ceux qui y prétendent au désaveu du marché ? Pourquoi l'action culturelle se contente-t-elle généralement d'amplifier la reconnaissance des créateurs déjà consacrés par la critique ? À travers de multiples études empiriques, cet ouvrage résout ces paradoxes en forgeant un cadre d'analyse original qui place l'incertitude au principe des choix d'orientation des artistes comme au coeur du dispositif d'évaluation des oeuvres.

  • Des déchets radioactifs aux ondes électromagnétiques en passant par les OGM, les controverses se multiplient qui mettent en cause le monopole des experts sur l'orientation des décisions politiques relatives aux questions technologiques. Loin de déplorer une crise de confiance, les auteurs de ce livre analysent les nouvelles relations entre savoir et pouvoir qui émergent de ces débats. Refusant les traditionnelles oppositions entre spécialistes et profanes, professionnels de la politique et citoyens ordinaires, ils s'interrogent sur les moyens de faire advenir des forums démocratiques capables de répondre aux incertitudes du « progrès ». L'enjeu est de taille : affronter les défis des sciences et des techniques en redéfinissant l'espace public.

  • La fin de règne fut difficile pour François Mitterrand. Entre la disgrâce d'Édith Cresson, le calvaire de Pierre Bérégovoy et la presse en quête du moindre scandale, la gauche décline. À l'image de son leader, miné par la maladie. Mitterrand tire sa révérence mais le peuple français n'oublie pas de saluer son courage lorsque vient le « passage de relais ».

    Pierre Favier et Michel Martin-Roland sont journalistes. Ils achèvent ici leur monumentale enquête sur l'histoire du double septennat de François Mitterrand.

  • Les clés de la longévité de François Mitterrand se trouvent dans les années charnières de sa présidence. Marquée par l'agitation populaire puis par l'affrontement politique, la période 1984-1988 a révélé un Mitterrand habile, alliant fermeté et sens du compromis. La lutte avec la droite est âpre durant la cohabitation. Mais le président en sort vainqueur, réélu au terme d'une campagne sereine.

    Pierre Favier et Michel Martin-Roland sont journalistes. À la recherche de « petits faits vrais », ils ont examiné à la loupe cette fin du premier septennat de François Mitterrand.

  • En 1988, François Mitterrand est réélu. Après un court triomphe vient l'heure de la gestion de crises. En France, le président doit s'occuper des querelles intestines qui divisent sa majorité. À l'international, il est confronté à la réunification de l'Allemagne, aux coulisses secrètes de la guerre du Golfe, aux tractations européennes et aux méandres de la politique africaine.

    Pierre Favier et Michel Martin-Roland journalistes. À partir de quelque deux cents témoignages et de l'étude attentive de milliers de documents d'archives, ils poursuivent ici leur enquête sur la présidence de François Mitterrand.

  • Le 10 mai 1981, François Mitterrand est élu président de la République. Ainsi commence une épopée politique de presque quinze ans. Mitterrand consacre la première période de son mandat à modeler son image. Tout semble alors possible à cette gauche conquérante et soucieuse de son rayonnement international. Mais vient très vite l'ère des premières désillusions et du tournant de la rigueur.

    Pierre Favier et Michel Martin-Roland sont journalistes. Ils passent ici au crible les premières années du premier septennat de Mitterrand, s'appuyant sur trois ans d'enquête, des entretiens et l'analyse d'archives confidentielles.

empty