Livres en VO

  • Comme la plupart des artistes de la modernité de la première moitié du XXe siècle qui s'installent dans la capitale, Raoul Dufy n'est pas, de naissance, un « Parisien de Paris ». Originaire du Havre, il quitte sa Normandie à l'âge de vingt-trois ans. Ses explorations le conduisent très vite à Montmartre, où il installe son atelier. Depuis le sommet de la Butte, il découvre le panorama parisien dont il transcrit, dès une première peinture de 1902, le moutonnement de la ligne des toitures et des cheminées, hérissé par les silhouettes des grands bâtiments et des célèbres monuments qui signent et signalent la spécificité de ce paysage urbain. Depuis des points de vue élevés, réels ou imaginaires, et jusqu'à la fin de sa vie, il déclinera sur tous les supports, pour tous les usages et destinations, et dans tous les formats, les infinies variations du Paris des années 1930, vu d'en haut.

    Like most of the modern artists in the first half of the twentieth century who settled in the capital, Raoul Dufy was not a 'Parisian of Paris' by birth. A native of Le Havre, he left Normandy at the age of twenty-three. His creative explorations soon led him to Montmartre where he set up his studio. From the heights of the Butte he discovered the panoramic views of Paris, and in an initial painting in 1902 he depicted the undulating outlines of the roofs and chimneys, broken up by the silhouettes of the major buildings and famous monuments that mark and characterise this urban landscape. From real or imagined elevated vantage points and until the end of his life, Dufy represented infinite variations of 1930s Paris seen from above on every type of support, for different purposes, and in every format.

  • Catalogue officiel de l'exposition « Collection Weisman & Michel Fin de siècle - Belle Époque (1880-1916) qui se tiendra du 11 octobre au 31 décembre 2019 au musée de Montmartre.

    Le Musée de Montmartre donne à voir pour la première fois dans sa totalité l'importante Collection de David E. Weisman et Jacqueline E. Michel. Un ensemble unique et rare qui comporte 130 pièces (dessins, peintures, aquarelles, pastels, affiches et lithographies) réalisées par les artistes, qui par leur art, ont offert à Montmartre sa réputation universelle.

    En concentrant leur choix sur la période de la fin du 19e et le début du 20e siècle (1880-1914), les collectionneurs américains David E. Weisman et Jacqueline E. Michel dressent avec ce corpus le portrait d'un Montmartre éclectique où triomphent la créativité et la beauté de l'instantané.

    Après la défaite de la guerre franco-prussienne de 1871, la France retrouve une certaine insouciance que marquent les grandes réussites économiques. C'est ainsi un moment de libertés et de foisonnement culturel intense où la fête est à l'honneur. Un quartier indépendant de Paris en deviendra le symbole, c'est Montmartre ! Les cafés-concerts, cabarets, cirques, les rues et places seront de véritables sources d'inspiration pour les artistes qui souhaitent rompre avec l'art académique. Ibels, Steinlen, Toulouse-Lautrec, Anquetin, Grasset, Rivière, Chéret, Faverot, Carrière, Valtat, Valadon et Willette... présents dans la collection avec plusieurs oeuvres, en sont les célèbres témoins.

    Théophile Alexandre Steinlen et Suzanne Valadon tiennent une place importante dans la collection avec un grand nombre d'oeuvres. Des oeuvres de Pierre Bonnard, Georges Rouault, Louis Valtat et Eugène Grasset ont été patiemment recherchées pour compléter le témoignage sur cette période d'avant-garde. Gravures, illustrations, journaux de l'époque complètent la collection et plongent le visiteur dans le Montmartre d'antan.

  • Le mythique Bateau-Lavoir, situé place Émile-Goudeau, à quelques pas de l'actuel musée de Montmartre, deviendra, au début du xxe siècle, le berceau de l'art moderne où se rencontrent et échangent, dans un esprit indépendant, Picasso, Braque, Derain, Vlaminck, Matisse, Apollinaire, Max Jacob, Otto van Rees et bien d'autres. Kees van Dongen y emménage à la fin de l'année 1905, sans doute sur l'invitation de Picasso qui y résidait depuis avril 1904, dans l'ancien atelier de Paco Durio. Il y restera jusqu'au début de l'année 1907. Cet ouvrage passionnant montre à quel point le court séjour de Kees van Dongen au Bateau-Lavoir fut déterminant pour l'évolution de sa carrière. Plusieurs oeuvres phares présentées illustrent les moments-clés de cette période.

    At the beginning of the twentieth century, the legendary Bateau-Lavoir-located on Place Émile-Goudeau, near the present-day Musée de Montmartre-, where the artists Picasso, Derain, Vlaminck, Van Rees, Matisse, Apollinaire, Max Jacob, and many others would meet and exchange ideas in an independent spirit, became the cradle of modern art. Kees van Dongen moved in around December 1905, very probably invited there by Pablo Picasso, who had been living in Paco Durio's former studio since April 1904. He stayed there until 1907. This fascinating book illustrates the extent to which Kees van Dongen's brief stay in the Bateau-Lavoir had a decisive influence on his subsequent career. Several significant works illustrate the key phases in this period.

  • Steinlein, Bonnard, Toulouse-Lautrec, Valadon, Utrillo, Vallotton, Dufy, Laurencin, Kupka, Picasso, Modigliani...
    Peu de fois dans l'Histoire une telle densité de talents si variés a cohabité dans un périmètre aussi restreint. Naturalistes, impressionnistes, postimpressionnistes, symbolistes, nabis, fauves, cubistes... tous choisissent la petite colline pour y développer leur art.
    À la recherche de sujets réalistes, les naturalistes trouvent leur inspiration dans ses ruelles. Plus tard, ce sera pour sa lumière, pour ses bas loyers et ses bals populaires que Montmartre devient la destination des impressionnistes, puis des postimpressionnistes.
    Les symbolistes et les nabis trouvent à Montmartre leur préférence pour l'art populaire. Anticonformistes, ils élèvent les arts dits mineurs au rang d'art et défient l'académisme avec des sujets marginaux : ouvriers, clowns, prostitués, tous deviennent protagonistes de leurs oeuvres.
    Cet esprit de liberté qui anime la Butte séduit également des poètes et des musiciens comme Erik Satie , figure clé de la bohème montmartroise. La cohabitation des arts fait de cette colline un lieu exceptionnel et attire les artistes de toutes nationalités et de toutes générations, comme les fauves et les cubistes.
    En 1907, le Bateau-Lavoir assiste à la création des Demoiselles d'Avignon, toile qui annonce l'art du XXe siècle. Le départ de Pablo Picasso de la Butte, vers 1910, marquera la fin d'un épisode unique dans l'histoire de l'art qui situe Montmartre comme le berceau des avant-gardes historiques.

  • Montmartre connaît à la fin du XIXe siècle une transformation décisive. L'installation des cafés, bals et cabarets artistiques ainsi que la venue d'artistes métamorphosent l'apparence de ce village tranquille. Les ateliers et les cités d'artistes se démultiplient et accueillent des peintres venus d'horizons divers. Montmartre devient le centre de l'avant-garde artistique où peintres, poètes et musiciens côtoient chansonniers, clowns et danseuses, où la culture populaire fusionne avec celle des intellectuels, et où les frontières entre les arts s'estompent. Naît alors l'esprit bohème qui fera la légende et l'identité de Montmartre.

    Ce guide vous invite à découvrir Montmartre, son histoire, ses artistes, ses ateliers, son musée patrimonial historique et ses collections, à travers plus de cent cinquante chefs-d'oeuvre, parmi lesquels peintures, dessins, gravures, affiches et photographies, véritable témoignage de la richesse artistique au tournant du XXe siècle.

empty