Pascal Le Pautremat

  • L'eau source de vie...et de survie. Entre surpopulation et mutations environnementales, entre jeux de puissance et rapports de forces interétatiques, L'eau est devenue un vecteur d'enjeux à la fois multiples et combinés. Ainsi, de nouvelles politiques de gestion rationnelle et équilibrée des ressources aquifères s'imposent toujours davantage, afin d'améliorer la qualité de l'eau, d'en réduire le gaspillage et de réutiliser les eaux usées.
    D'autre part, il s'agit d'opter pour une nouvelle économie basée sur la politique de désalinisation afin de s'adapter aux aléas climatiques et maintenir un volume d'eau disponible pour répondre aux demandes polymorphes dans un monde ou les contrastes de ressources en eau sont de plus en plus prononcés. Enfin, il s'agit de veiller à ce que les crispations entre Etats, autour de bassins fluviaux, véritables préoccupations géostratégiques, ne deviennent pas, demain, de nouvelles causes de conflits.
    Approches didactiques, exemples concrets, appuyés par des analyses internationales, l'ouvrage se veut une synthèse de la situation actuelle à propos d'une question capitale pour le devenir de la Vie terrestre. Pascal Le Pautremat est Docteur en Histoire contemporaine et Relations internationales, spécialiste des crises et conflits contemporains. Il est Chargé de cours dans diverses Grandes Ecoles et Universités, en Géopolitique et économique internationales.
    Il est par ailleurs Consultant et Formateur au profit des entreprises, publiques et privées, et des organisations non gouvernementales (cf www.actiongeos.com). Il est, par ailleurs, rédacteur en chef du site site Espritsurcouf.fr qui offrent des regards et analyses en géopolitique, économie, défense et sécurité.

  • Du Maghreb au Levant, des rives de la Méditerranée au coeoeur de l'Hexagone, la politique musulmane de la France résonne de manière singulière tout au long du XXe siècle. Au terme du XIXe siècle, l'Islam, force religieuse et politique, imprègne et complique à la fois la donne d'outre-mer française. A travers les questions sociales et culturelles, législatives et militaires, les musulmans, confrontés à la réalité française, connaissent simultanément espoirs et satisfactions, désillusions, échecs et conflits.
    Lors des deux guerres mondiales, ils apportent leur soutien à une France désireuse de conserver sa liberté. Mais la reconnaissance des autorités françaises n'est pas à la hauteur de leurs espérances. Car s'il a fallu à la métropole près de quatre siècles pour façonner son empire, les années 1900-1962 marquent l'apogée puis la fin de Père coloniale, même si, après 1962, grâce à ses acquis et à son influence culturelle, la France conserve son rayonnement international, au Maghreb comme au Moyen-Orient, entre coopération économique et partenariat politique.
    Des pèlerinages jusqu'à la place des musulmans dans l'armée et la société françaises, de la politique d'éducation à l'évolution des droits, de l'essor des nationalismes aux conflits régionaux... autant de thèmes essentiels que cet ouvrage aborde avec le souci de mieux faire comprendre la politique musulmane de la France, tout au long du XXe siècle, sur fond de dualité et de paradoxes.

  • La Grande-Bretagne dans la Grande Guerre ; d'écume et de sable, d'argile et de sang

    Pascal Le Pautremat

    • Soteca napoleon 1er
    • 10 Juin 2014

    Soucieuse de préserver son rayonnement international, et notamment son Empire colonial, déterminée à sauvegarder sa puissance commerciale et financière, la Grande-Bretagne se résout à entrer en guerre contre l'Allemagne. Rapidement, la priorité donnée au front occidental s'impose, par le jeu notamment de l'alliance avec la France, sans que pour autant les enjeux au Proche-Orient soient minimisés.
    Les premières années du conflit témoignent de l'implication d'une armée professionnelle, rapidement affaiblie par les pertes essuyées sur les champs de bataille. A partir de 1916, la conscription est adoptée et voit intervenir de jeunes soldats peu aguerris confrontés à l'atrocité des combats. Si la lassitude gagne les esprits, y compris dans les milieux civils, le soutien aux combattants reste indéfectible, les Britanniques témoignant d'un effort collectif entre résignation et jusqu'auboutisme dans la lutte engagée contre l'Allemagne.

  • Ls sont les yeux et le bras armé de l'Etat français. Ils agissent dans l'ombre, avec dévouement, discipline et humilité. Préparés aux situations les plus extrèmes, ils peuvent intervenir à tout moment, n'importe où dans le monde. Les forces spéciales et les services secrets sont de véritables guerriers modernes, au service de la République.
    De l'Afrique postcoloniale, où la France concentre de nombreux intérêts, à l'Afghanistan, en passant par les Balkans et le Moyen-Orient, les conflits se multiplient. En parallèle, la liste des nouvelles menaces (terrorisme, guérillas, piraterie, prolifération, attaques nucléaires et chimiques...) ne cessent de s'allonger. La France doit plus que jamais adapter ses moyens technologiques et humains pour maintenir son influence militaire, économique et stratégique. Renseignement, infiltrations, exfiltrations, libération d'otages, c'est sur ordre des politiques que ces hommes sont dépéchés sur le terrain. Cet ouvrage revient sur quarante ans de politique étrangère française, ses personnages clés, ses affaires retentisssantes (Rainbow Warrior, génocide rwandais, pirates du Ponant, etc.) et fait la lumière sur des zones grises de notre histoire. Pascal Le Pautremat nous plonge au coeur du secret-défense et révèle les dessous des interventions de la République, que la diplomatie tait et que les médias ignorent.

  • En Afghanistan, en Irak, sous nos yeux, le monde change.
    Ses lignes de fracture géostratégiques, ses crêtes diplomatiques, politiques et sociales, se brisent puis se ressoudent le long d'inédits linéaments. Du même coup, la guerre, elle aussi, change. En un peu plus d'un demi-siècle, les terrifiantes batailles de position ont perdu l'exclusivité des situations de guerre. Ainsi, les Forces spéciales, américaines, israéliennes, françaises, britanniques et russes, pour les plus importantes d'entre elles, suppléent-elles les pesanteurs et les risques des guerres conventionnelles.
    La doctrine bien naïve du "zéro mort", la multiplication - surtout - des conflits de "basse intensité" (attaques terroristes, guérillas, etc.) requièrent de nouveaux guerriers, à la mesure de conflits nouveaux : surentraînés physiquement et mentalement, les membres des Forces spéciales - Bérets verts, SAS ou Spetsnaz - peuvent se glisser en territoire ennemi, des montagnes de l'Afghanistan aux collines de Sarajevo, et y demeurer de longues semaines en parfaite autonomie, afin d'y exécuter les missions les plus dangereuses et d'enjeux stratégiques.
    Rapides, précis, discrets, ultra équipés, ces hommes travaillent de l'intérieur, comme à son insu, l'organisme à abattre.

  • Héros de Tunisie retrace l'histoire, peu ou mal connue, de plus de 100 000 Tunisiens qui, de la campagne de Crimée à la guerre d'Indochine, vont contribuer vaillamment à écrire une page essentielle de l'histoire mondiale. Leur destin va accompagner celui de l'Europe et de la France en particulier dans un XXe siècle marqué par deux guerres mondiales. Dans les régions rudes de l'Europe et de l'Asie, au coeur d'hivers rigoureux, et dans les conditions souvent inhumaines, les combattants tunisiens firent constamment preuve d'une grandeur et d'un courage sans faille devant l'adversité. Cet ouvrage rend hommage et honneur à ces hommes qui, témoins et acteurs d'une époque mouvementée, ont aujourd'hui quasiment tout disparu. Leur parcours et leurs précieux témoignages font mieux entendre les tumultes de l'histoire. Les nombreuses illustrations, souvent inédites, sont là pour donner voix à ces héros demeurés trop longtemps dans l'oubli, de part et d'autre de la Méditerranée.

  • Loin d'être une simple compilation de citations, cet ouvrage rassemble les phrases représentatives des grands événements et courants de pensée de l'Antiquité à nos jours.
    De Socrate (« Je ne suis ni athénien, ni grec, mais un citoyen du monde ») à Sartre (« L'intellectuel est quelqu'un qui se mêle de ce qui ne le regarde pas ») en passant par Louis XIV (« L'État, c'est moi ! ») ou Marx (« La religion est l'opium du peuple »), il explore des perspectives historiques, économiques, politiques et culturelles.
    Des commentaires clairs et synthétiques permettent au lecteur d'approfondir sa connaissance des hommes et faits marquants de notre histoire.

empty