Xavier Lacroix

  • Chercher Dieu et veiller sur l'homme

    Xavier Lacroix

    • Bayard
    • 2 Octobre 2014

    Pour la première fois, le grand théologien catholique Xavier Lacroix, spécialiste des questions d'éthique, a accepté de répondre aux questions d'un journaliste.
    Le résultat est ce livre passionnant, très clair, qui visite avec lucidité toutes les grandes questions de développement, de société et de morale auxquelles nous sommes confrontés : le statut de l'embryon, les modes de procréation, la filiation et les modes d'union, la différenciation sexuelle, les nouvelles ressources biotechnologiques, l'euthanasie, etc.
    Quels sont les enjeux des évolutions proposées ? Comment nous situer face à ce possible ? Comment interpréter les positions de l'Église ? À quelle vision de l'humain tenons-nous ?
    L'auteur aborde également son propre parcours personnel et accepte, à la fin de l'ouvrage, de répondre à des questions d'ordre spirituel : sa propre méditation, ses lectures spirituelles, etc.

  • Le corps de l'esprit

    Xavier Lacroix

    • Cerf
    • 26 Août 2002

    Notre corps est bien le corps de l'Esprit.
    Il est le lieu où l'Esprit prend corps, où l'invisible devient visible, où l'inattendu et la beauté surgissent dans le tissu du monde. Le Corps et l'Esprit, réflexion sensible et originale, nous invite à redécouvrir que le corps est non seulement le lieu de la vie personnelle, mais encore de la vie divine elle-même. À ce titre, il est appelé à rien de moins qu'à la résurrection.

  • Avons-nous encore une âme ?

    Xavier Lacroix

    • Salvator
    • 27 Avril 2017

    Comment se fait-il que l'on parle de l'âme d'un violon, d'une poutre, d'un canon et si difficilement de l'âme humaine ?

  • Passeurs de vie

    Xavier Lacroix

    • Bayard
    • 2 Octobre 2014

    La paternité est aujourd'hui souvent dite en crise. Toutefois, presque tous accordent au lien paternel une grande valeur. Xavier Lacroix élabore des propositions constructives pour donner sens à ce lien et répondre à la question :
    Quels repères pour la paternité ? Le philosophe dialogue avec les sciences humaines et la littérature pour éclairer le sens de la différence entre paternité et maternité. Dépassant ce qui relève parfois du tabou, il plaide pour une articulation du parental et du conjugal, ou encore du charnel et du spirituel. Il envisage une paternité qui ne repose pas sur la seule qualité de relation entre le père et son enfant. Il esquisse une phénoménologie de la figure du père, comme passeur et témoin. Mais il ne se contente pas d'offrir une magistrale synthèse des principaux facteurs de la crise de la paternité, de ses ressorts et de ses conséquences psychologiques, morales et sociales. C'est au mystère de la paternité que son regard de philosophe et de théologien nous donne d'accéder, dans un langage toujours accessible. La relation paternelle s'enracine dans la relation conjugale qui lui donne d'abord d'exister, ensuite d'être confortée jour après jour dans son rôle de passeur. Rappeler cette primauté du lien conjugal sur le lien parental, au risque d'enfreindre un tabou imposé par l'explosion des divorces, n'est pas le moindre mérite de cette réflexion. Celle-ci passant de la visée éthique à l'horizon métaphysique de la paternité, car l'éclairage décisif vient d'en haut : « Vous n'avez qu'un seul Père », qui est aux Cieux.

  • Le corps retrouvé

    Xavier Lacroix

    • Bayard
    • 13 Avril 2012

    L'auteur tente avec ce livre une remarquable réflexion sur la place que nous accordons au corps dans la société et la culture contemporaines. Un corps partout présent, affiché, exalté cacherait en réalité un corps dénié, voire perdu.
    « La culture occidentale, écrit-il, favorise une relation au corps qui semble relever de la perte ou du déni. » Xavier Lacroix dénonce les nouveaux dualismes de la science et des techniques, les utopies bio-techniques, les négations de la différence des sexes... témoins, selon lui, d'une perte du corps. Il propose de revenir sur les erreurs chrétiennes à propos de la chair et du sexe, et de tenter de tracer une voie de réconciliation entre la chair et le Verbe, le corps, le sujet et la Parole.
    Livre de philosophe et de théologien, cet essai volontiers polémique présente la révélation chrétienne « comme la bonne nouvelle de la présence de la vie absolue dans la vie sensible ».

  • L'avenir, c'est l'autre

    Xavier Lacroix

    • Cerf
    • 11 Octobre 2000

    La vie affective, les liens familiaux, la conjugalité, sont aujourd'hui marqués par nombre d'incertitudes et d'hésitations.
    Autour de l'identité sexuelle, du corps, de l'éducation, les zones de flou semblent s'étendre toujours davantage. prenant acte des avancées d'une culture de la liberté et du désir, xavier lacroix en relève aussi les insuffisances. la subjectivité immédiate ou les aléas de l'affectivité ne pouvant être les seules références pour la conduite de la vie relationnelle, cet ouvrage offre des points d'appui pour une éthique de la communauté et de la responsabilité.
    Critiquant les dérives d'une culture de la déliaison et de la dissociation - entre conjugalité et parentalité par exemple -, il invite à redécouvrir une culture du lien, de la solidarité, de l'engagement. ainsi donc sa démarche n'est-elle pas seulement critique, mais aussi constructive, encourageante. des questions d'actualité sont abordées de front : quelle famille pour demain ? qu'est-ce qu'un père ? l'éducation sexuelle est-elle possible ? des repères sont cherchés pour poser des fondations fiables : l'amour suffit-il à fonder la famille ? pourquoi se marier ? que veut dire " habiter " ? mais les enjeux ultimes relèvent de l'inspiration.
    Il faut alors articuler les ressources de la pensée contemporaine avec celles d'une tradition spirituelle, quitte à déplacer quelques idées reçues : le christianisme méprise-t-il le corps ? existe-t-il un modèle chrétien de la famille ? peut-on dire que dieu est père ? la différence sexuelle a-t-elle une dimension spirituelle ? au temps de la " fatigue d'être soi ", d'oú viendra l'énergie pour accueillir réellement l'altérité comme un bonheur, comme à venir ?.

  • Oser dire le mariage indissoluble

    Xavier Lacroix

    • Cerf
    • 26 Septembre 2001

    Si certains traits de l'apport chrétien à l'éthique conjugale, telles l'importance accordée à la liberté de l'engagement ou la primauté reconnue à l'amour, sont en accord avec les évidences contemporaines, l'indissolubilité du mariage est au contraire un des points de contradiction majeurs entre le christianisme et les catégories les plus obvies de notre culture.
    Qu'un engagement puisse être définitif ; qu'un lien, né de la parole de deux sujets libres, ne puisse pas être rompu par ces mêmes sujets, cela dépasse les notions d'une philosophie du contrat, de l'épanouissement du moi et de la précarité. Assurément, notre culture est plus une culture de l'analyse, de la déliaison, de la dissolution qu'une culture du lien et de l'indissolubilité ! En d'autres termes, est-il bien raisonnable de publier un ouvrage sur l'indissolubilité en un temps et dans un pays où 38 % des mariages conduisent à un divorce ? La question clé de notre recherche est celle-ci : est-il possible de continuer à affirmer l'indissolubilité du lien conjugal dans le contexte d'une culture de la subjectivité ou, plus précisément, en assumant les acquis d'une philosophie et même d'une théologie de la personne et de la liberté ? Dans l'affirmative, la voie est alors celle d'une compréhension de l'indissolubilité qui ne repose pas seulement sur la primauté de l'institution ou sur une sacralisation des liens, mais qui découvre ou redécouvre, à travers le subjectif, ce qui est au-delà du subjectif.
    Si tout se joue dans l'interpersonnel, celui-ci plonge dans plus profond, plus large et plus réel que ce qui est senti, éprouvé, représenté. Vers les intrications inconscientes du lien, vers ses dimensions sociales et familiales, vers sa portée théologale et ecclésiale.

  • Après des siècles de sacralisation ou de suspicion, la sexualité est aujourd'hui menacée d'insignifiance.
    Il n'est pas certain que les modèles culturels dominants accordent réellement du prix au corps. Le christianisme, qui fut souvent complice de son mépris, participe pourtant au premier chef à sa valorisation. La religion de l'incarnation, de l'eucharistie et de la résurrection appelle au dépassement de tous les dualismes et ose affirmer la vocation des corps à la gloire spirituelle. A cette lumière peuvent être réexaminés les fondements d'une éthique chrétienne de la sexualité.
    L'affinité entre l'union des corps et l'alliance des désirs en est le centre. Le mystère chrétien rejoint ici les significations auxquelles peut conduire une phénoménologie des gestes de tendresse. L'attention au langage des corps prépare à comprendre la sexualité comme lieu du don réciproque. L'art et la poésie sont pour cela d'un grand secours. Aux approches philosophiques et esthétiques viennent donc s'articuler les intuitions proprement chrétiennes.
    L'Écriture et quelques textes centraux du christianisme figurent parmi les principaux artisans du rapprochement entre sexualité et amour qui s'avère être l'une des caractéristiques de notre culture. Recentré sur cette perspective, l'ouvrage ose affronter la question de l'évaluation du lien normatif entre sexualité et mariage, dans une perspective attentive aux nouvelles conduites, aux significations intermédiaires que peuvent prendre celles-ci et aux préoccupations éducatives.
    Sa visée principale demeure toutefois l'articulation de l'éthique à une anthropologie fondamentale dont saint Paul avait l'intuition lorsqu'il écrivait : " Votre corps est le Temple du Saint-Esprit. "

  • En écho du Synode sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel d'octobre 2018, les présents Actes du Congrès de l'Equipe européenne de catéchèse de Prague 2019 explicitent le passage opéré dans la réflexion magistérielle et catéchétique de la terminologie exclusive de la vocation, encore assez centrée sur les consacrés, à celle de l'appel, valable pour l'ensemble des baptisés. Avec des articles du sociologue Tomáš Halík, des théologiens Arnaud Join-Lambert, Valérie Le Chevalier et André Fossion, l'ouvrage situe abondamment l'étude dans le contexte de l'Europe sécularisée et post-chrétienne (comme c'est le cas de la République Tchèque). Il offre surtout des contributions sur les typologies pédagogiques pour discerner et accompagner l'appel non seulement en Tchéquie mais en Allemagne, en Italie, en France, en Suisse et en Francophonie.
    L'ouvrage, fruit d'un échange mené entre pairs, reste néanmoins très accessible. Il intéressera autant les théologiens de la pédagogie religieuse que les responsables de catéchistes et des services vocationnels. Il sert de contrepoint à l'exhortation post-synodale Christus vivit du pape François publiée en 2019.

  • "La Bible considère la famille comme le lieu de la catéchèse des enfants. Cela est illustré dans la description de la célébration pascale juive (Deutéronome 6, 20-25). Ainsi la famille est l'espace où les parents deviennent les premiers maîtres de la foi pour leurs enfants. C'est une oeuvre artisanale, personnalisée." Ce qu'affirme le pape François au début de son exhortation sur le coupe et la famille Amoris Laetitia (n. 16), ne manque pas de prendre en compte l'actuelle réalité socio-culturelle européenne, en vertu de laquelle différents modèles de familles sont apparus et le processus de transmission d'une génération à l'autre est entré dans une crise profonde. C'est à ce problème décisif pour la communication de la foi qu'a choisi de réfléchir l'Equipe européenne de catéchèse, lors de son Congrès de juin 2017 à Madrid.

  • La conversion : l'acte, le processus, l'accompagnement

    ,

    • Saint augustin
    • 5 Décembre 2019

    C'est à une conversion radicale à la vérité et à la joie de l'Evangile que chacun-e est convié-e, pour que la conversion de toute l'Eglise se concrétise. L'ouvrage explore à la suite d'un Congrès de l'Equipe européenne de catéchèse à Celje (Slovénie) les éléments principaux de la conversion, à partir de quelques récits de vie présentés et analysés?: sens dans l'Ecriture (Jonas) et la Tradition (Eglise primitive), accompagnement en catéchèse et catéchuménat, spiritualité de la conversion, suivi en pastorale, seconde conversion au coeur de l'engagement pastoral comme «?pâque de l'action?»... Les enjeux concernent non seulement les agents pastoraux, mais l'ensemble des baptisé-e-s. Il y va de notre chemin de sainteté et de notre salut.

    L'ouvrage s'enrichit ainsi du croisement des expériences et des réflexions de pastorale catéchétique, selon différentes cultures représentées dans l'Equipe Européenne de Catéchèse?: Italie, France, Suisse.

  • Les contre-cultures

    , , ,

    • Syllepse
    • 13 Novembre 2015

    Seventies contestataires - Genèse et destin de l'invention utopique et des trajectoires des acteurs et de leurs pratiques Prendre la route, s'installer en communauté, adopter un mode de vie alternatif, « beat » ou « hippie », militer pour les droits civiques ou contre la guerre du Vietnam, s'engager dans les luttes féministes ou écologistes. Autant de pratiques contestataires que le regard rétrospectif renvoie spontanément aux « contre-cultures » des années 1960-1970.
    Est-il justifié de reconnaître dans ces deux décennies l'équivalent d'un âge d'or de la critique sociale et de l'invention utopique ? Et comment rendre compte aujourd'hui de la diversité et de la portée des formes contre-culturelles qui voient le jour dans cette période ?

empty