Valérie Kobi

  • En partant du cas singulier du collectionneur Pierre-Jean Mariette (1694-1774), cet ouvrage vise à mieux définir les étapes qui jalonnent la formation des connaissances en histoire de Part au XVIIIe siècle et, plus largement, à questionner le rôle joué par la figure du connaisseur dans cette dynamique. En somme, il s'agit de répondre aux interrogations suivantes : sur quels éléments repose la réputation de l'amateur et comment s'organise la reconnaissance de son autorité par ses pairs ? Quels sont les instruments, matériels ou intellectuels, déployés par l'expert ? Et, finalement, sous quelles formes se présente son savoir lorsqu'il se matérialise par l'écrit ?

    Dans ce but, l'identité et l'activité de Mariette se trouvent ici interrogées à travers six chapitres thématiques scindés en deux parties. La première, intitulée La naissance d'un amateur, analyse l'émergence de la figure de l'amateur à travers trois moments-clés : la constitution d'une identité, le voyage d'Italie et l'insertion de l'érudit dans la République des Lettres. La seconde, dévouée aux Savoirs mis en oeuvre, examine les modalités de la divulgation scientifique, de ses modèles théoriques à ses représentations visuelles.

    Plus qu'un panorama exhaustif d'une pensée savante, le développement suivi enquête sur la façon dont le livre devient, au cours du XVIIIe siècle, un véritable laboratoire des savoirs; un espace privilégié où se déroule, entre amateurs, le débat qui participe à l'élaboration d'une connaissance empirique dans le domaine de l'histoire de l'art. A cet égard, la présente étude pose non seulement un regard nouveau sur l'apport de Pierre-Jean Mariette au champ historique mais elle réfléchit aussi de manière originale aux pratiques socio-culturelles et aux enjeux esthétiques qui façonnent la discipline à l'époque des Lumières.

  • En 2014, le Musée d'Yverdon et région, dans le cadre des activités organisées pour marquer son 250e anniversaire, a choisi de se pencher sur son passé encore trop méconnu. Rossella Baldi et Valérie Kobi, deux spécialistes de l'histoire des collections, ont ainsi été chargées de retracer et d'analyser les origines et les développements de cette institution ancienne et à la longévité peu commune. Rossella Baldi met en lumière les prémices, le premier cabinet d'histoire naturelle créé en 1764 dans l'orbite de la Bibliothèque publique, soit des débuts qui s'inscrivent parfaitement dans le contexte des Lumières, mais dont l'évolution s'avérera ensuite difficile. Le Musée des 19e et 20e siècles se dessine sous la plume de Valérie Kobi au gré des changements institutionnels, des déplacements physiques, des personnalités qui en ont eu la charge et de l'enrichissement des collections. Les trouvailles archéologiques y jouent un rôle de premier plan: sites palafittiques au 19e siècle, castrum romain d'Yverdon au début du 20e siècle, oppidum celtiques (Sermuz, Yverdon) et embarcations galloromaines à la fin de ce même siècle. Pour la première fois, cette étude met en lumière de manière approfondie et contextualisée l'histoire du Musée d'Yverdon et région, un musée d'archéologie et d'histoire majeur de Suisse romande.

empty