Staszak Jean-Francois

  • Bousbir fut la plus grande maison close à ciel ouvert du monde : le quartier réservé de Casablanca. Construit en 1924 sur ordre de l'administration française, dans un spectaculaire style oriental, le quartier visait à répondre aux « besoins » des troupes coloniales, mais était aussi visité par les touristes de passage. Jusqu'à sa fermeture, c'est au total douze milles très jeunes femmes « indigènes » qui y ont vécu et officié, dans des conditions proches du travail forcé. En 1955, elles sont expulsées du quartier, où on loge des soldats marocains de retour de la guerre d'Indochine. Aujourd'hui, Bousbir est un quartier populaire, très aimé de ses habitants mais où on ne parle guère du passé. Richement illustré, ce livre donne à voir le passé et le présent de Bousbir au moyen de documents historiques, de photographies prises par Denise Bellon en 1936 et par Melita Vangelatou à la fin des années 2010. Il présente le quartier, analyse les logiques qui ont conduit à son édification, et ouvre des pistes pour concilier le devoir de mémoire et le respect des sensibilités actuelles..

  • Beaucoup de groupes ne préexistent pas aux frontières qui semblent les séparer. Ce sont les frontières, qui, par leurs inscriptions, leurs représentations, leurs usages, cloisonnent l'espace, différencient et souvent opposent les groupes concernés. L'ouvrage présente l'originalité de montrer ce processus de cloisonnement à l'oeuvre à différentes échelles : de la distinction des genres de part et d'autre de la limite entre l'espace domestique et l'espace public à la distribution des « races » par continents, en passant bien sûr par la détermination des nations par des frontières interétatiques.

  • Du Pérou de son enfance au Paris des peintres impressionnistes, de la Bretagne dont il aima tant le caractère primitif à la Martinique ou il connut la magie exotique des tropiques, du Tahiti paradisiaque de ses rêves aux îles Marquises où il mourut, cet ouvrage signé GEO présente un somptueux voyage à travers les paysages et les fantasmes géographiques qui fascinèrent le peintre Paul Gauguin. Ce livre magnifique invite le lecteur à suivre Gauguin dans tous les lieux qui nourrirent son inspiration et orientèrent son exceptionnel destin. Pour comprendre le sens de l'aventure géographique et artistique du peintre, jusque dans ses ambiguïtés. Pour se laisser, comme lui, éblouir par les couleurs et les lumières d'horizons lointains, dont l'exotisme et le pittoresque séduisent toujours. Un ouvrage superbement illustré, qui parle de voyages, d'aventure, d'imaginaire géographique et de création artistique.

  • Monde enchanté Nouv.

    Qu'est-ce que les chansons font aux lieux et à notre rapport aux lieux ? Voilà la question à laquelle un orchestre de vingt géographes de l'Université de Genève cherche à répondre par l'exemple dans cet ouvrage. Ils vous invitent à un voyage - voyage, voyage ! - en 30 étapes musicales. Des chansons que tout le monde connaît, qui nous ont émus ou troublés en parlant d'un lieu qui compte. Les chansons géographiques font vibrer la carte du monde d'émotions multiples : nostalgie, désir, désespoir, doute, fierté... Elles véhiculent un imaginaire riche et puissant, parfois plus trouble, voir stigmatisant.
    Sur les traces des Beatles, de Shakira, Madonna, de David Bowie ou de Barbara, ce livre vous invite à écouter le monde d'une autre oreille !

  • La géographie occupe une place centrale dans la vie et l'oeuvre de Gauguin. Marin, grand voyageur, il a parcouru le monde. Son oeuvre se nourrit des lieux qu'il a peints et où il a peint : Bretagne, Provence, Martinique, Tahiti, Marquises. Pourquoi la géographie, l'espace sont-ils à ce point prépondérants dans l'oeuvre de Gauguin ? Quels fantasmes poursuit-il à travers le globe ? Quelles visions du monde déterminent son périple ? Quel est son imaginaire géographique ?
    Au croisement de la géographie culturelle et de l'histoire de l'art, cet ouvrage fait partager aux lecteurs la quête géographique de Paul Gauguin en s'appuyant sur la correspondance du peintre et sur plus de 150 illustrations en quadrichromie

  • L'ouvrage - le premier de la sorte - porte sur un genre photographique qui eut une brève mais prolifique existence entre 1860et 1890, et que nous proposons d'appeler « le cliché exotique ». Il s'agit d'images de l'ailleurs vendues sur catalogue par des photographes professionnels, essentiellement aux touristes occidentaux. Le propos de l'ouvrage relève à la fois et c'est son originalité, de l'histoire de la photographie et de la géographie culturelle : il montre comment une culture visuelle et un imaginaire géographique se constituent. L'enjeu dépasse la seule dimension historique au sens où ces images cristallisent une vision du monde dont les traces sont aujourd'hui omniprésentes, et qui est lourde de conséquences.
    L'ouvrage se fonde sur l'exploitation de la collection d'un Genevois : Alain Bertrand (1856 - 1924), qui consacra sa vie aux voyages et collecta 1568 photographies. Cette collection est exceptionnelle par la qualité et l'abondance des clichés. Elle comprend des photographies représentant 34 pays provenant de plus de 40 ateliers différents. Cette collection, léguée au musée d'ethnographie de Genève (MEG) par la veuve de Bertrand, a été mise à la disposition des auteurs. Cette collection demeure totalement inédite.
    Grace à la collection Bertrand, ce livre est le premier à offrir une présentation d'ensemble de la photographie touristique. Que ce soit au niveau du texte ou des images reproduites, cet ouvrage comble un vide bibliographique.

empty