Sylvie Craipeau

  • Contrastant avec la majorité des écrits alarmants sur les jeux vidéo, mais aussi avec les ouvrages visant à justifier ces pratiques vidéo ludiques, ce livre présente une analyse de ces mondes, cherchant à les comprendre. Ils proposent une reproduction de notre société contemporaine, tant en ce qui concerne le rôle clé d'Internet, que des modes de sociabilité émergeantes, la place et la qualité du corps, ou les normes sociales dominantes comme l'injonction à l'autonomie, la loi de la concurrence généralisée, la nécessité d'être toujours et partout visible et joignable. Mais ces univers sont complexes et ambivalents, car s'y expriment aussi une critique sociale et une recherche d'alternative, de rencontre de soi et de l'autre, d'une nouvelle forme de sensibilité.
    /> Sylvie Craipeau, sociologue, professeur à l'Institut Telecom/TEM, est chercheur au Cetcopra (Université de Paris I). Sociologue du travail, elle étudie les implications sociales des technologies de l'information et de la communication, et de l'automatisation, dans l'espace de travail et dans la société. Elle est notamment l'auteur de L'entreprise commutante, travailler ensemble séparément (Hermès-Lavoisier, 2001), Le socio-manager (avec V. Boussard, E. Drais, O. Guillaume et J.-L. Metzger, Dunod, rééd. 2004) et La connaissance dans les sociétés techniciennes (avec G. Dubey, P. Musso et B. Paulré, L'Harmattan, 2010).

  • Parfois qualifiés de sérieux ou de pervasifs, les jeux vidéo occupent désormais massivement les marchés du divertissement. Phénomène de grande ampleur, cet objet ne peut plus être ignoré des recherches en sciences humaines et sociales. Comme les game studies anglo-saxonnes, les recherches vidéoludiques francophones ont connu un essor au tournant du nouveau millénaire. Et si les deux champs présentent des similitudes et nourrissent des échanges, les approches francophones cultivent également leurs singularités, comme en attestent les textes réunis dans ce volume. Ces travaux s'inscrivent dans une démarche pluridisciplinaire qui cherche à éviter deux travers répandus dans les analyses du jeu vidéo : la stigmatisation et la fascination. Interroger la notion de jeu amène à s'intéresser à ses fonctions sociales, éducatives ou culturelles mais aussi à considérer sa dimension esthétique. Comprendre le phénomène, c'est aussi identifier ce qui fonde nos représentations du ludique à un moment et en un lieu donné, en étant attentif aux dynamiques d'évolution de ses manifestations. Les analyses proposées ici se situent donc résolument au croisement du social, de l'art et de la culture.

  • Nombre d'économistes et d'analystes adhèrent à la perspective tracée par l'OCDE et présentée sous le terme de "knowledge society". En écho les spécialistes du management s'engagent dans le "knowledge management". Cet ouvrage étudie les discours sur le sujet et les pratiques mais aussi les caractéristiques, la place et le rôle des technologies auxquelles s'adossent ces pratiques, ainsi que l'instrumentalisation des capacités, des compétences et du potentiel cognitif des acteurs économiques et sociaux, et particulièrement des salariés, qui deviennent des "knowledge workers".

empty