Rhiannon Paget

  • Découvrez l'artiste dont la majestueuse déferlante a déclenché des ondulations dans le monde entier. Katsushika Hokusai (1760-1849) n'est pas seulement un géant de l'art japonais et une figure légendaire de l'époque Edo, il est aussi un père fondateur du modernisme occidental, dont la prolifique production d'illustrations, de peintures et de gravures, entre autres médiums, compose une des oeuvres les plus globales de l'art ukiyo-e et une référence en termes de japonisme. Son influence s'est étendue à l'impressionnisme, à l'Art nouveau, au Jugendstil et au-delà. Il fascina de grands artistes comme Claude Monet (qui acheta 23 de ses gravures), Berthe Morisot, Edgar Degas, Mary Cassatt et Vincent van Gogh.
    Hokusai a toujours été un homme en mouvement. Il a déménagé plus de 90 fois au cours de sa vie et changé jusqu'à son nom en prenant au moins sept pseudonymes pour son travail. Dans son art, il adopte la même fébrilité, et couvre tout le spectre de l' ukiyo-e japonais («image du monde impermanent») en pratiquant la peinture et la gravure sur bois, pour produire aussi bien des estampes de paysages ou d'acteurs de kabuki que des livres érotiques, des albums de gravures et des illustrations pour des anthologies de poésie ou des romans historiques, ainsi que des surimono, ces gravures imprimées à titre privé pour des occasions particulières.
    La série d'estampes de Hokusai intitulée Trente-six vues du mont Fuji, publiée entre 1826 et 1833, est son oeuvre la plus réputée, marquant l'apogée de l'estampe japonaise de paysage par ses représentations successives de l'illustre montagne à différentes saisons et sous de multiples points de vue. La série La Grande Vague de Kanagawa, également connue sous le titre La Grande Vague, est l'une des images de l'art japonais les plus connues au monde.
    Cette introduction publiée par TASCHEN traite de la carrière de Hokusai dans toute sa durée et son ampleur, au gré d'oeuvres clés extraites de son riche portfolio. Au fil des images et des séries aussi minutieuses que majestueuses se révèlent la variété des sujets abordés par Hokusai, depuis les livres érotiques jusqu'aux romans historiques, l'évolution de son formalisme foisonnant et sa manière novatrice de délimiter l'espace par les couleurs et les lignes, qui libéreront l'art occidental des contraintes de la perspective centrale et lanceront le modernisme.

  • La route de la Kisokaido à travers le Japon fut tracée sur l'ordre de Tokugawa Ieyasu, qui dirigea le pays au début du XVIIe siècle et décréta que des relais soient installés tout le long de cette piste accidentée qui reliait Edo (l'actuelle Tokyo) et Kyoto. Auberges, échoppes et restaurants y furent construits pour prodiguer nourriture et logis aux voyageurs fatigués. En 1835, le célèbre estampiste Keisai Eisen reçoit commande d'une série d'oeuvres qui décriront les étapes successives de l'itinéraire de la Kisokaido. Après avoir réalisé 24 estampes, Eisen est remplacé par Utagawa Hiroshige, qui parachève la série de 70 estampes en 1838.

    Eisen et Hiroshige étaient tous deux des estampistes renommés. Les Soixante-neuf Stations de la Kisokaido révèlent à la fois les styles distincts et le savoir-faire commun des deux artistes. Du point de départ animé de Nihonbashi à la ville d'Iwamurata avec son château, Eisen opte pour une palette aux teintes atténuées, mais excelle dans la représentation figurative, en particulier des femmes élégantes, et se délecte des instantanés de vie qu'il saisit le long de la route - du ferrage d'un cheval au vannage du riz. Hiroshige démontre sa maîtrise du paysage avec des scènes grandioses et évocatrices, des rives paisibles du fleuve Ota à l'impressionnant col de Wada et à l'ascension de Yawata à Mochizuki au clair de lune.

    L'ensemble de la série des Soixante-neuf Stations représente non seulement une pratique très vivante de l'estampe, avec des compositions audacieuses et un recours expérimental à la couleur, mais aussi une fresque envoûtante du Japon au XIXe siècle, bien avant le spectre de l'industrialisation. Cette nouvelle édition XXL de TASCHEN redonne vie à ce recueil dans un format adapté à sa splendeur. Composé à partir du seul tirage connu et quasi complet de la première édition de la série, l'ouvrage donne à cette oeuvre légendaire la qualité optimale de reproduction qu'elle mérite. Parfait complément aux Cent vues célèbres d'Edo, également publié par TASCHEN, il est un régal pour les yeux et un objet de première importance témoignant du lointain passé du Japon impérial.

empty